Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Ce qu’il faut savoir sur les locations immobilières avec un courtier

Par Maxime Johnson
location-immobilier

Entre deux propriétés à vendre, les sites de courtiers immobiliers proposent parfois des logements à louer. Une pratique commune depuis longtemps dans certains pays, et qui commence à gagner en popularité au Québec, surtout auprès des propriétaires investisseurs.

«Les courtiers ont toujours été impliqués dans les locations commerciales, mais c’est une tendance que l’on voit maintenant de plus en plus pour les locations personnelles également», confirme Karen Kazandjian, courtière immobilière et propriétaire de l’agence RE/MAX 3000 à Montréal.

Pour cette dernière, les raisons pour faire appel à un courtier sont nombreuses. Les propriétaires peuvent notamment déléguer des tâches comme les visites, les formulaires à remplir et les enquêtes de crédit, mais aussi la rédaction des annonces, la prise de photos et l’installation des affiches. Passer par un courtier augmenterait aussi les chances de location. «Ça donne vraiment une meilleure visibilité, surtout auprès des immigrants et des entreprises qui souhaitent transférer leur personnel», estime-t-elle.

Ce ne sont toutefois pas tous les courtiers qui acceptent de s’occuper de logements à louer, ce qui explique pourquoi ces annonces sont en minorité sur les sites d’agences. Si la location commerciale est payante (de 8 % à 10 % du loyer annuel en moyenne), la résidentielle l’est moins (généralement l’équivalent d’un mois de loyer, payé une fois par le propriétaire, mais il peut aussi y avoir des ententes différentes). «Ce n’est pas très rentable, on le fait surtout pour rendre service à nos clients», dit Karen Kazandjian.

Un propriétaire qui achète un immeuble à revenus et qui ne veut pas s’en occuper de près peut ainsi utiliser son courtier pour assurer la location des appartements par la suite, par exemple. Les promoteurs qui construisent de nouveaux condominiums peuvent aussi demander à leur courtier de louer les logements qui n’ont pas été vendus.

La location avec un courtier est d’ailleurs particulièrement populaire dans les secteurs avec beaucoup de constructions et de propriétaires qui achètent des immeubles pour investir, comme à l’Île des Sœurs à Montréal, confirme Isabelle Lemieux, courtière immobilière affiliée à l’agence Royal LePage Altitude. «Et, avec la pandémie, je crois que les propriétaires vont utiliser de plus en plus des courtiers pour louer», note-t-elle.

Des locataires utilisent aussi des courtiers

Il n’y a pas que les propriétaires qui utilisent les services d’un courtier immobilier: ceux à la recherche d’un logement peuvent aussi le faire.

«Transiger avec un courtier procure un sentiment de sécurité et de protection», précise Karen Kazandjian. Le locataire qui passe par un courtier sait qu’il ne se fera pas arnaquer par un propriétaire sur un site de petites annonces, par exemple. Trouver un logement qui répond à ses attentes peut aussi être complexe, et c’est encore plus vrai si on est un nouvel arrivant.

Notons que le courtier du locataire partage la rétribution du courtier du propriétaire, comme lors de la vente d’une propriété. Dans les deux cas, c’est le propriétaire, et non le locataire, qui paye.

«Le courtier va généralement se limiter aux propriétés qui sont offertes dans le service interagence», note toutefois Karen Kazandjian. Celui-ci n’ira donc pas éplucher les annonces de Kijiji et de Facebook Marketplace. Les logements trouvés avec un courtier risquent donc d’être plus dispendieux, puisque ce sont souvent ceux-ci qui sont offerts par les agences.

>>  À lire aussi : Appartement à louer: 12 indices pour flairer l’arnaque

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.