Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Travelocity.ca opère sans permis

Par Stéphanie Perron
Travelocity ca opere sans permis

Vous ne feriez jamais affaire avec une agence de voyage sans permis. Mais êtes-vous aussi «regardant» quand vous achetez en ligne?

«Économisez jusqu’à 60 %», «Billets de spectacle gratuits», «Nous garantissons le meilleur prix»: les offres de Travelocity.ca sont alléchantes. Le hic, c’est que ce site ne détient pas le permis de l’Office de la protection du consommateur (OPC) obligatoire pour vendre des voyages au Québec. Seules les agences qui détiennent un permis paient le cautionnement qui protège l'argent de leurs clients si elles devaient avoir des problèmes d'ordre financier ou carrément faire faillite.

Par ailleurs, les agences qui ont un permis réclament à leurs clients la contribution au Fonds d’indemnisation des clients des agents de voyages (3,50 $ pour chaque tranche de 1 000 $ de services touristiques achetés) leur permettant de recevoir une compensation si leur transporteur aérien, leur hôtelier ou leur croisiériste ne peut leur fournir les services achetés. Des clients de Vacances Maestro et Jetsgo en ont profité en 2010. Pour vérifier si une agence détient un permis, tapez le nom de l’entreprise dans le champ «Renseignez-vous sur un commerçant», sur la page d’accueil du site de l’OPC.

Protégés en Colombie-Britannique?

Questionné par Protégez-Vous, Travlocity.ca a répondu par courriel que l'entreprise «est représentée au Canada par Uniglobe Vision Travel, licencié par la Consumer Protection BC [en Colombie-Britannique] et contributeur au Travel Assurance Fund, un fonds qui offre une protection aux consommateurs – incluant ceux du Québec – lorsqu'ils ne reçoivent pas les services achetés auprès d'une agence licenciée». La porte-parole de la Consumer Protection BC, Tatiana Chabeaux-Smith, confirme que Travelocity.ca possède une licence en Colombie-Britannique, et que les voyageurs peuvent bénéficier de protections similaires à celles de l'OPC, peu importe où ils habitent.

Un argument qui n'émeut guère Jean Jacques Préaux, porte-parole de l'OPC. «Cela ne change absolument rien au fait que pour faire des affaires au Québec, une agence de voyages doit posséder un permis émis par l’OPC. Faites affaires avec qui vous voulez, mais si vous avez le choix entre deux agences situées à l’extérieur de la province, choisissez celle qui possède un permis de l’OPC.» Le directeur général de l’Association canadienne des agences de voyages, Jean-Luc Beauchemin, suggère aux consommateurs qui veulent faire affaire avec une entreprise sans permis de s’adresser à un agent de voyages afin que ce soit lui qui négocie avec la compagnie. «De cette façon, ils auront une protection.»

La loi, c'est la loi

L'Office de la protection du consommateur affirme avoir l’intention d’envoyer à Travelocity.ca une mise en demeure lui demandant de se procurer un permis. Cela ne signifie toutefois pas que l’entreprise écopera de sanctions pécunières. «Pour imposer une amende, il faut d’abord une poursuite, explique Jean Jacques Préaux. Lorsqu’il s’agit d’un commerçant situé au Québec, on lui fait parvenir un avis lui demandant de se conformer aux règles, ce qui peut mener vers une enquête formelle, puis au dépôt d’un constat d’infraction et éventuellement des amendes.» Avec seulement neuf enquêteurs, l'OPC doit choisir ses batailles, et se concentrer sur les entreprises ayant pignon sur rue au Québec. «Or, Travelocity.ca ne semble pas avoir de bureaux dans la province», dit Jean Jacques Préaux.

L’industrie du voyage au Québec


  • 5,4 milliards de dollars par année d'exploitation

  • 829 agences de voyages détenant un permis
  • 11 364 voyageurs indemnisés par le Fonds d’indemnisation des clients des agents de voyages depuis sa création en 2004


Source: Office de la protection du consommateur, 2011.

À lire sur Protégez-Vous.ca

Les voyageurs seront mieux protégés - Mai 2010

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par STEEVE LONGPRE
    25 Septembre 2012

    Pourquoi faut-il toujours que le Québec ferme la porte à ce qui n'est pas québécois????? J'achèterais demain matin sur Travelocity...et oui je bénéficierait de la protection que eux offrent. Continuez à les démolir juste parce qu'ils ne sont pas québécois. Une protection, c'est une protection...Qu'elle viennent de l'OPC ou du Travel Insurance Fund, on s'en fou.

     13
  • Par Monique Sasseville
    10 Juillet 2013

    Je comprends que le but de cet article vise à nous protéger comme consommateur. Par ailleurs je me dois de souligner que je fais affaire avec Travelocity depuis plusieurs années et que j'ai toujours été entièrement satisfaite: les meilleurs prix ( et croyez-moi je fais maintes recherches) le meilleur service à la clientèle et jamais un problème de facturation ou autre. Contrairement à plusieurs autres le prix à payer inclue tous les frais et taxes, ce qui facilite la recherche et évite les surprises. Bref je n'hésite pas à hautement recommander Travelocity et malgré ce que vous avancez, je ne doute pas une seconde de leur honnêteté corporative.

     9
  • Par Christian Tadji
    18 Février 2012

    De toute manière, j'évitais Travelocity.ca puisqu'il n'incluait pas ma destination favorite dans le Sud, Cuba. C'est pas cher, et nous, canadiens, avons le droit d'y aller. Pourquoi devrait-on se plier à des règles américaines?

     1