Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous ici

Accédez à cet article gratuitement

Il suffit de vous inscrire à nos infolettres

Vous recevrez maintenant nos infolettres par courriel. Sachez que vous pouvez vous désabonner en tout temps en suivant le lien "Me désabonner" dans le bas d'une infolettre.

Comparatif: peinture, papier peint, briques et autres revêtements muraux

Par Guillaume Jousset
Les revetements muraux

Avantages et inconvénient des diverses options pour décorer un mur, avec des exemples de prix au pied carré: peinture, panneaux de gypse (gyproc), papier peint, lambris de bois, panneaux de MDF, panneaux plaqués, briques décoratives, etc.

Peinture

Deux types de peinture sont vendus sur le marché: la peinture à l’huile (alkyde) et la peinture au latex. Cette dernière est moins polluante, moins odorante et plus facile à nettoyer que la peinture à l’huile. De plus, on peut repeindre une surface peinte à l’huile avec une peinture au latex, quoi qu’en dise votre beau-frère.

Certaines peintures sont conçues spécialement pour les pièces humides comme la cuisine et la salle de bains. Elles contiennent une substance fongicide, qui élimine les champignons microscopiques et accroît la résistance à l’humidité et à la moisissure.

Le fini est déterminé par son lustre, soit le pourcentage de lumière réfléchie par la peinture. Les finis plus lustrés sont plus faciles à nettoyer, mais ils laissent paraître les imperfections du mur. Ils conviennent à la cuisine, à la salle de bains, à la salle de lavage et à la salle de jeu. Les finis mats, quant à eux, dissimulent davantage les défauts, mais sont plus salissants. Ils conviennent aux plafonds, aux chambres à coucher et au bureau.

Mat, velouté, perle, semi-lustré, satin, très lustré, platine, émail, coquille d’œuf, cachemire, chamois, mélamine: les termes employés pour définir le lustre de chaque produit sont différents d’un fabricant à l’autre! Il ne faut donc pas hésiter à demander l’aide d’un commis pour trouver le bon fini.

Si vous souhaitez agencer à la perfection la couleur de la nouvelle peinture à celles de vos accessoires et de vos meubles, faites appel au service d’échantillonnage de couleur de votre marchand. Avec un lecteur optique, il peut enregistrer la couleur d’un fragment du tissu de votre canapé, d’un rideau ou d’un morceau de gypse peint.

Les gammes supérieures sont généralement plus couvrantes et plus lavables que les moins chères. En outre, les couleurs foncées masquent mieux et se lavent mieux que les couleurs pâles. Les couleurs à base de pigments jaune vif ou rouge couvrent moins bien que celles à base des autres pigments, comme le bleu.

Les accessoires ont eux aussi leur importance: il existe différents types de rouleaux et de pinceaux, des instruments pour les angles, du ruban adhésif conçu spécialement pour protéger les zones qu’on ne veut pas peindre, etc. Si vous êtes novice, renseignez-vous sur les différentes options à votre disposition.

>> À lire aussi: notre enquête sur la réfection des toitures et notre article sur les arnaques liées à la décontamination

Quelle quantité de peinture me faut-il?

Il faut d’abord calculer la superficie de la surface à peindre. On obtient celle-ci en multipliant la hauteur du mur par sa largeur: s’il fait 3 m de haut et 4 m de large, par exemple, cela donne: 3 x 4 = 12 m2. Pour une pièce entière, additionnez l’aire de chaque mur. Le préposé au comptoir du magasin pourra vous aider dans vos estimations, mais retenez qu’on couvre environ 15 m2 avec un litre de peinture.

Notez également que vous trouverez des calculateurs de quantité de peinture accessibles gratuitement en ligne sur les sites Web des manufacturiers de peinture et des chaînes de détaillants d’articles de rénovation.

Les COV dans la peinture

La peinture au latex est moins nocive que celle à base d’huile. Elle contient tout de même du glycol et de l’éther et elle libère des composés organiques volatils (COV). Les COV sont dommageables pour la qualité de l’air d’une habitation, et par conséquent pour la santé: ils peuvent provoquer des maux de tête et des étourdissements, voire des malaises. Les femmes enceintes, les personnes souffrant d’allergie ou d’une maladie pulmonaire ainsi que les jeunes enfants ne devraient pas entrer en contact avec ces substances.

Depuis 2010, les concentrations de COV permises varient, de moins de 100 g/L à moins de 400 g/L selon le type de peinture. Un fini mat doit par exemple contenir moins de 100 g/L, contre moins de 200 g/L pour un fini brillant.

Il existe aussi déjà des peintures à faible concentration de COV (moins de 50 g/L) et des peintures dites « sans COV » (moins de 5 g/L). En règle générale, les fabricants le mentionnent sur l’étiquette du produit. Il faut ensuite s’intéresser au taux de COV du colorant qui sera mélangé à la base blanche. S’il est impossible d’obtenir cette information en magasin, contactez le fabricant.

Autres solutions de rechange aux peintures toxiques, les peintures minérales au silicate et les peintures de lait, encore relativement peu connues, demeurent sans COV même après la coloration. Fabriquées à partir d’ingrédients naturels et biologiques, elles sont généralement utilisées pour les meubles, mais peuvent l’être aussi sur les murs. Par contre, leur application peut s’avérer plus difficile.

Quelques peintures arborent aussi des sceaux reconnus. L’Écologo par exemple signale entre autres que le produit est exempt de certains composés chimiques nocifs et a une faible teneur en composés organiques volatils (COV). Le Green Seal atteste de restrictions semblables.

Par ailleurs, l’utilisation de peinture recyclée est de plus en plus populaire, et pour cause: elle est deux fois moins chère que les grandes marques! Mais est-elle aussi bonne? Selon les fabricants, sa qualité ne cesse de s’améliorer au fil du temps. La peinture recyclée a quand même un petit défaut: on ne la trouve qu'en 16 couleurs.

>> À lire aussi: Comment trouver une peinture sans COV

Papier peint

Associé à tort aux décors vieillots, le papier peint est revenu dans les bonnes grâces des décorateurs avec de nouveaux motifs très actuels.

Le papier peint avec surface imprimée est le plus populaire. On peut évaluer sa qualité en fonction de son épaisseur et de son poids. Les produits minces risquent de se déchirer facilement et sont plus difficiles à poser. Le papier peint ordinaire ne peut pas être nettoyé à l’eau. Il existe toutefois des papiers lavables, qu’on peut nettoyer avec un détergent doux.

Le papier vinyle est recouvert d’une couche protectrice de plastique, ce qui lui donne un fini plus lustré. Il est aussi plus résistant et lavable à l’eau. Il est toutefois plus cher. Ce revêtement convient à la salle de bains, à la cuisine, à la salle de jeu et au couloir. Le papier à relief en vinyle est, lui aussi, résistant. Il peut imiter l’apparence d’autres matériaux comme le bois sculpté ou le plâtre travaillé.

La couleur est l’élément principal sur lequel se basent les consommateurs pour faire leur choix. Les couleurs foncées ainsi que les couleurs chaudes comme le rouge, l’orangé, le brun et le jaune font paraître une pièce plus petite, ce qui lui confère une ambiance plus intime. Les couleurs pâles produisent l’effet contraire en donnant l’impression que les petites pièces sont plus grandes.

Le même principe s’applique au plafond. Si vous le trouvez trop haut, vous pouvez «l’abaisser» avec une teinte plus foncée que celle des murs. À l’inverse, s’il est trop bas, vous pouvez «l’élever»  avec une teinte plus pâle que celle des murs.

Le papier floqué a des motifs de fibre synthétique à poil ras comme le velours. Il a la réputation d’être résistant, mais sa pose nécessite une attention spéciale puisque sa surface de fibre ne tolère pas la colle.

Le papier à peindre est conçu pour être couvert de peinture (à l’huile ou au latex) après avoir été posé au mur. Il est blanc avec des reliefs.

La murale personnalisée peut être comparée à une affiche géante. En règle générale, on l’utilise pour recouvrir un seul mur de la pièce.

Comme pour la peinture, il est possible de jouer avec les couleurs pour modifier les perceptions de grandeur. Les couleurs pastel ou plus pâles feront paraître une pièce plus grande. Des lignes verticales donneront l’impression que le plafond est plus élevé. Évitez le papier peint à gros motifs dans une petite pièce: cela ne met pas les imprimés en valeur.

Les centres de rénovation vendent la plupart des produits décrits plus haut. Vous trouverez les articles plus rares ou haut de gamme dans les magasins de décoration intérieure et les boutiques spécialisées.

>> À lire aussi: Test de 17 teintures d’extérieur pour le bois

Autres produits décoratifs

Plusieurs accessoires décoratifs comme les moulures, les lambris de bois et les panneaux de vinyle ou de bois peuvent rehausser l’aspect visuel d’une pièce.

Les moulures sont composées de bois, de fibre de bois de densité moyenne ou de plastique. Un bricoleur peut les poser sans trop de difficulté, mais il doit prendre soin de bien planifier ses travaux. Mesurez la surface où vous prévoyez installer vos moulures. Veillez à soustraire les espaces qui devront être contournés (portes, fenêtres, plinthes électriques, etc.). Les moulures sont généralement vendues en longueurs de trois à 16 pieds. Il est suggéré d’acheter de longues moulures pour les grandes surfaces afin de réduire le nombre de joints visibles. Commencez votre installation dans le coin du mur le plus long. Peignez et vernissez vos moulures avant de les poser: cela vous évitera de devoir protéger les murs des éclaboussures.

Pour vos lambris, choisissez un bois pas trop noueux, avant de passer à la caisse, vérifiez l’état de vos planches: assurez-vous qu’elles ne gauchissent pas. Laissez les planches au moins 72 heures dans la pièce où elles devront être installées afin qu’elles s’acclimatent à la température et au taux d’humidité.

Les panneaux décoratifs sont souvent utilisés pour couvrir l’espace entre les comptoirs et les armoires de la cuisine… mais on les met où on veut puisqu’ils peuvent recouvrir un mur entier. Ils peuvent être composés de vinyle ou de bois. Certains imitent l’apparence de matériaux comme la céramique ou le métal. Ils sont généralement faciles à installer et se posent à l’aide de colle et de ruban adhésif.

Trouver un entrepreneur

Personne ne vous a été recommandé? Vous allez devoir dénicher la perle rare par vos propres moyens. Pour ce faire, demandez des devis détaillés à deux ou trois entrepreneurs: montant total des travaux, type de peinture utilisée, déplacement éventuel des meubles, protection des planchers, etc., le tout afin d’éviter les mauvaises surprises. Assurez-vous que l’entrepreneur que vous choisissez possède une licence d’entrepreneur général ou une licence d’entrepreneur spécialisé en travaux de finition accordée par la Régie du bâtiment du Québec.

Inscrivez au contrat toutes les tâches à effectuer (peindre le plafond et le placard, par exemple). Précisez aussi qu’il doit nettoyer la pièce et ramasser les débris avant de partir.

La rémunération peut être calculée de deux façons: au forfait ou à l’heure. La rémunération forfaitaire est plus avantageuse. Elle évite tout malentendu, les deux parties ayant convenu dès le départ du coût des travaux. Exigez une facture et payez par chèque afin d’avoir une preuve de paiement.

En cas de litige avec votre entrepreneur, vous ne pourrez porter plainte à la Régie du bâtiment que s’il possède la licence qu’elle délivre.

>> À lire aussi: Tout ce qu'il faut savoir pour engager un entrepreneur en rénovations

Peindre soi-même

Peindre soi-même est un travail de rénovation relativement facile, s’il est bien préparé.
- Avant de commencer, sortez tous les petits objets de la pièce.
- Regroupez ensuite les meubles au centre et recouvrez-les d’une toile.
- Protégez aussi le plancher: une fois séchées, les taches de peinture sont très difficiles à nettoyer. Installez une toile sur les contours du plancher et assurez-vous qu’elle est appuyée contre la plinthe et bien fixée au sol avec du papier collant.
- Enlevez les rideaux, afin qu’ils ne s’imprègnent pas des émanations de la peinture.
- Une fois l’espace dégagé et protégé, nettoyez les murs avec une solution de phosphate de trisodium.
- Plâtrez les trous et poncez.
- Enlevez la poussière avec un balai ou un aspirateur.
- Si vous devez protéger une fenêtre, couvrez-la avec une toile de plastique transparent plutôt qu’avec du papier brun afin de ne pas cacher la lumière du jour.
- Les travaux s’effectuent dans l’ordre suivant: le plafond, les murs, les moulures, les portes et les moulures des fenêtres.
- Au moment de peindre les portes et moulures, protégez les contours avec un ruban adhésif de masquage.
- Appliquez au moins deux couches de peinture, non sans avoir d’abord couvert la surface d’un apprêt, coloré ou non. Certaines couleurs comme le jaune clair et le rouge vif nécessiteront plus de deux couches puisqu’elles comportent des pigments organiques qui sont moins opaques que les pigments inorganiques. Les instructions inscrites sur le seau ou un commis peuvent vous renseigner sur l’opacité des produits offerts. Les fabricants recommandent généralement un temps de séchage de quatre à six heures entre la première et la seconde couche pour la peinture au latex. Avec la peinture à l’huile, c’est plus long, soit une attente de 16 heures avant la seconde couche.
- Optez pour un pinceau à poil taillé en biseau, plus facile à manier lors du découpage. Manipulez-en plusieurs et choisissez celui avec lequel vous vous sentez le plus à l’aise. Quant aux rouleaux, certains peuvent perdre des fils, qui risquent de coller sur la surface peinte. Pour éviter cela, passez le manchon à l’eau tiède et essorez-le à la main au préalable.

Installer soi-même le papier peint

Certains papiers sont préencollés, d’autres non - il faut alors encoller les laizes avant de les fixer au mur. Comme cette méthode complique l’installation du papier, il vaut mieux confier cette dernière à un professionnel. Il est très important de suivre les indications du fabricant que vous trouverez à l’intérieur du rouleau.

Si c’est la première fois que vous installez du papier peint, demandez au vendeur de vous donner des consignes détaillées. Avant la pose, bouchez les trous et poncez: les imperfections doivent disparaître. Nettoyez les murs avec un chiffon légèrement humide et laissez-les sécher à l’air libre. Pour prendre vos mesures, utilisez un crayon à mine plutôt qu’un stylo à bille: cela évitera de marquer votre papier. Par ailleurs, achetez de 15 à 20 % plus de papier que la surface que vous devez couvrir. Enfin, si vous souhaitez peindre les cadres des fenêtres, les plinthes ou le plafond, faites-le avant la pose du papier.

Revêtements muraux: comparatif des prix et des matériaux

Placoplâtre ou panneau de gypse

Communément appelé Gyproc, une marque déposée, ce matériau est constitué d’une couche d’un minéral tendre, le gypse, pressée entre deux feuilles de papier épais. Il est utilisé comme sous-finition murale. Les panneaux sont fixés sur l’ossature du mur à l’aide de vis ou de clous spéciaux. Les joints entre les panneaux doivent être recouverts de plâtre puis sablés. Un apprêt à peinture peut ensuite être appliqué. Les panneaux sont vendus en formats de 4 x 8 pi, de 4 x 12 pi ou de 4 x 16 pi. L’épaisseur du panneau varie, de 3/8 po à 1 po.

- Peu coûteux
- Résistant et ignifuge
- Peut être peint
- Vulnérable aux chocs et aux liquides durant l’installation
- Lourd et encombrant à manipuler durant l’installation
- Il faut confier le tirage des joints à un professionnel
- À partir de 25 ¢/pi2

Papier peint

Il existe plusieurs types de papier peint: le papier imprimé sans revêtement, le papier de vinyle, le papier avec enduit de vinyle (endos en papier recouvert d’une mince couche de vinyle), le papier de spécialité (ex. métallisé), le papier fabriqué à partir de tissus ou de matières naturelles (ex. ramie, jute, liège) et le papier doublure utilisé en sous-couche. Le papier peint s’applique sur la plupart des surfaces à l’aide de colle. Cette dernière peut être synthétique ou à base d’amidon.

- Peu coûteux (papier imprimé)
- Papier détachable et couche de colle lavable (enduit de vinyle, vinyle)
- Facile à appliquer et à réparer soi-même
- Ne décolore pas (vinyle)
- Effet spectaculaire (papier de spécialité)
- Grande variété de couleurs, de motifs et de textures (ex. satiné, gaufré, à relief)
- Difficile à laver sans endommager le fini (papier imprimé)
- Croissance de moisissure favorisée par les colles à base d’amidon
- De 25 ¢/pi2 à 1,25 $/pi2

Lambris de bois

Il est constitué de lames de bois dur (ex. érable, bouleau, chêne) ou résineux (ex. cèdre, pin, épinette) s’emboîtant les unes dans les autres pour former un cadre ou un panneau. Les lames de bois peuvent être clouées à la verticale, à l’horizontale ou en diagonale. Le lambris est vendu à l’état brut ou préfini. Dans le premier cas, il requiert un ponçage et l’application d’une couche de protection (ex. vernis, apprêt, peinture).

- Résistant aux chocs
- Peut être teint, verni, poncé ou peint de nouveau
- Apparence élégante, champêtre ou victorienne
- Variété d’essences et de finis
- Plutôt difficile à installer soi-même
- Vulnérable à l’humidité
- De 50 ¢/pi2 à 4,50 $/pi2 environ

Panneau plaqué

Panneau composé d’une structure de contreplaqué sur laquelle est fixée une mince feuille de bois (ex. pin, chêne) recouverte d’une feuille de papier décorative ou d’imprimés. Les panneaux se fixent à l’aide de clous de finition ou d’une colle de construction. En règle générale, ils possèdent les dimensions suivantes: 32 x 48 po ou 48 x 96 po.

- Peu coûteux
- Facile d’entretien et à installer soi-même
- Variété de finis (ex. à rainures, à grains de bois, imitation de pierre ou de brique)
- Moins résistant que le lambris ou le panneau de fibres
- Ne peut pas être peint
- Apparence d’imitation
- De 50 ¢/pi2 à 1,50 $/pi2

Panneau de fibres de densité moyenne ou élevée

Panneau de MDF ou de HDF vendu en format plein mur (48 x 96 po), en format demi-mur (32 x 48 po) ou en bande murale (11 x 96 po). Les panneaux se fixent à l’aide d’une cloueuse pneumatique. Ils peuvent être posés directement sur la charpente sans gypse. Vendus à l’état brut ou préfinis.

- Peu coûteux
- Résistant aux égratignures, à l’abrasion, à l’humidité et aux écarts de température
- Facile à installer
- Variété de couleurs et de motifs (ex. imitation de bois)
- Émanation de gaz provenant de la colle d’urée-formaldéhyde des panneaux bruts
- La surface doit être finie à l’aide de peinture, de teinture, de laque ou de vernis
- De 1 à 1,50 $/pi2

Bloc de verre

Bloc fabriqué à partir de deux morceaux de verre fusionnés. Il existe aussi des blocs plus légers et écoénergétiques faits en acrylique. Les blocs s’installent comme de la brique ou du béton. Ils ne peuvent pas être coupés. Les faces externes sont lisses et plates tandis que les faces internes peuvent avoir un fini plat, granulé ou ondulé. Ce fini déterminera l’intensité lumineuse que laisseront pénétrer les blocs.

- Résistant à l’usure, à l’humidité et à la moisissure
- Facile d’entretien
- Laisse pénétrer la lumière
- Coûteux
- Il faut en confier l’installation à un professionnel
- De 10 à 30 $/pi2 pour des motifs de base (des verres plus texturés sont aussi beaucoup plus chers). Ne comprend ni l’installation ni la prise de mesures

Panneau d’imitation de pierres

Panneau de polyuréthane moulé à partir de véritables pierres. Les panneaux se vissent sur les lattes de bois du mur. La finition entre les panneaux s’effectue à l’aide d’un coulis.

- Résistant aux chocs et à la chaleur
- Facile à entretenir et à installer soi-même
- Offre une isolation supplémentaire
- Coûteux
- Variété de couleurs et de formes limitée
- Environ 10 $/pi2

Pierres et briques décoratives

Pierres ou briquettes recyclées se collant au mur à l’aide d’un adhésif. Elles produisent un effet de matières et de reliefs. Il est recommandé d’installer ce type de revêtement sur du contreplaqué, de l’aggloméré, du béton léger ou tout autre panneau de revêtement rigide (ex. panneau de gypse). Contrairement aux pierres décoratives, les briques nécessitent un tirage de joints pour la finition.

- Résistantes aux chocs et à la chaleur
- Légères
- Faciles à installer soi-même
- Apparence élégante
- Coûteuses
- Variété de couleurs et de formes limitée
- Difficile d’enlever le gras et la poussière qui s’y déposent
- De 5 à 10 $/pi2

>> À lire aussi: Vaut-il mieux louer ou acheter ses outils pour rénover?

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.