Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Tests de PCMag: Bell et Montréal ont les réseaux les plus rapides et fiables au pays

Par Johanne David
shutterstock_1335030845

Bell et Montréal affichent les meilleurs résultats en termes de vitesse et de fiabilité de connexion, selon les tests réalisés par PCMag sur les réseaux sans fil des plus importants fournisseurs au pays.

Des experts en technologies sans fil de PCMag ont récemment sillonné le Québec (et le Canada) pour évaluer la vitesse et la couverture réseau des plus importants fournisseurs. Le magazine d’informatique réalise depuis huit ans son Fastest Mobile Network Canada, une évaluation des performances des opérateurs de réseaux mobiles au pays. Ses experts se sont arrêtés à Montréal, Québec, Drummondville et Sherbrooke pour y tester les réseaux sans fil de Bell, Telus, Rogers et Vidéotron.

Vitesse, temps de connexion et fiabilité

Les quatre principaux fournisseurs de la province ont été classés en fonction d’une moyenne pondérée des vitesses de téléchargement et de téléversement, du temps de connexion et de la fiabilité.

Au final, c’est Bell qui arrive en tête du classement au Québec (et au Canada), et ce, en partie grâce à ses réseaux de télécommunication 4G (quatrième génération) et 5G (cinquième génération) les plus rapides au pays.

Telus aurait pu conserver son titre de réseau le plus rapide, mais sa fiabilité en termes de connectivité n’a pas toujours été au rendez-vous. Lors des essais, Telus a souffert de coupures occasionnelles et, dans certains cas, n’était pas en mesure de fournir une connexion.

Montréal, la plus rapide

Si Bell est le réseau le plus rapide au pays, Montréal, elle, est la métropole la plus rapide du Canada. Le fait d’avoir testé la 5G – une technologie qui offre une vitesse de téléchargement supérieure à la 4G – au centre-ville de Montréal n’est peut-être pas étranger aux résultats obtenus dans la grande région métropolitaine où les vitesses moyennes de téléchargement atteignaient 209,5 Mbps, et 34,7 Mbps pour celles du téléversement.

Pas besoin d’un téléphone 5G pour l’instant

Mais même là où il n’y a pas de 5G, le client est connecté au réseau 4G et les vitesses de transmission qu’un tel réseau amène s’avèrent souvent tout aussi excellentes. C’est ce que PCMag a remarqué, notamment dans la ville de Québec où la clientèle n’est pas couverte par la 5G.

Les testeurs de PCMag ont constaté des vitesses spectaculaires dans la capitale, en particulier pour la Haute-Ville. Ce constat était également valable pour Lévis, Saint-Roch et Vanier. Les Québécois n’ont donc pas besoin de se précipiter pour se procurer un téléphone 5G pour l’instant.

D’autant plus que la 5G n’est pas encore arrivée dans l’ensemble du Québec. Le réseau 5G de Bell et Telus est présentement limité au centre-ville de Montréal. Celui de Rogers couvre la région métropolitaine, quoique très inégalement. Quant à Vidéotron, elle n’offre pas encore la 5G.

Des réseaux sous-utilisés

Tous fournisseurs confondus, les vitesses moyennes ont augmenté par rapport aux années précédentes. Selon PCMag, nos réseaux seraient même deux fois plus rapides que les réseaux mobiles américains.

L’étude révèle que les réseaux sont sous-utilisés, et cela pourrait expliquer pourquoi les fournisseurs offrent des forfaits illimités – des gigaoctets de données par mois –, sans que cela entraîne de ralentissement des réseaux.

Victoire de Rogers à Sherbrooke

À Sherbrooke, c’est Rogers qui a été proclamée victorieuse. Le réseau du fournisseur a été plus fiable et plus solide que ceux de Bell et Telus. Les vitesses étaient inférieures à ce qu’on peut retrouver à Montréal ou à Québec, mais cela va changer puisque Rogers y a récemment déployé la 5G (après les tests de PCMag). À noter qu’au Québec, Rogers a une longueur d’avance sur Bell et Telus quant au déploiement de la 5G.

Écarts entre les zones urbaines et rurales

Pas de surprise, on constate un écart non négligeable entre les performances du sans-fil dans les zones urbaines et rurales de la province.

Les testeurs de PCMag avaient prévu plusieurs arrêts pour vérifier les vitesses dans les villes et les régions rurales. Or, des baisses de vitesse ont été remarquées, notamment entre Drummondville et Sherbrooke. La connectivité s’affaiblissait considérablement lorsqu’ils quittaient les grandes villes. Toutefois, l’étude montre que la situation est moins sombre au Québec que dans les autres provinces canadiennes.

Vidéotron, une bonne affaire

C’est Vidéotron qui offre la meilleure disponibilité dans les petites villes et milieux ruraux. À l’extérieur de Drummondville, par exemple, la meilleure performance a été réalisée par ce réseau local. Même exclue du réseau 5G (pour le moment), Vidéotron est en mesure de fournir une expérience 4G LTE constante, fiable et décente dans toute la province. Les vitesses moyennes sont beaucoup plus lentes, mais la fiabilité est là.

Si les performances de Vidéotron ne sont pas tout à fait à la hauteur de celles de Bell, ses services, par contre, coûtent en général de 5 à 10 $ de moins par mois.

>> À lire aussi: Faut-il avoir peur de la GG?

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.