Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Automobilistes, mettez un Constat amiable dans votre téléphone intelligent

Par Stéphanie Perron

Le Constat amiable que les automobilistes rangent dans leur boîte à gants est désormais disponible dans l’App Store (iOS) ou le Google Play Store (Android). En cas d’accident d’auto, vous pouvez l’utiliser.

Le fonctionnement est simple: au moment de télécharger l’application, l’utilisateur crée un profil avec ses informations personnelles (véhicule, certificat d’immatriculation, assureur, etc.), et celles-ci seront consignées dans l’application afin de permettre à l'automobiliste de gagner du temps en cas d’accrochage.

Pour que le constat puisse être utilisé après un accident, l’un des conducteurs impliqués doit avoir l’application sur son téléphone. Il faudra alors entrer les coordonnées de l’autre automobiliste ainsi que les informations liées à l’accrochage (date, lieu, etc.). L’application permet de télécharger des photos et d’indiquer sur un croquis les endroits où les véhicules ont été endommagés.

Chacun des conducteurs peut signer le Constat sur l’écran du téléphone et le transmettre directement à son assureur, ou encore se l’envoyer par courriel afin de le transmettre ultérieurement à l’assureur. S’il s’agit d’un véhicule dont on n’est pas propriétaire (celui d’un ami, par exemple), il faut se l’envoyer par courriel afin de le transmettre au propriétaire du véhicule qui, lui, devra l’envoyer à sa compagnie d’assurance.

>> À lire aussi sur notre site: Quoi faire (et ne pas faire) lors d’un accident d'auto

Pour l’instant, certains assureurs et marques de véhicules ne sont pas inclus dans l’application, mais ils seront éventuellement ajoutés.

Constat amiable non obligatoire

Au Québec, on peut utiliser le Constat amiable à la suite d’une collision sans blessés impliquant un, deux ou trois véhicules, et ce, sans demander la présence des policiers. Et, contrairement à ce qu’on pourrait penser, il n’est pas obligatoire de le compléter en cas d’accrochage.

C’est donc dire qu’après une collision, vous pourriez simplement décider de prendre en note le permis de conduire, le certificat d’immatriculation et la preuve d’assurance de l’autre conducteur sans remplir quoi que ce soit, puis contacter votre assureur pour lui faire part de l’accident.

Sachant cela, pourquoi se donnerait-on la peine de remplir un tel document? «Parce qu’il permet de consigner toute l’information au même endroit, plutôt que de l’écrire sur un bout de papier qu’on risque de perdre, répond Caroline Phémius, conseillère en affaires publiques au Bureau de l’assurance du Canada. De plus, le Constat amiable permet aux conducteurs de ne pas oublier certaines informations susceptibles de l’être en raison du stress causé par l’accident», dit-elle.

Cela dit, le Constat amiable ne remplace pas l’ouverture du dossier d’indemnisation. «Il permet à l’assureur d’avoir une idée de ce qui s’est passé, mais, dans tous les cas, Constat amiable ou pas, chacun des conducteurs doit contacter son assureur afin que celui-ci ouvre un dossier de réclamation», résume Caroline Phémius.

Un seul constat par accident

Qu’on utilise la version papier ou l’application mobile, il faut remplir un seul Constat amiable par accident. La version papier contient un papier carbone permettant à chacun des conducteurs d’en conserver une copie, alors que l’application envoie le document électronique à l’adresse courriel de chacun des automobilistes impliqués (et à l'assureur, si l'utilisateur choisit cette option).

On peut télécharger l’application mobile (App Store ou Google Play Store) ou commander par la poste la version papier.

Lire l'article
Noël en famille et le Jour de l’An dans votre bulle

Oubliez les grandes fêtes de Noël au cours desquelles vous faites la bise à toute la parenté. Québec vous autorise à célébrer sobrement pendant seulement quatre jours cette année, sous réserve de l’évolution de la pandémie de COVID-19 dans les prochaines semaines.

Lire l'article
Vos écouteurs peuvent-ils provoquer des otites?

Une lectrice de Protégez-Vous a récemment développé une otite. Comme elle est en télétravail et porte ses écouteurs intra-auriculaires beaucoup plus longtemps qu’auparavant pour assister à des vidéoconférences et se couper du bruit ambiant, elle les soupçonne d’en être responsables. Vos écouteurs peuvent-ils causer une infection aux oreilles?

Lire l'article
La pandémie augmente le risque d’exposition au radon

L’école à distance, le télétravail et le fait de passer plus de temps à la maison augmentent le risque d’exposition au radon, un gaz cancérigène présent dans toutes les maisons du pays, prévient Santé Canada.

Lire l'article
100 millions pour aider les aînés à vieillir dans leur maison

Pendant la première vague de la pandémie de COVID-19, des services de soutien à domicile ont été annulés. Depuis, les personnes âgées en bénéficient à nouveau, mais l’expérience vécue au printemps les a confortées dans leur conviction de vouloir rester chez eux le plus longtemps possible. L'investissement de 100 millions de dollars annoncé par Québec devrait les aider à le faire.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.