Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Toyota rappelle plus de la moitié des Prius partout dans le monde

Par Benoîte Labrosse
Toyota rappelle plus de la moitie des Prius partout dans le monde

Un problème de logiciel pouvant entraîner l’arrêt du véhicule oblige le constructeur japonais à rappeler 1,9 million de voitures hybrides Prius, dont 13 791 au Canada.

Le constructeur automobile japonais Toyota a choisi, le 11 février dernier, de procéder au rappel volontaire des véhicules de la gamme Prius fabriqués entre 2009 et 2014. Près d’un million d’entre eux roulent au Japon, 700 000 aux États-Unis, 130 000 en Europe et 13 791 au Canada.

C’est le logiciel du module de contrôle de l’inverseur du système hybride (entre le fonctionnement à essence et électrique) qui est en cause. «Les réglages actuels du logiciel pourraient entraîner des contraintes thermiques plus élevées au niveau de certains transistors, ce qui risque de les endommager», faisant ainsi passer le véhicule «en mode de conduite de secours», résume Toyota dans un communiqué. Le tout peut provoquer l’arrêt du système hybride, et donc une perte de puissance de la voiture ou, plus rarement, son arrêt complet pendant la conduite.

Le constructeur assure qu’aucun des quelque 400 cas d’une telle défaillance recensés au Japon et aux États-Unis n’a entraîné de blessure ou d’accident. Il ne veut toutefois pas prendre de risque avec ce qu’il considère comme un «possible problème de sécurité». Soulignons que, depuis le scandale des accélérations involontaires, Toyota se montre très prudente et rappelle rapidement ses véhicules dès qu’un problème est décelé (voir encadré).

Les propriétaires des Prius concernées recevront par la poste un avis leur indiquant à quel moment se rendre chez leur concessionnaire pour effectuer la mise à jour du logiciel défaillant. «L’intervention consiste à reprogrammer le module de contrôle de l’inverseur. D’une durée d’environ 40 minutes, cette intervention sera entièrement gratuite pour le client», a précisé un porte-parole de Toyota à l’Agence France-Presse. Pour plus de détails, les clients peuvent visiter le site Web de Toyota ou contacter son Centre d’interaction avec la clientèle, au 1 888 TOYOTA-8 (869-6828).

Il s’agit du plus important rappel jamais effectué pour la Prius, car il touche plus de la moitié des 3,62 millions de véhicules vendus depuis le lancement de la gamme, en 1997. La pionnière des voitures hybrides fabriquées en série est très populaire au Québec: si l’on combine les quatre versions offertes – l’originale, la c, la v et la branchable –, il s’en est vendu 2 419 en 2013. L’année précédente, 3 356 d’entre elles avaient trouvé preneurs dans la province.

Des véhicules RAV4, Tacoma et Lexus aussi rappelés

Au même moment, Toyota Canada a annoncé le rappel volontaire de certains modèles de Toyota RAV4 2012, Toyota Tacoma 2012 et 2013 et Lexus RX 350 2012 et 2013, pour un total de 25 577 véhicules au pays. Le constructeur doit mettre à jour le logiciel du module de gestion moteur (ECU) de ces véhicules pour «remédier à une condition du circuit électronique pouvant causer la désactivation intermittente du dispositif de contrôle de la stabilité du véhicule, du système de freinage antiblocage et du régulateur de traction», explique-t-il dans son communiqué. Aucun accident ou blessure n’a été signalé en lien avec ce problème de circuit qui, par ailleurs, n’affecte pas le système de freinage standard. Les propriétaires concernés seront avisés par la poste de la marche à suivre pour faire mettre à jour ledit logiciel.

L’image de Toyota déjà écornée

À la fin de 2009 et au début de 2010, le constructeur japonais a dû rappeler d’urgence quelque 9 millions de véhicules partout dans le monde pour éviter les accidents causés par des pédales d’accélérateur qui pouvaient rester bloquées en position enfoncée. Le PDG de Toyota, Akio Toyoda, s’est même excusé devant le Congrès américain de tous les inconvénients causés par ces accélérations involontaires.

Toyota cherche aujourd’hui à mettre fin aux recours collectifs intentés par des clients américains en lien avec la manière dont il a géré la communication des plaintes faites par les conducteurs. Le Wall Street Journal rapportait récemment que l’entreprise serait prête à débourser plus d’un milliard de dollars pour clore les enquêtes sur le sujet. Déjà, en décembre 2012, le constructeur avait accepté – même s’il ne s’estimait pas fautif – de verser 1,1 G$ dans le cadre d’un accord à l’amiable pour mettre fin aux poursuites de propriétaires américains mécontents d’avoir vu la valeur de leur véhicule dépréciée à cause de ces rappels.

En octobre dernier, le constructeur a été blanchi de toute responsabilité dans un accident mortel lié à une accélération involontaire survenu en 2009 aux États-Unis, avant d’être condamné quelques semaines plus tard par un autre tribunal américain dans une affaire similaire.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.