Vidéo: Faut-il consigner les bouteilles de la SAQ?

Par Mise en ligne : 22 mai 2018

Chaque année, plus de 200 millions de bouteilles de vins sont vendues par la société d'État. Pourtant, la SAQ ne dispose d’aucun système pour récupérer ses contenants. Est-ce normal?

Plusieurs organisations environnementales réclament la mise en place d’un système de consigne, comme pour les bouteilles de bières. Elles souhaitent aussi l’instauration du dépôt volontaire qui consiste, pour les consommateurs, à rapporter leurs bouteilles vides dans des points de collecte identifiés, installés dans une succursale de la SAQ par exemple.

Mais la SAQ s’est toujours opposée à la mise en place d’une consigne et de points de dépôts volontaires, estimant qu’elle ne possède ni les ressources nécessaires ni les infrastructures pour recevoir les bouteilles consignées.

Pourtant, le système de collecte sélective actuel pose de nombreux problèmes, en grande partie à cause du verre. Très souvent le verre déposé dans le bac de récupération se brise et contamine les autres matières recyclables: carton, plastique ou métal. Et les centres de tri ont ensuite de la difficulté à séparer proprement tous ces matériaux.

La SAQ et les organismes chargés du système de collecte sélective privilégient d’autres solutions, comme la modernisation des centres de tri déjà existants ou la recherche de nouveaux débouchés pour le verre recyclé, dans les matériaux de construction par exemple.

Une chose est certaine : il y a urgence à revoir le système de tri au Québec. En effet, depuis que la Chine a fermé ses frontières aux importations de matières recyclables, notamment à cause de la contamination par le verre, les centre de tri du Québec débordent, tournent à perte et plusieurs menacent aujourd'hui de fermer leurs portes.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Maison

Commentaires 8 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par DENIS FOURNIER | 09 juillet 2018

    On nous dit que le verre est recyclable mais en réalité il contamine les autres matières et on ne sait pas quoi faire avec.
    Moi, j'ai commencé à retirer le verre de mes matières recyclables et à simplement l'envoyer avec les déchets.
    Donc, tant et aussi longtemps que la SAQ ne récupérera pas elle-même ses bouteilles, elles seront envoyées aux ordures ou elles ne contamineront pas les autres matières recyclables. En plus, je privilégie les emballages de vin Tetra-Park qui eux sont réellement recyclables.

  • Par GUILLAUME P. | 26 mai 2018

    La SAQ, qui appartient au gouvernement, refuse la consigne des bouteilles de vin sous prétexte qu'il leur faudrait plus d'espace et d'organisation pour cette gestion. Pourtant le gouvernement a obligé les épiciers à gérer la consigne des bouteilles et canettes il y a de cela quelques décennies. Cherchez l'erreur...

  • Par JOE ABLESON | 26 mai 2018

    Une consigne serait une excellent idée, mais en même temps il serait peut-être temps de réviser les taux. Ça fait par exemple plus de 30 ans que les canettes en aluminium sont à 5c. Ça ne vaut presque pas la peine de les rapporter à ce prix la.

  • Par JEAN-LOUIS MARTINEZ | 28 mai 2018

    je suis d'accord pour une consigne sur les bouteilles de verre et mème sur les bouteilles de plastiques
    au moins .25C /ch.et plus cela obligerais aussi le consommateurs a récupérè

  • Par NOWEIMIE PAQUET | 22 mai 2018

    Selon les enquêtes de tva, que 20% des bouteilles sont recyclables. Les autres 160 millions dites "souillées" finissent dans les sites d'enfouissement. A environ 500g de la bouteille cela fait 80,000 tonnes métriques de bouteilles que notre gouvernement "vert" jette au poubelle. Et pour ceux qui comptent le carbonne, à 30kw la tonne pour produire ce verre, cela fait 2400 MW d'énergie perdue. Sur 10-20 ans cela en fait un paquet de verre et d'énergie perdue pour sauver 50 millions/an à la SAQ. Faisons comme en Ontario svp!