Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Conduite sur circuit: amende de près de 44 000 $ pour G1 Tour

Par Stéphanie Perron
Notre journaliste Julien Amado, lors de son expérience de conduite chez G1 Tour.

L’entreprise G1 Tour/G1 Énergie qui proposait des tours de véhicules de sport a été reconnue coupable de représentations trompeuses.

Au printemps dernier, Protégez-Vous a joué au client-mystère pour tester quatre expériences de conduite sur circuit. Parmi les entreprises visitées, G1 Tour était la seule que nous avions déconseillée, en raison notamment de son manque de professionnalisme.

Certes, notre journaliste automobile avait profité des 490 chevaux de la Ferrari F430 Spider qu’il avait choisi de conduire, mais son enthousiasme avait rapidement été refroidi par l’obligation de rouler à 30 km/h sur une grande partie du circuit Gilles-Villeneuve! Le vendeur, lors de l’achat du forfait, lui avait pourtant mentionné que cette restriction ne représentait qu’une courte partie du circuit.

>> À voir sur notre site: En vidéo, notre expérience de conduite chez G1 Tour, ICAR, Mécaglisse et L’École de stock-car Cabana

Personnel désagréable, formation approximative pour les participants, suspensions passablement usées de la Ferrari choisie… Selon notre journaliste, le tarif de 399 $ était beaucoup trop élevé par rapport à l’expérience vécue. Et celui-ci n’a pas été le seul à être déçu, confirme Charles Tanguay, porte-parole de l’Office de la protection du consommateur. «On peut comprendre que l’entreprise ait fait les manchettes à quelques occasions puisque, depuis l’automne 2013, nous avons reçu plus de 1 000 plaintes de consommateurs», fait-il remarquer.

Représentations trompeuses

L’organisme de défense des consommateurs vient d’annoncer qu’en début d’année, G1 Tour été reconnue coupable de 23 chefs d’accusation, notamment d’avoir exigé un prix supérieur à celui annoncé, d’avoir fait des représentations trompeuses et d’avoir prétexté un motif pour solliciter une vente.

Non seulement G1 Tour n’a pas divulgué toutes les informations prévues avant de conclure ses ententes, mais elle n’a pas fourni à ses clients un exemplaire du contrat dans les délais requis. L’entreprise a aussi omis de rembourser certains consommateurs dans les 15 jours suivant la résolution de leur contrat. Les infractions qui font l’objet de l’amende de 43 764 $ ont été commises en 2013 et 2014.

Fermeture de l’entreprise

G1 Tour a fermé ses portes aux alentours de mai 2016. Puisque l’entreprise détenait un permis de commerçant itinérant – c’est-à-dire qu’elle concluait ou tentait de conclure des contrats ailleurs que dans son établissement –, le cautionnement de 25 000 $ qu’elle avait acquitté pour l’obtention de ce permis pourrait servir à rembourser les clients qui ont payé, mais qui n’ont pas profité de leur essai sur piste.

«Mais attention, cela est valable seulement si l’entreprise a agi en tant que commerçant itinérant avec le consommateur, par exemple si G1 Tour a sollicité le client dans un salon, dans une foire ou à l’extérieur de son établissement [situé au 270, rue Étienne-Dubreuil à Québec]», précise Charles Tanguay. C’est donc dire qu’une personne qui a elle-même contacté l’entreprise ne pourra pas bénéficier d’un remboursement de la part de l’Office. Charles Tanguay précise toutefois qu’après la fermeture de l’entreprise, peu de consommateurs se sont plaints de ne pas avoir reçu les services pour lesquels ils avaient payé.

Le cautionnement de 25 000 $ servira en priorité à indemniser les consommateurs et, si des sommes demeurent disponibles, à payer le montant des amendes. Les personnes qui veulent faire une réclamation peuvent télécharger un formulaire dans cette section du site de l’OPC (le PDF est au bas de la page).

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.