Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Compte conjoint: ce qu'il faut savoir avant d'en ouvrir un

Par Nathalie Côté
Compte conjoint: pratique, mais pas sans risque!

L’été, c’est la période des déménagements. Vous emménagez avec votre douce moitié et envisagez d’ouvrir un compte conjoint? Avant de mettre tous vos sous dans le même panier, lisez nos réponses à six questions essentielles.

ALT

Photo: Shutterstock

1. Qu’est-ce qu’un compte conjoint?


Un compte appartenant à parts égales à deux personnes ou plus. Habituellement, il est ouvert par des couples pour payer les dépenses communes liées à la maison.

2. Est-ce nécessaire?

Les institutions financières exigent généralement que le paiement de l’hypothèque se fasse à partir d’un seul compte bancaire, poussant plusieurs couples à adopter le compte conjoint. Les experts que nous avons consultés recommandent d’y contribuer proportionnellement à vos revenus pour limiter les différends. Le conjoint qui gagne 65 % du revenu familial pourrait payer 65 % des dépenses, par exemple. Cela permet aux deux personnes d’avoir un train de vie similaire. « La maison appartiendra néanmoins à parts égales à chaque copropriétaire », précise André Lacasse, planificateur financier aux Services financiers Lacasse­. À moins que le contrat d’achat prévoie d’autres dispositions, pour les conjoints de fait. Lorsqu’une maison est acquise par des personnes mariées, elle fait partie du patrimoine familial.

engagés dans une relation stable possédaient un compte conjoint en 2013.
Source: sondage TD Canada Trust.

Vous n’avez pas d’hypothèque, mais vous souhaitez tout de même simplifier la gestion de votre budget familial ? Ce type de compte pourrait vous y aider puisqu’il rassemblerait toutes les dépenses de la famille – électricité, épicerie, garderie, etc.

3. Faut-il quand même conserver un compte personnel?

Certains couples regroupent dans un compte conjoint tous leurs revenus et dépenses. Ils limitent ainsi les frais bancaires. Cela peut toutefois causer des conflits quand les priorités et les dépenses des conjoints diffèrent, remarque Sophie Sylvain, planificatrice financière chez Desjardins Gestion de patrimoine. Lorsque chacun règle ses factures personnelles à même son propre compte, comme celles liées à ses loisirs, les tensions pourraient être moins vives, ajoute-t-elle.

De plus, en cas de décès, l’institution financière bloque le compte conjoint en entier jusqu’à ce que vous fournissiez les documents légaux nécessaires pour le faire débloquer, comme un certificat de recherche testamentaire. Si un testament n’est pas notarié, par exemple, les procédures peuvent durer plusieurs semaines.

4. Faut-il deux signatures pour faire des opérations?

Seulement si vous choisissez cette option lors de l’ouverture du compte. Vous n’aurez alors pas de carte de débit, précise Sophie Sylvain. Sachez cependant que si l’autorisation d’un seul des deux titulaires suffit, choix le plus pratique et le plus courant, l’autre personne pourra faire des transactions ou même fermer le compte sans votre autorisation.

5. Qu’arrive-t-il en cas de séparation ?

Dans le cas où une seule autorisation est nécessaire pour effectuer une transaction, un ex-conjoint malhonnête pourrait vider le compte et utiliser toute la marge de crédit qui y est liée. « Nous recommandons toujours de fermer le compte conjoint rapidement en cas de séparation », indique Mme Sylvain.

6. Qu’arrive-t-il en cas de problèmes financiers ?

Si votre conjoint fait faillite, le syndic dé­ter­mi­nera quelle portion de l’argent vous appartient. Il ne peut pas l’utiliser pour rembourser les dettes de l’autre titulaire. Par contre, si vous détenez une protection en cas de découvert (compte lié à une marge de crédit commune, par exemple), vous serez aussi responsable du remboursement de cette dette.

Pas seulement pour les amoureux

Des copropriétaires d’un immeuble à logements pourraient aussi ouvrir un compte conjoint. En vieillissant, certains parents le font également avec un enfant adulte, qui pourra ainsi les aider à gérer leurs finances. Attention cependant : l’enfant devient alors copropriétaire de l’argent, dit André Lacasse, planificateur financier aux Services financiers Lacasse­. Selon lui, il vaut mieux dans ce cas que le parent signe une procuration à son enfant afin qu’il puisse réaliser certaines transactions en son nom.