Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

5 conseils pour soulager un coup de soleil

Par Rémi Leroux Mise en ligne : 03 Mai 2013

Coup de soleil: 5 conseils pour soulager la douleur

Protéger sa peau reste la meilleure solution pour éviter les coups de soleil. Mais en cas d’oubli, des traitements simples permettent de soulager la douleur.

Inflammation, brûlure, cloques… l’exposition sans protection peut provoquer des coups de soleil qui ne sont pas sans conséquence sur l’organisme.  Il existe différents degrés de coups de soleil. Le plus fréquent provoque une rougeur, une légère douleur et, parfois, des démangeaisons. La brûlure est plus sévère si la peau est endommagée au point qu’une cloque apparaît. Et le niveau de gravité dépend également de la surface touchée. «Si on a une cloque sur le bout du nez, ce n’est pas comme si toute la surface du dos était enflammée», précise Diane Lamarre, présidente de l’Ordre des pharmaciens du Québec (OPQ). Il est préférable de consulter un médecin si la rougeur est étendue et qu’elle présente de multiples cloques.

>> À lire aussi: Évaluation de 30 écrans solaires

1. Refroidissez la peau

Le coup de soleil se traite comme une brûlure. «Peu importe son degré de gravité, il est essentiel de refroidir la peau pour éviter que la brûlure ne pénètre les tissus plus en profondeur», indique Diane Lamarre. Dès que vous remarquez que vous avez abusé des rayons solaires, appliquez une compresse froide sur la peau. Vous pouvez aussi immerger la partie blessée en prenant un bain frais.

2. Prenez un analgésique

Votre coup de soleil vous fait souffrir? Pour atténuer la douleur, Diane Lamarre recommande de prendre un analgésique par voie orale, comme l’acétaminophène. S’il y a inflammation, vous pouvez aussi vous tourner vers des anti-inflammatoires non stéroïdiens en vente libre, par exemple l’ibuprofène ou le naproxène. On doit prendre ces produits en suivant les doses recommandées par le fabricant. De plus, il faut faire attention aux possibles interactions de ces anti-inflammatoires avec d’autres médicaments, comme les anticoagulants. Ces médicaments sont particulièrement utiles pendant les 24 premières heures, alors que les effets du coup de soleil sont intenses. En cas de démangeaisons, il est également possible d’utiliser un antihistaminique comme la diphenhydramine (Benadryl), ajoute la pharmacienne. Évitez les crèmes et les onguents, qui peuvent causer une réaction cutanée appelée allergie de contact, et privilégiez la prise par voie orale.

3. Appliquez de l'aloès

L’application d’aloès, ou aloe vera, permet de soulager l’inflammation causée par les coups de soleil. Composée à 99 % d’eau, cette plante contient des acides aminés, des vitamines (A, C et E) et d’autres nutriments qui ont un effet apaisant sur les brûlures. L’idéal consiste à appliquer le gel d’aloès extrait directement de la plante, plutôt que d’utiliser les produits vendus en pharmacie, beaucoup moins efficaces.

4. Faites attention aux anesthésiques locaux

Les pharmaciens et les dermatologues émettent certaines réserves en ce qui concerne les anesthésiques locaux, comme le Dermoplast ou le Solarcaine. D’abord, ces produits ne sont efficaces que pendant 15 à 45 minutes. De plus, leurs ingrédients actifs, comme la benzocaïne, peuvent causer une réaction allergique ou une hypersensibilité cutanée. Enfin, il y a un risque d’absorption du produit à travers la peau, notamment avec la lidocaïne. Cette molécule, souvent utilisée pour contrôler le rythme cardiaque, peut entraîner des effets indésirables si elle pénètre les tissus en grande quantité. «Ces produits doivent être utilisés en tenant compte de toutes ces restrictions et seulement sur une peau qui n’est pas ouverte, donc sans cloques», insiste Diane Lamarre.

Idem pour les baumes «froids», très à la mode pour soulager les douleurs musculaires. «Le camphre ou le menthol procurent une sensation de froid, mais ils sont aussi irritants pour la peau», affirme Diane Lamarre. Mieux vaut les éviter. De la même manière, on se gardera d’utiliser les onguents antibiotiques contenant de la néomycine ou de la bacitracine (Polysporin). Pourquoi? Ces ingrédients causent souvent des dermatites allergiques (éruptions, urticaire, démangeaisons, etc.). Des effets indésirables sur une peau déjà fragilisée.

5. Gardez en tête: mieux vaut prévenir plutôt que guérir!

Mieux vaut prévenir…
«Il n’existe aucune crème pour renverser les conséquences d’un coup de soleil, rappelle le Dr Joël Claveau, dermatologue à la Clinique du mélanome et des cancers cutanés du CHUQ - Hôtel-Dieu de Québec. Les effets du soleil sur la peau apparaissent 10 ou 15 ans après l’exposition et sont irréversibles. Il est donc indispensable de se protéger dès le plus jeune âge.» Pour prévenir les abus, appliquez un filtre solaire à large spectre qui protège à la fois contre les UVA et les UVB, et dont l’indice de protection est d’au minimum 30. Évitez également de vous exposer quand les rayons solaires sont les plus forts, soit entre 11 h et 16 h. Le nez, le crâne (en particulier chez les personnes chauves), les oreilles et la nuque sont les zones du corps souvent oubliées où le cancer de la peau se développe fréquemment, ajoute le Dr  Claveau. Le port du chapeau est donc fortement recommandé!

>> À lire aussi: Combien de temps peut-on utiliser un écran solaire, une fois le contenant ouvert?

Attention!

Si le coup de soleil entraîne des symptômes comme de la fièvre, des frissons, des nausées, de la confusion ou des convulsions, il s’agit alors d’un coup de chaleur. Rendez-vous à l’urgence. Il faut aussi surveiller de près les bébés et les enfants, puisque leur peau est plus sensible aux rayons ultraviolets que celle des adultes. En cas de coup de soleil, vérifiez leur état général, car les risques de déshydratation sont grands (soif, sécheresse de la bouche, etc.).

Photo: Shutterstock