Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous ici

Accédez à cet article gratuitement

Il suffit de vous inscrire à nos infolettres

Vous recevrez maintenant nos infolettres par courriel. Sachez que vous pouvez vous désabonner en tout temps en suivant le lien "Me désabonner" dans le bas d'une infolettre.

Améliorer le système de ventilation de sa maison

Par Jean-François Venne Mise en ligne : 22 mars 2013

La qualité de l’air et votre confort dépendent de divers facteurs: une enveloppe extérieure offrant une protection contre les particules nuisibles (poussière, pollen, etc.); le maintien d’un taux d’humidité relative de 30 à 50 %; et l’usage limité ou nul de produits émettant des composés organiques volatils (COV).

L’utilisation d’un ventilateur récupérateur de chaleur (VRC) peut améliorer considérablement la qualité de l’air. L’installation d’un système de ventilation performant est particulièrement indiqué si vous avez amélioré l’isolation et l’étanchéité de votre maison ou si vous avez l’intention de moderniser votre système de chauffage.

Avant d’entreprendre des rénovations pour améliorer la qualité de l’air et l’efficacité écoénergétique de votre maison, il vaut mieux connaître l’étanchéité de cette dernière, ainsi que vos besoins en matière de chauffage, de ventilation et, dans certains cas, de climatisation. Faites appel aux services d’un conseiller en efficacité énergétique du programme Rénoclimat. Dans le cas d’une maison neuve, contactez un conseiller du programme Novoclimat. L’opération coûte 300 $, mais comme le gouvernement la subventionne à 50 %, elle revient à 150 $. À la suite de cette évaluation (voir les étapes ci-dessous), le conseiller formulera des recommandations afin d’optimiser le rendement énergétique de la maison, par ordre de priorités. Au terme de vos rénovations, vous avez ensuite 18 mois pour faire faire une seconde évaluation énergétique - gratuite si vous avez amélioré l’efficacité énergétique de votre maison, sinon de 150 $.



Décelez tout problème de salubrité dû à une ventilation déficiente

Surveillez les odeurs stagnantes de moisissure, de terre, de produits chimiques ou de cuisson. Pour mieux les détecter, neutralisez d’abord votre odorat en sortant de la maison ou en humant des grains de café. Les allergies ou problèmes respiratoires récurrents sont souvent attribuables à un air intérieur insalubre. L’humidité excessive est également un indice. Relevez les taches de moisissure (murs, châssis de fenêtre, planchers, intérieurs des placards), la condensation (fenêtres, murs, air stagnant après la douche ou le bain, voire pendant que fonctionne la sécheuse).

>> À lire aussi: Évaluation de 12 déshumidificateurs

Analysez l’état et le potentiel du système en place

• De quoi est-il composé? D’un système central complet ou de ventilateurs d’extraction et d’apport autonomes? Combien la maison compte-elle de ces ventilateurs? La cuisine et la salle de bains en sont-elles équipées?

• Les conduits sont-ils bien isolés, étanches et exempts de déchirures? Les débits sont-ils équilibrés? Si ce n’est pas le cas, le simple fait de les faire équilibrer par un spécialiste pourrait grandement améliorer le rendement du système.

• Les ventilateurs d’extraction sont-ils efficaces? Si ce n’est pas le cas, vérifiez si la grille d’extraction à l’extérieur du mur est libre.

• Les grilles d’alimentation en air neuf créent-elles de l’inconfort?

• Les conduits transportant l’air évacué sont-ils trop longs ou souples, mal soutenus ou écrasés? Comptent-ils plusieurs coudes? Si oui, le débit d’évacuation de l’air peut s’en trouver affaibli.

• Le jour favorisant la circulation de l’air sous les portes est-il de moins de 25 mm (1 po)?

Si vous avez la fibre verte: pour le calfeutrage du joint entre le cadre et la structure de la maison, utilisez de la laine de verre non compactée entre deux cordons de mousse de polyéthylène non réticulée (Ethafoam) légèrement compressés ou de la mousse d’uréthane à faible expansion. Par ailleurs, le mastic de silicone sans fongicide qui dégage peu d’odeurs représente une solution de rechange aux mastics traditionnels.

Les appareils

La plupart des systèmes extracteurs (d’air vicié) se composent d’un ventilateur, de conduits et d’un capuchon extérieur. Ils peuvent être couplés ou non au système de chauffage.

• Ventilateur récupérateur de chaleur (VRC) : l’air vicié chaud est expulsé de la maison, transférant environ 70 % de sa chaleur à l’air neuf qui y entre. Traités par leur propre ventilateur, ces deux courants d’air ne s’entremêlent pas. Un VRC homologué Energy Star récupérera au minimum 65 % de la chaleur, à une température de 0 °C.

Échangeur d’air (système de ventilation centrale) : il renvoie à l’extérieur environ 30 % de l’air vicié chaud. Le reste se mêle à de l’air neuf, puis est remis en circulation dans la maison à l’aide d’un ventilateur.

• Échangeur récupérateur de chaleur passif : l’appareil fonctionne par l’entremise du ventilateur de la fournaise. Une portion de l’air chauffé par le système de chauffage transfère une part de sa chaleur à l’air neuf qui entre dans l’échangeur.

Le choix d’un nouveau système

• Pour choisir le bon appareil et l’emplacement qui convient, voici quelques éléments à considérer.

• Le VRC est plus cher, mais c’est le seul appareil écoénergétique. Il peut être équipé d’un échangeur d’air à plaques ou à roues rotatives qui récupèrent l’humidité en plus de la chaleur.

• Les échangeurs récupérateurs de chaleur passifs sont peu recommandables (débit difficile à équilibrer, contrôle compliqué, pertes de chaleur).

• Rappelez-vous que vous ne pouvez remplacer le système de contrôle.

• Les ventilateurs à action (centrifuges) coûtent plus cher que ceux à hélices, mais ils sont moins bruyants, plus efficaces et ont un rendement énergétique supérieur. Mieux vaut choisir un ventilateur à fonctionnement continu, lubrifié en permanence et dont les pièces se remplacent.

• Les hottes d’extraction doivent être dotées d’un registre (plaque mobile) et d’un grillage résistant à la corrosion.

• Privilégiez les conduits d’extraction à parois lisses (pour une faible résistance) et installez leur capuchon de sorte qu’il protège les murs extérieurs de l’humidité.




Où acheter?

Vous trouverez tout ce qui est nécessaire à la rénovation, à la modernisation ou au remplacement d’un système de ventilation dans les centres de matériaux de construction et chez les entrepreneurs en conditionnement d’air et en chauffage. Ces derniers offrent également l’installation et la réparation.

Des ventilateurs discrets et efficaces

Le niveau de bruit des ventilateurs est exprimé en sones, et leur capacité en litres par seconde (L/s) ou en pieds cubes par minute (pi3/min). Pour la salle de bains, optez pour un ventilateur ayant un débit minimum de 25 L/s (50 pi3/min) et une cote sonore de 2,0 sones ou moins. Les ventilateurs les plus performants ne produisent que 0,5 sone ou moins. Une hotte de cuisinière de qualité doit pour sa part avoir un débit de 50 à 140 L/s (de 100 à 300 pi3/min). Sa cote sonore la plus basse est d’environ 4,5 sones.

Les filtres MERV et HEPA

Tout appareil de ventilation ou de chauffage à air pulsé est par défaut doté d’un filtre qui ne sert qu’à le protéger. Il est donc utile de l’équiper d’un filtre ayant une cote MERV d’au moins 8 ou d’un filtre à particules à haute efficacité (HEPA), plus performant, puisqu’il retient jusqu’à 99,9 % de la poussière et autres particules fines causant des problèmes de santé.

Seul un électricien peut brancher un nouveau ventilateur. L’ajout d’un conduit d’apport d’air au système de chauffage à air pulsé, l’installation d’un VRC, l’équilibrage du système et la pose d’un filtre à haut rendement énergétique doivent être confiés à un spécialiste en conditionnement d’air et de chauffage qui fait aussi des travaux de ventilation, ou à un spécialiste en ventilation ou en qualité de l’air intérieur accrédité par HRAI (Heating Refrigeration and Air Conditioning Institute of Canada) ou par Novoclimat.

À la portée d’un bricoleur habile: calfeutrer et isoler les conduits et remplacer une grille.

Conseil de pro: vous ouvrez murs et plafonds en vue de l’installation d’un système de ventilation ou de climatisation? Profitez-en donc pour vérifier s’il n’y aurait pas lieu de déplacer une prise de courant ou d’installer un luminaire, etc.

Faire du neuf avec du vieux

• Remplacez les ventilateurs d’extraction par de nouveaux, plus performants, plus silencieux et de meilleure qualité - entre autres dans la salle de bains et la cuisine.

• Corrigez les problèmes qui ralentissent le débit d’évacuation de l’air et, au besoin, remplacez les conduits.

• Ajoutez des ventilateurs d’extraction et une nouvelle prise d’air centrale.

• Couplez de nouvelles sources de ventilation à un système central utilisant ou non un VRC.

• Si vous avez un système de chauffage à air pulsé, raccordez un conduit d’air neuf ou installez un VRC. Si vous n’en avez pas, ajoutez un réseau de conduits dans l’ensemble de la maison pour pouvoir installer un VRC.

• Déplacez un capuchon d’entrée d’air situé dans un lieu pollué.

• Remplacez les grilles d’alimentation rondes au milieu du mur par des grilles rectangulaires placées dans le haut du mur - vous sentirez moins l’échange d’air.

• Isolez les conduits.

• Atténuez le bruit créé par les vibrations d’un ventilateur en installant un petit bout de conduit souple entre le boîtier de l’appareil et le conduit rigide.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Maison

Commentaires 0 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.