Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous ici

Accédez à cet article gratuitement

Il suffit de vous inscrire à nos infolettres

Vous recevrez maintenant nos infolettres par courriel. Sachez que vous pouvez vous désabonner en tout temps en suivant le lien "Me désabonner" dans le bas d'une infolettre.

Acheter une maison en tenant compte des enjeux environnementaux

Par Emmanuelle Gril Mise en ligne : 09 Décembre 2019  |  Magazine : 01 Janvier 2020 Shutterstock.com

achat-maison-environnement Shutterstock.com

Écoquartier, certification LEED, matériaux durables… Si vous désirez acquérir une propriété en tenant compte des enjeux environnementaux, voici ce qu’il faut savoir.

Le terme «durable» est à la mode, mais à quoi réfère-t-il exactement quand il est utilisé pour décrire un quartier? Pour s’y retrouver, David Paradis, urbaniste et directeur de la division Recherche, formation et accompagnement à Vivre en Ville, conseille d’avoir recours à la grille d’analyse conçue par son organisme pour caractériser un écoquartier. En voici les grands principes.

Les piétons sont les rois

Tout d’abord, un quartier durable doit se déployer dans les périmètres existants d’une municipalité afin de pouvoir bénéficier des services (égouts, aqueducs, électricité, etc.) et ne pas empiéter sur une zone agricole ou un milieu naturel. Trop excentré, il nécessitera beaucoup de déplacements de la part de ses résidents, ce qui n’est pas une bonne chose puisque cela augmente la production de gaz à effet de serre (GES) produits par les transports. «En ce sens, construire un nouveau quartier, même s’il est certifié vert, n’est pas nécessairement un choix durable», souligne David Paradis.

Un écoquartier aura également été conçu d’abord et avant tout pour les piétons, et il doit former un environnement où tout peut se faire à pied, car comme le rappelle David Paradis, «la voiture représente 40% des émissions des GES». 

Par ailleurs, la densité a aussi son importance; pas nécessairement en hauteur, mais surtout en proximité. Ainsi, la taille des terrains et des rues est réduite, mais inversement, les espaces publics (places, parcs, etc.) sont plus vastes et plus nombreux. Un quartier durable offre aussi une plus grande diversité de types de logements – maisons individuelles, condos… – afin de favoriser la mixité sociale et intergénérationnelle.

Un intérêt croissant

Les écoquartiers répondant à toutes les caractéristiques requises sont non seulement rares, mais encore à l’état embryonnaire dans la province. Le plus avancé à l’heure actuelle est sans doute celui de la Pointe-aux-Lièvres et, dans une moindre mesure, celui D’Estimauville, tous deux situés à Québec.

Néanmoins, rien ne vous empêche d’opter pour une maison plus verte; une tendance qui est d’ailleurs en hausse, souligne Hélène Chebroux, écocourtière immobilière certifiée à l’emploi de l’agence Via Capitale. «Depuis deux ou trois ans environ, je constate que la clientèle est davantage sensibilisée; les mentalités sont en train de changer», estime-t-elle.

Si les habitations neuves détenant par exemple une certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) sont recherchées, les acheteurs n’hésitent pas non plus à effectuer des rénovations durables sur leur nouvelle demeure. Mais dans un cas comme dans l’autre, il faut être prêt à payer plus cher.

«Une habitation écoresponsable neuve peut coûter environ 15% de plus qu’une habitation ordinaire. La facture grimpe aussi de 2 à 5% de plus pour les rénovations, car les matériaux durables sont plus coûteux. Mais les prix vont nécessairement baisser au fur et à mesure que la popularité de ces habitations augmentera, comme ce fut par exemple le cas des voitures électriques», analyse Hélène Chebroux.

Si votre prêt hypothécaire est assuré avec la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), sachez que cet organisme offre des programmes qui pourraient vous aider. Son programme Maison écolo permet de récupérer jusqu’à 25% de l’assurance hypothécaire si vous achetez ou construisez une habitation certifiée écoénergétique, ou alors si vous apportez des améliorations vertes (chauffage, isolation, etc.) à une demeure existante.

>> À lire aussi: nos articles pour acheter une maison ou un condo et notre enquête sur les «crédits» carbone

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Maison

Commentaires 1 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par MARIO NORAMBUENA | 03 Février 2020

    Important de commenter la pollution électromagnétique autour d'une nouvelle maison ou d'un nouvel appartement. Avant d’acheté.