Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

De nouveaux forfaits mobiles abordables, mais limités

Par Maxime Johnson
forfaits-cellulaires-2

Comme prévu, les grands opérateurs canadiens ont lancé une série de nouveaux forfaits mobiles abordables cette semaine, en réponse à une demande du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). Ceux-ci ont toutefois redoublé de créativité pour que ces offres soient les moins intéressantes possible.

Les attentes du CRTC étaient claires. L’organisme souhaitait que Bell, Rogers et Telus (Vidéotron n’était pas ciblée par la demande) améliorent l’accessibilité à leurs services sans fil. Pour y arriver, ces entreprises ont été invitées à lancer :

  • Des forfaits à moindre coût (maximum de 35 $ par mois, avec au moins 3 Go de données et des appels et textos illimités) ;
     
  • Des forfaits postpayés à usage occasionnel (100 minutes, 250 Mo de données et textos illimités pour un maximum de 15 $ par mois) ;
     
  • Des forfaits prépayés appels et textes d’utilisation occasionnelle (maximum de 100 $ par année pour 400 minutes locales et 400 messages texte).

Ces forfaits devaient être accessibles à compter du 14 juillet, et les opérateurs devaient en faire la promotion.

Vérification faite, plusieurs requêtes du CRTC ont été respectées, mais rarement dépassées. Et quelques bémols importants doivent être soulevés. Les voici.

Des forfaits limités aux vitesses 3G

Le CRTC demandait des forfaits d’au moins 3 Go de données à 35 $ par mois, sans toutefois spécifier la vitesse de connexion. Les opérateurs ont donc tous limité les nouveaux forfaits à moindre coût à une vitesse équivalente à celle des réseaux 3G, soit de 3,1 à 3,8 Mb/s environ, selon l’opérateur.

C’est une vitesse similaire à ce qui aurait été attendu il y a une quinzaine d’années. C’est suffisant pour prendre ses courriels et naviguer sur le Web, mais le contenu vidéo risque d’être d’une qualité considérablement réduite, par exemple.

Heureusement, les utilisateurs seront tout de même reliés au réseau LTE régulier (ils ne sont pas connectés aux réseaux 3G, ce n’est que la vitesse qui est artificiellement limitée). Ils pourront donc tout de même profiter des autres avantages des réseaux modernes, comme une latence plus petite (ce qui permettra d’éviter des délais dans les vidéoconférences) et une qualité sonore améliorée.

Seules les marques secondaires affichent les forfaits

À l’heure actuelle, seules les marques secondaires (Virgin Mobile pour Bell, Fido pour Rogers et Koodo pour Telus) affichent les nouveaux forfaits. Ceux-ci peuvent généralement être sélectionnés sous l’appellation « forfaits de base » (ou « forfaits avec vitesses de données du réseau 3G » chez Virgin Mobile).

Ceux qui tiennent à avoir un forfait abordable chez une marque principale (Bell, Rogers, Telus) devraient toutefois être en mesure de l’obtenir en passant dans un magasin.

Notons que certains forfaits attendus manquent toutefois à l’appel. Koodo et Virgin Mobile, par exemple, n’offrent toujours pas le forfait prépayé de 400 minutes et 400 textos à 100 $ par année (qui est offert chez Fido seulement pour l’instant, et qui pourrait notamment être intéressant pour une ligne d’urgence).

Certains frais cachés sont élevés

Certains frais excédentaires associés aux forfaits abordables sont plus élevés que les frais habituels. C’est particulièrement le cas des forfaits à 3 Go pour 35 $, où les données excédentaires sont vendues 10 ou 13 $ par 100 Mo, selon l’opérateur.

Et, malheureusement, les options de protection contre les données excédentaires ne sont pas toujours offertes avec les forfaits de base.

Chez Fido, par exemple, un utilisateur ne peut habituellement plus consommer de données une fois sa limite mensuelle atteinte. Il doit plutôt acheter un bloc supplémentaire (environ 20 $ pour 1 Go). Avec un forfait de base, il faut plutôt payer 10 $ pour 100 Mo, soit 100 $ pour 1 Go. Et la consommation n’est pas arrêtée automatiquement une fois la limite atteinte, ce qui risque de causer de mauvaises surprises.

Les forfaits prépayés ont aussi parfois des frais cachés. Chez Fido, par exemple, il faut payer 60 ¢ par minute pour appeler sa messagerie vocale.

Notons que, dans la plupart des cas, des frais de branchement seront aussi nécessaires pour activer un nouveau compte. La plupart des opérateurs canadiens ont récemment revu ces frais à la hausse. Les utilisateurs devront en moyenne débourser 50 $ pour profiter de ces nouveaux forfaits abordables.

Consultez notre comparateur de forfaits cellulaires.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.