Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Semaine de relâche : quelques assouplissements pour mieux divertir vos enfants

Par Marie-Eve Shaffer
semaine-relache

Afin de changer les idées des enfants – et des parents – pendant la semaine de relâche du début de mars, le gouvernement du Québec a consenti de nouveaux assouplissements dans les mesures sanitaires à partir du 22 février. La prudence demeure toutefois de mise, a insisté le premier ministre, François Legault.

«J’espère que les Québécois seront prudents pendant la semaine de relâche et qu’on ne vivra pas ce qu’on a vécu pendant le temps des Fêtes», a dit le premier ministre François Legault lors d’une conférence de presse au cours de laquelle il a fait le point sur la progression de la pandémie au Québec.

François Legault s’est dit inquiet devant la menace des variants, mais également de l’épuisement du personnel de la santé et de la poursuite du délestage des opérations dans les hôpitaux. Malgré tout, il a tenu à alléger les restrictions en vue de la première semaine du mois de mars.

«C’est une question d’équilibre et c’est une question de santé mentale, a-t-il affirmé. On ne peut pas penser que les parents vont garder leurs enfants dans la maison pendant toute une semaine.»

Des activités de groupe permises à l’extérieur

Jusqu’à nouvel ordre, la consigne interdisant les rassemblements à l’intérieur demeure en vigueur, autant dans les régions en zone rouge qu’en zone orange. Vous ne pourrez pas organiser un souper de famille ou un après-midi de jeux de société avec des amis.

Vous pourrez toutefois pratiquer des activités sportives et récréatives à l’extérieur avec vos proches venant d’une autre maisonnée, en groupe de huit personnes tout au plus. Et ce, dans l’ensemble du Québec. Une personne responsable de l’encadrement pourra s’ajouter pour superviser l’activité. Les randonnées en ski ou en raquette, le patinage et le hockey libre font partie des activités autorisées.

Réouverture des piscines intérieures et des arénas

Pour une première fois depuis quelques mois, vous pourrez aller nager à la piscine et patiner à l’aréna à partir du 22 février en zone rouge.

Pas question toutefois d’organiser un match de hockey. Seuls l’entraînement individuel ou en duo, avec un instructeur, et la pratique libre seront autorisés. Vous devrez rester avec les membres de votre bulle familiale et maintenir une distance de deux mètres avec les autres sportifs.

Avant de vous rendre à la piscine ou à l’aréna, vérifiez s’il y a possibilité de réserver votre place. Ces centres sportifs ne pourront pas recevoir autant de visiteurs qu’avant la pandémie.

Les sports encadrés par des organisations ou des fédérations sont toujours interdits. «Après le 8 mars, nous allons réévaluer [la situation]», a promis le Dr Horacio Arruda, directeur national de la santé publique.

Reprise des projections dans les cinémas

Les cinémas pourront rouvrir à partir du 26 février dans les zones orange et rouge. Si vous décidez d’aller vous divertir devant un film présenté sur grand écran, vous devrez porter un masque de procédure.

«Les gens [seront] assis. Ils [seront] à une certaine distance les uns des autres. Il n’y a pas eu d’éclosion associée à cette activité», a dit le Dr Horacio Arruda pour souligner qu’il s’agit d’un divertissement à faible risque.

Si vous le pouvez, achetez vos billets à l’avance puisque l’achalandage sera contrôlé. Un maximum de 250 personnes sera admis dans chaque salle de projection. Aucune nourriture ne sera vendue sur place.

François Legault a rappelé que les bibliothèques et les musées ont recommencé à accueillir des visiteurs depuis le 8 février.

Louer un chalet ?

Si vous avez envie de changer d’air et de louer un chalet ou une chambre d’hôtel dans une autre région, sachez que vous en avez le droit. «Ce n’est pas l’idéal, mais ce n’est pas interdit», a mentionné François Legault.

Dans le cas où vous optez pour un tel séjour, vous devrez demeurer avec les membres de votre bulle familiale et respecter le couvre-feu – de 20 h à 5 h en zone rouge et de 21 h 30 à 5 h en zone orange. Évitez aussi de fréquenter les commerces locaux. Veillez plutôt à apporter vos provisions.

«On va demander aux policiers de surveiller les endroits où il y a beaucoup de touristes, a ajouté le premier ministre. Le but, c’est de s’assurer que les consignes soient suivies.»

Aucun barrage routier ne sera érigé pendant la semaine de relâche.

Pas de gardiennage des grands-parents

Si vous n’êtes pas en mesure de prendre congé du travail pendant la semaine de relâche, ne demandez pas aux grands-parents de prendre soin de vos enfants. François Legault a de nouveau lancé cet appel en soulignant que «les grands-parents sont plus âgés et [qu’]ils sont plus vulnérables» face à la COVID-19.

Le premier ministre a d’ailleurs prié les employeurs de faire preuve de souplesse à l’égard de leurs employés qui ont des enfants pendant la première semaine du mois de mars et de leur accorder des congés, s’ils sont en mesure de le faire.

L’Outaouais tombe en zone orange

L’Outaouais se retrouvera en zone orange à partir du 22 février. Il s’agit de la seule région qui change de palier d’alerte à court terme. Elle s’ajoute aux six régions qui ont rejoint la zone orange le 8 février dernier : la Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine, le Bas-Saint-Laurent, le Saguenay–Lac-Saint-Jean, l’Abitibi-Témiscamingue, le Nord-du-Québec et la Côte-Nord. Le reste du Québec demeure en zone rouge.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.