Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Acheter son sapin de Noël au marché, en ligne ou dans le champ?

Par Johanne David et Agnès Delavault
sapin-noel Oleggg/Shutterstock.com

Noël approche, il suffit de voir tous ces sapins qui trônent dans les stationnements de plusieurs commerces et dans les marchés publics. Pas envie de transporter votre arbre ? Des entreprises vous offrent l’option d’acheter un sapin en ligne et de le faire livrer à la maison. Et si vous voulez une expérience nature en prime, pourquoi ne pas aller le cueillir vous-même ?

Sapins en ligne

Les services de vente de sapins de Noël en ligne avec livraison à domicile ont la cote. Chez BÔsapin, une entreprise qui offre ce service depuis plusieurs années dans les régions de Montréal, Québec, Trois-Rivières, Sherbrooke et Gatineau, les ventes ont explosé pendant la pandémie. Plusieurs producteurs qui vendent aussi leurs produits dans des marchés offrent la possibilité de commander son arbre de Noël en ligne et de se le faire livrer. C’est notamment le cas des plantations JonAlex avec arbresdenoel.ca qui œuvre dans la région de Québec ou sapinchezmichel.com qui livre le grand Montréal, Laval et la rive sud de Montréal et qui dispose d’un étal au Marché Jean-Talon.

Comme vous le feriez pour tout autre article que vous achetez en ligne, vous n’avez qu’à choisir votre arbre de Noël (variété, taille), la quantité désirée, puis suivre les étapes jusqu’à la plateforme de paiement pour ensuite sélectionner et réserver votre date de livraison.

Évidemment, le prix des sapins diffère selon l’essence et la taille. Les sapins Baumier et Fraser sont les plus vendus au Québec selon l’association des producteurs d’arbres de Noël du Québec (APANQ). Comptez de 50 à 70 $ environ pour un sapin baumier de 5 à 6 pieds, incluant la livraison.

Kiosques et autocueillette

Il va de soi qu’il vous en coûtera moins cher d’aller chercher vous-même votre sapin dans les marchés publics, ou encore dans le stationnement de l’épicerie ou de la quincaillerie. Alors, imaginez aller le cueillir vous-même dans le champ ! Non seulement c’est économique et écologique, mais l’expérience sera unique.

Couper son sapin

De plus en plus de familles québécoises veulent abattre eux-mêmes leur sapin. Depuis le 19 novembre, vous pouvez, par exemple vous rendre à Saint-Isidore chez Coupez votre sapin, pour choisir et abattre votre arbre de Noël. Il vous coûtera de 40 à 60 $ selon sa taille (de 4 à 8 pieds). Il existe plusieurs sites d’autocueillette dans la province, pour trouver le plus proche de chez vous, vous pouvez consulter l’onglet Trouver mon sapin naturel du site de l’APANQ.

Nos sapins chez nos voisins

Selon les chiffres de l’Association, en 2020, ce sont 1 771 944 arbres québécois qui ont été exportés à l’extérieur du pays. De ce nombre, 98 % étaient destinés à nos voisins du Sud. On estime à 800 000 la quantité d’arbres vendus au Québec et dans le reste du Canada.

Des conseils pour conserver votre sapin

Tout le monde s’entend pour dire qu’un sapin est un résineux de climat froid peu tolérant aux conditions chaudes et sèches de nos maisons. Néanmoins, pour le conserver le plus longtemps possible (jusqu’à 6 semaines), il faut au départ s’assurer de la fraîcheur de votre arbre et suivre les conseils suivants :

  • Serrez une branche entre votre pouce et votre index et tirez-la vers vous. Si l’arbre est frais, pas plus de 5 à 10 aiguilles devraient vous rester dans la main.
     
  • Une fois que vous l’avez acheté, gardez-le dans un endroit frais et à l’abri du vent, comme dans un garage, jusqu’à ce que vous soyez prêt à le décorer.
     
  • Coupez l’extrémité du tronc de l’arbre de 2 cm au-dessus de la coupe originale et placez-le immédiatement dans le support d’arbre de Noël pouvant contenir un minimum de 4 litres d’eau.
     
  • Vérifiez le niveau de l’eau du support d’arbre de Noël tous les jours pour que l’arbre ne manque jamais d’eau. Un nouvel arbre absorbera 4 litres d’eau le premier jour et ensuite 1 litre par jour. Si votre arbre manque d’eau (pendant une période de plus de 2 heures), faites une nouvelle coupe du tronc de l’arbre.

Naturel, artificiel ou en pot ?

Certains commerçants proposent des sapins en pot, à planter à l’extérieur dès le printemps. On l’a dit, un sapin « vivant » a de la difficulté à s’acclimater à nos intérieurs. Par conséquent, garder un sapin en pot dans la maison s’avère un défi de taille (pas impossible, mais pas une très bonne idée). Aussi, les experts suggèrent de choisir des conifères subtropicaux (sapin de Norfolk et cyprès doré de Monterey) qui ressemblent à des sapins et qui peuvent vivre à l’intérieur.

Quant à l’éternelle question : artificiel ou naturel ? Les arguments en faveur d’un sapin naturel sont légion : 100 % recyclable, choix écologique, bon pour l’économie locale, moins dispendieux et… ça sent tellement bon !

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.