Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Petit guide pour faire du vélo l'hiver

Par Alain McKenna
velo-hiver

Type de bicyclette, pneus, protection contre les éléments, accessoires… voici tout ce que vous devez savoir pour vous lancer dans le vélo d’hiver.

Le vélo d'hiver n'est plus réservé à ces indéfectibles cyclistes qui vivent, mangent et dorment quasiment sur leur bicyclette. À mesure que les municipalités et les centres de plein air aménagent des pistes quatre saisons, cette activité devient de plus en plus accessible. Par exemple, les trois quarts des quelque 1 100 km de pistes cyclables du Grand Montréal sont déneigés. Sinon, il existe plus 1 300 km de sentiers à dévaler au Québec si vous préférez le vélo à pneus surdimensionnés (fatbike en anglais). La clé consiste à bien vous équiper.

Le choix du vélo

De route ou de montagne?

Pour choisir la bonne bicyclette, il vous faut d’abord décider quel type de vélo hivernal vous souhaitez pratiquer. De fait, emprunter un circuit urbain fréquemment déneigé et déglacé ne requiert pas le même matériel que si vous envisagez de grimper et de descendre les sentiers d'un parc national…

Si vous comptez vous en tenir à une piste cyclable en asphalte, un vélo de route ou urbain fera l’affaire. Si vous préférez la seconde activité mentionnée précédemment, optez pour un vélo à pneus surdimensionnés, mieux adapté aux sentiers enneigés ou en pente.

Neuf ou usagé?

Il est toujours plaisant d'enfourcher un vélo tout neuf, mais les effets du gel ainsi que la présence d'eau et de calcium sur la chaussée accélèrent la formation de rouille. Pour cette raison, vous voudrez peut-être vous en tenir à un modèle usagé. « Un vélo va s'user très rapidement l'hiver. C'est pourquoi bien des cyclistes vont opter pour un vélo auquel ils ne tiennent pas trop », explique Magali Bebronne, directrice des programmes à Vélo Québec et adepte du vélo d’hiver depuis une dizaine d’années.

Sélectionner les bons pneus

Les pneus sont les deux seuls points de contact de la bicyclette avec la route; il leur faut donc un peu de mordant. Pour être plus précis, Vélo Québec recommande trois types de pneus adaptés à la saison hivernale, selon les circonstances.

Dans un premier temps, Magali Bebronne détaille : « Sur une piste urbaine, on trouve toutes les conditions, incluant de la glace noire. Rien ne vaut des pneus cloutés. » L’organisme mentionne également, dans un article indiquant comment adapter un vélo pour l’hiver, les pneus de type cyclocross, qui sont peu chers et plutôt minces, ce qui les aide à « fendre » la neige. Ils adhèrent cependant peu à la glace. La même publication évoque les pneus de montagne, à crampons et plus larges que ceux d’une bicyclette traditionnelle, qui s’agrippent très bien à la chaussée mouillée, mais moins bien à celle qui est enneigée ou glacée.

Protection des composants contre les éléments

Selon Magali Bebronne, pour éviter divers tracas associés à l’hiver, un modèle de bicyclette dont les composants mécaniques sont moins exposés aux éléments est préférable. Cela évite que la glace, la neige ou l'eau nuisent au bon fonctionnement de votre monture. Les vélos dont les câbles sont gainés de bout en bout et qui sont dotés d'un moyeu à vitesses intégrées sont à favoriser.

Sinon, il est possible d'acheter dans les boutiques spécialisées un lubrifiant fait exprès pour la saison froide. Plus visqueux que la substance « ordinaire », il protège la chaîne, le dérailleur et la cassette (ou la roue libre, selon le cas) de la rouille. La porte-parole de Vélo Québec ajoute qu'il y a aussi moyen d'en appliquer là où les câbles sortent de leur gaine, pour empêcher l’eau d’entrer dans cette dernière. En effet, quand l'eau gèle dans une gaine, cela enraille l'opération des câbles, lesquels sont nécessaires au freinage. Et personne ne souhaite manquer de freins, surtout pas l'hiver!

Des accessoires et des vêtements adaptés

Ironiquement, le plus grand irritant cité par les cyclistes hivernaux, selon Magali Bebronne, a très peu à voir avec le vélo lui-même : il s'agit du cadenas. De l'eau s'infiltre dans son verrou et peut l’empêcher de se déverrouiller. Un peu de lubrifiant dans la serrure devrait prévenir cet embêtement.

Il ne faut pas non plus négliger l'habillement. De bons gants et des bottes d'hiver chaudes sont… chaleureusement recommandés. Pour couvrir leur tête, plusieurs cyclistes optent pour un casque de ski ou de planche à neige, mieux isolé qu'un simple casque de vélo. S’il est assez grand, vous pouvez même y insérer une tuque mince.

Pour les autres vêtements d’hiver, si vous prévoyez pédaler assez fort, adoptez la stratégie « en pelures d'oignon », à trois couches :

• un vêtement de corps qui garde au sec;

• une couche intermédiaire qui agit comme isolant;

• et une couche extérieure imperméable, qui fait également office de coupe-vent.

 

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.