Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Cinq choses à savoir sur la pénurie de cartes graphiques

Par Maxime Johnson
carte-graphique

Que ce soit pour jouer à des jeux vidéo ou pour travailler avec un logiciel professionnel qui nécessite beaucoup de puissance, ceux qui ont besoin d’une nouvelle carte graphique pour leur ordinateur doivent s’armer de patience : non seulement les inventaires sont rachitiques, mais les rares cartes mises en vente s’envolent habituellement en quelques minutes. Voici ce qu’il faut savoir sur cette pénurie qui dure depuis plusieurs mois.

Pénurie de puces

La pénurie de cartes graphiques est avant tout causée par une pénurie générale de puces. La fermeture d’usines au début de 2020 en raison de la pandémie, la hausse des besoins provoqués par le télétravail et le fait qu’une poignée d’entreprises seulement dans le monde sont capables de produire les meilleurs processeurs ont entraîné un débalancement dans l’industrie électronique depuis l’année dernière.

Les cartes graphiques ne sont d’ailleurs pas les seules victimes de cette pénurie. L’industrie automobile en paie aussi les frais, puisque la plupart des constructeurs ont été forcés de réduire leur production cette année par manque de puces.

Jeux vidéo et cryptomonnaies font exploser la demande

Non seulement les cartes graphiques de nouvelle génération de NVIDIA et d’AMD sont rares, mais la demande est aussi élevée. Le jeu vidéo est plus populaire que jamais : 61 % des Canadiens s’y adonnent désormais, et 58 % des adultes ont affirmé jouer davantage depuis le début du confinement, selon une étude de l’Association canadienne du logiciel de divertissement.

L’essor des cryptomonnaies des derniers mois explique également la forte demande pour les cartes graphiques. Certaines devises, comme l’ethereum, peuvent être « minées » avec ces appareils (l’équivalent de prêter sa puissance de calcul au réseau, en échange de cryptomonnaies). Avec la valeur actuelle de l’ethereum, un mineur peut rembourser sa carte graphique en quelques mois seulement. Certains achètent des dizaines de cartes pour miner le plus d’argent possible.  

Les revendeurs font des affaires d’or

Pour acheter une carte graphique, il faut soit beaucoup de chance, soit beaucoup d’efforts. Certains, plus habiles que d’autres pour en acheter, profitent du système en revendant leurs acquisitions à gros prix.

Une carte graphique NVIDIA RTX 3080 qui se vend normalement environ 1200 $ est souvent revendue plus de 2500 $ sur les sites d’enchères comme Ebay. Notons qu’il n’y a pas que les cartes graphiques qui sont revendues de la sorte. Le marché secondaire des consoles de jeux vidéo est aussi florissant, depuis le lancement l’année dernière de la PS5 de Sony et de la Xbox Series X de Microsoft. 

La pénurie devrait sévir encore plusieurs mois

Malheureusement, la situation ne semble pas près de revenir à la normale. Selon la plupart des analystes, la pénurie de processeurs pourrait se poursuivre jusqu’en 2022.

Et puisque les mineurs de cryptomonnaies ne se contentent pas d’une seule carte, la demande pour les cartes graphiques continuera d’être forte, ce qui risque de faire durer le problème.

Des astuces pour augmenter ses chances

Pour ceux qui n’ont pas la patience de rafraîchir tous les jours les pages des détaillants d’électronique, il existe quelques astuces pour mettre la main plus facilement sur une carte.

Des sites comme NowInStock envoient par exemple des alertes lorsque des cartes sont en stock. On peut aussi consulter quand et où les dernières cartes ont été offertes (et pour combien de temps).

Il peut aussi être plus simple d’acheter un nouvel ordinateur doté d’une carte graphique plutôt que de tenter d’obtenir cette dernière séparément, puisque les fabricants ont un meilleur accès aux cartes que les consommateurs. Il faut évidemment avoir besoin d’un nouvel ordinateur pour prendre cette voie, ce qui n’est pas le cas de tous.

>> À lire aussi : Créez-vous des bitcoins à votre insu?

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.