Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous ici

Accédez à cet article gratuitement

Il suffit de vous inscrire à nos infolettres

Vous recevrez maintenant nos infolettres par courriel. Sachez que vous pouvez vous désabonner en tout temps en suivant le lien "Me désabonner" dans le bas d'une infolettre.

Comment choisir des déglaçants et abrasifs

Par Rémi Leroux Mise en ligne : 05 décembre 2013  |  Magazine : janvier 2014

Sel, chlorure de calcium, mélanges fondants, sable, abrasifs… La plupart des produits utilisés pour déglacer les entrées, balcons et escaliers contiennent des ingrédients nocifs pour l’environnement.

La majorité des produits vendus en quincaillerie pour déglacer les entrées, balcons et escaliers extérieurs contiennent des chlorures. Plusieurs portent des allégations écolos qui vantent par exemple leurs mélanges à teneur réduite en chlorure de sodium ou en chlorure de calcium. Bien que moins nocifs que les sels purs, ils sont à utiliser avec parcimonie. La règle d’or: limiter l’usage des chlorures, en prenant soin de les épandre à l’endroit approprié, en quantité adéquate et au moment propice.

Dans ce contexte, quel produit choisir pour limiter l'impact sur l'environnement et sur votre maison? Pour vous guider dans vos choix, Protégez-Vous décrit en détail l’efficacité et l’innocuité des principaux produits vendus en quincaillerie et dans les grandes surfaces.

Déglaçants et abrasifs: quand doit-on les utiliser?

Les abrasifs, comme le sable et le gravier fin, l’emportent haut la main. Il s’agit notamment des meilleures options pour les balcons et les allées bordées de plantes, selon les experts que nous avons consultés. « Les abrasifs nécessitent plus d’entretien que le sel fondant, car on en rentre toujours dans la maison. Mais ils protègent les surfaces, et en particulier les bétons », affirme André Gagné, directeur de l’expertise technique de l’APCHQ.

La bonne solution au bon endroit

Votre entrée de cour risque toutefois, dans certaines conditions, de nécessiter l’utilisation d’un déglaçant. Par exemple, ayez recours aux sels de façon préventive – avant une tempête ou une chute brutale des températures – pour créer une couche de saumure et ainsi avoir moins besoin d’en épandre par la suite. Ce mélange de sel et d’eau empêche la glace et la neige d’adhérer à la chaussée. La neige est alors plus facile à enlever. Il ne sert à rien d’utiliser le sel gemme sur la glace lorsque la température est inférieure à -10 °C.

Le déglaçant n’aura aucun effet, même si vous en répandez deux fois plus que la quantité recommandée. Choisissez un produit qui convient à la surface à traiter. Les fondants à base de chlorure étant trop corrosifs pour les surfaces en béton, en bois ou en métal, préférez un abrasif comme le sable ou le minéral volcanique. Les déglaçants et abrasifs doivent être entreposés de préférence sous abri et au sec, idéalement dans un garage ou un hangar.

Sachez décoder les étiquettes

Lors de nos visites en magasin, nous avons constaté qu’il n’est pas toujours facile de comprendre ce qu’on achète. Certains produits, plus particulièrement des mélanges fondants, n’affichent pas leur liste d’ingrédients sur l’emballage. D’autres ne présentent que les formules chimiques des éléments qui les composent. Vous devez donc savoir que MgCl2 signifie chlorure de magnésium, NaCl chlorure de sodium, KCl chlorure de potassium, CaCl2 chlorure de calcium, et (NH2)2CO urée. Soyez attentif lors de votre magasinage.

Gare aux produits toxiques

La plupart des produits utilisés pour déglacer les entrées, balcons et escaliers contiennent des ingrédients nocifs pour l’environnement. À épandre avec modération !L’hiver dernier, le pont à péage de l’autoroute 25, qui relie Laval à Montréal, a été déglacé au jus de betterave. À Saint-Valérien, près de Rimouski­, c’est un mélange de sirop de maïs et d’abrasifs qui a été employé. Bien que ce type de solutions naturelles et non corrosives séduisent certaines municipalités, plus de cinq millions de tonnes de sels de voirie sont toujours utilisées chaque année au Canada, sur les routes, dans les stationnements et sur les chemins privés.

Or, tous les produits qui contien­nent des sels de chlorure « sont considérés comme toxiques », rappelle Danny Kingsberry­, porte-parole d’Environnement Canada. Les chlorures de sodium, de calcium et de magnésium affectent durablement la faune et la flore en s’infiltrant dans les sols et les cours d’eau. De plus, ils endommagent le béton, les métaux et le bois.

Malgré tout, « le gouvernement du Canada­ n’interdira pas l’utilisation des sels de voirie », peut-on lire sur le site d’Environnement Canada. La sécurité routière étant sa « priorité absolue », le ministère privilégie la « gestion des risques environnementaux », en élaborant de bonnes pratiques pour l’entreposage, l’épandage et l’élimination des sels. Les industriels, eux, redoublent d’ingéniosité pour développer des composés performants, comme l’acétate de calcium-magnésium ou de potassium, ainsi que le formate de potassium ou de sodium. Mais le coût de production élevé de ces substances innovatrices limite leur diffusion auprès du grand public.

LES 4 CATÉGORIES DE DÉGLAÇANTS

Vous trouverez sur le marché différents types de déglaçants qui contiennent des sels de chlorure. Considérés comme toxiques, ils doivent être utilisés avec parcimonie.

Sel gemme
Composition : Chlorure de sodium extrait de mines ou d’anciens lacs asséchés. Se présente généralement sous la forme de cristaux de sel concassés.


Mode d’action : Utilisé de façon préventive – avant une tempête, par exemple –, il se dissout dans l’eau et crée une saumure qui empêche la neige et la glace d’adhérer au sol. Il fait aussi fondre la glace déjà formée en abaissant le point de congélation de l’eau.

Prix : De 30 à 50 ¢/kg (se vend en sac de 10 kg). Il faut généralement en épandre deux fois plus pour faire fondre de la glace, de la neige ou du givre que pour prévenir leur apparition*.

Efficacité : Jusqu’à -10 °C. À utiliser avec parcimonie, sur les surfaces asphaltées chargées de glace ou de neige.

Impact sur les structures : Le sel est une substance corrosive qui peut, à moyen terme, entraîner la détérioration de la chaussée, des structures en béton et en métal, des véhicules et d’autres revêtements (ciment, bois, pierre, asphalte). Selon l’Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec (APCHQ), cela est particulièrement vrai pour les bétons de moins de deux ans, qui contiennent des chaux libres réagissant très mal aux chlorures.

Impact sur l’environnement : Produit de déglaçage le plus répandu au Canada, le chlorure de sodium est nocif pour certains organismes d’eau douce, réduit la croissance et la productivité de certaines espèces animales, détériore la végétation, etc. Environnement Canada et le ministère des Transports du Québec recommandent d’utiliser le moins possible de sel gemme, ou de l’associer par exemple à un abrasif comme le sable.
Chlorure de calcium
Composition : Flocons ou boulettes faits à 64 % de chlore et à 36 % de calcium (en pourcentage de la masse).

Mode d’action : Agit rapidement en produisant de la chaleur au contact de la glace ou de la neige. Comme le sel gemme, il peut être utilisé de façon préventive.

Prix : De 80 ¢ à 1,10 $/kg (se vend en sac de 10 kg). Le coût est à peu près équivalent à celui du sel gemme, si on considère qu’il faut généralement en épandre deux fois moins que ce dernier*.

Efficacité : Jusqu’à -30 °C. À utiliser avec parcimonie, sur les surfaces asphaltées chargées de glace.

Impact sur les structures : Plus corrosif pour le métal que le chlorure de sodium, il peut également altérer le béton, le ciment, le bois et la pierre si vous ne respectez pas la quantité recommandée par le fabricant.

Impact sur l’environnement : Comparable à celui du sel gemme. Pour ne pas endommager la végétation, n’utilisez pas le chlorure de calcium en dehors des surfaces à déglacer.
Chlorure de magnésium
Composition : Paillettes ou flocons faits à 74 % de chlore et à 26 % de magnésium (en pourcentage de la masse).

Mode d’action : Comme le sel gemme, il peut être employé de façon préventive ou curative.

Prix : Environ 75 ¢/kg (se vend en sac de 10 kg), principalement dans le réseau Coop Unimat. Les fabricants recommandent d’en épandre jusqu’à quatre fois plus que du sel gemme*.

Efficacité : Jusqu’à -15 °C. Action moins rapide que celle du chlorure de calcium. À utiliser avec parcimonie, sur les surfaces dallées ou asphaltées.

Impact sur les structures : Corrosif, ce produit peut altérer le béton, la pierre, le ciment et le bois si vous ne respectez pas la quantité recommandée par le fabricant.

Impact sur l’environnement : Comparable à celui du sel gemme. Pour ne pas endommager la végétation, évitez d’épandre le chlorure de magnésium en dehors des surfaces à déglacer.
Mélanges fondants
Composition : Associe généralement le chlorure de sodium à du chlorure de calcium, de potassium ou de magnésium, à des concentrations variées. Se présente sous diverses formes : flocons, paillettes, boulettes.

Mode d’action : Les différents chlorures ont des réactions complémentaires. Par exemple, le chlorure de calcium dégage de la chaleur qui active le chlorure de sodium.

Prix : De 1 à 1,50 $/kg (se vend en sac ou en seau de 10 kg). En règle générale, vous utiliserez au moins deux fois plus d’un mélange fondant que de sel gemme*.

Efficacité : Jusqu’à -30 °C grâce à la synergie entre les ingrédients. Ainsi, le chlorure de potassium, qui ne fait fondre la glace que jusqu’à -4 °C si on l’emploie seul, agit à des températures beaucoup plus basses quand on lui ajoute du chlorure de calcium et de sodium. À utiliser avec parcimonie, sur les surfaces dallées ou asphaltées.

Impact sur les structures : Corrosif pour le métal et le béton. Plus il y a de chlorure de potassium dans un mélange, moins celui-ci est dangereux pour le béton et la pierre, le ciment ou le bois. Mais cet ingrédient ayant un coût de fabrication élevé, il est toujours associé à d’autres chlorures dans les produits vendus en quincaillerie.

Impact sur l’environnement : Tous les mélanges à base de chlorure sont considérés comme toxiques, au même titre que le sel gemme. Pour ne pas endommager la végétation, évitez d’épandre les mélanges fondants en dehors des surfaces à déglacer.

*Les quantités à épandre varient selon les marques. À titre d’exemple, on utilisera environ ½ tasse/m2 de sel gemme pour un traitement préventif (saumure) et environ 1 tasse/m2 pour un traitement curatif. Il est essentiel de suivre les recommandations du fabricant.

Déglacer au jus de betterave à sucre ?

Nous avons trouvé sur le marché un déglaçant fabriqué à partir de résidus de betterave à sucre combinés à du chlorure de sodium. Vendu sous forme de granules, le Déglaçant superpuissant tout naturel de Nature’s Edge peut être utilisé de façon préventive ou curative, sur les surfaces asphaltées. Le produit peut agir jusqu’à -28 °C. Il est moins corrosif que les chlorures seuls ou les mélanges fondants. Comme il est aussi moins volatil, il ne se répand pas en dehors des surfaces à déglacer. Et il se biodégrade facilement.

Trouver un déglaçant à base de résidus de jus de betterave n’est toutefois pas une mince affaire. Étant donné que la liste des ingrédients n’est pas affichée sur l’emballage, il nous a fallu téléphoner au fabricant pour connaître la composition exacte du produit. En magasin, vous devrez reconnaître l’emballage pour vous assurer d’acheter le bon produit.

Les informations qui figurent dans cet article proviennent d’experts d’Environnement Canada, du ministère des Transports du Québec, de CAA Québec, de l’Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec et de la société Solutions Alternatives Environnement.

LES 3 CATÉGORIES D'ABRASIFS

Les abrasifs nécessitent plus d’entretien que le sel fondant, car on en rentre toujours dans la maison. Mais ils protègent les surfaces, et en particulier les bétons.

Sable, gravier fin, pierre concassée
Mode d’action : Le sable, le gravier et la pierre concassée ont des propriétés anti- dérapantes, et non déglaçantes. Les produits se déposent sur la glace ou la neige et augmentent la force de frottement.

Prix : Environ 40 ¢/kg (se vend en sac de 10 kg). Répandre assez de produit pour créer une épaisseur antidérapante efficace.

Efficacité : Ils sont performants à n’importe quelle température. À privilégier sur une allée bétonnée ou dallée, ou sur un balcon. Ils seront cependant moins appropriés sur certaines surfaces, comme un escalier en métal dont les marches sont perforées.

Impact sur les structures : Minime. Ces abrasifs sont sans danger pour le béton, selon l’APCHQ. Ils sont tout autant conseillés pour les autres revêtements (bois, ciment, asphalte et pierre). Leur principal défaut : ils vous obligent à balayer souvent !

Impact sur l’environnement : Limité. Le sable, le gravier et la pierre concassée n’endommagent ni les plates-bandes ni les pelouses des propriétés privées. Utilisés en grande quantité sur les routes et les voies publiques, ils peuvent toutefois contribuer à l’ensablement des plans d’eau et à la détérioration de l’habitat aquatique.













Mélanges abrasifs
Composition : Sable sec contenant de 3 à 5 % de chlorure de sodium (sel gemme).

Mode d’action : Le sable agit comme antidérapant, et le sel, comme déglaçant. L’effet combiné des deux permet une adhérence immédiate et la fonte progressive de la neige et de la glace.

Prix : Environ 25 ¢/kg (se vend en sac de 10 kg). Répandre assez de produit pour créer une épaisseur antidérapante efficace. Les fabricants suggèrent d’en utiliser deux fois plus que du sel gemme.

Efficacité : Jusqu’à -30 °C. À cette température, c’est la propriété antidérapante du produit qui prime. À utiliser sur les surfaces dallées ou asphaltées.

Impact sur les structures : Moins important que celui des produits composés entièrement de chlorures. Nécessite toutefois de balayer souvent.

Impact sur l’environnement : Ce produit contient si peu de chlorure de sodium qu’il contribue à limiter les rejets de sel dans l’environnement, en plus de réduire les dommages sur la végétation située à proximité des allées ou des entrées de cour.
Minéral volcanique
Composition : Granules de pierre minérale d’origine volcanique sans additif.

Mode d’action : Antidérapant. Les granules s’incrustent dans la glace ou la neige et offrent une adhérence rapide.

Prix : Environ 2,40 $/kg (se vend en contenant de 5 kg). En règle générale, vous en épandrez un peu moins que du sel gemme*.

Efficacité : Ce minéral joue son rôle d’antidérapant et de traction à n’importe quelle température et sur tout type de surface. Il pourrait toutefois s’incruster plus difficilement dans la glace à très basse température, selon Micheline Lévesque, présidente de Solutions Alternatives Environnement.

Impact sur les structures : Non corrosif, donc pas nuisible.

Impact sur l’environnement : Ces granules n’ont aucune incidence sur les pelouses et plates-bandes. Données insuffisantes quant à l’impact sur les cours d’eau.

*Les quantités à épandre varient selon les marques. À titre d’exemple, on utilisera environ ½ tasse/m2 de sel gemme pour un traitement préventif (saumure) et environ 1 tasse/m2 pour un traitement curatif. Il est essentiel de suivre les recommandations du fabricant.

Les informations qui figurent dans cet article proviennent d’experts d’Environnement Canada, du ministère des Transports du Québec, de CAA Québec, de l’Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec et de la société Solutions Alternatives Environnement.

Crédit photo: Réjean Poudrette

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Maison

Commentaires 2 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par J-FRANCOIS EMERY | 21 décembre 2018

    On peut aussi utiliser de la litière pour chats non aglomérante

    Par Gilles Lachance | 07 janvier 2019

    Pendant le grand verglas de 1998, j'ai mis de l'engrais dans mon entrée de garage. La pente est devenue moins glissante. (C'est tout ce que j'avais.)

  • Par JOCELYNE RICHARD GAULIN | 16 janvier 2019

    je vous conseille le becter Ultimate qui est un extraction de betterave que EMBALLAGEs Maska une branche de Bunzl canada vend c'est une première année et un bon succès jusqu'à présent