Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous ici

Accédez à cet article gratuitement

Il suffit de vous inscrire à nos infolettres

Vous recevrez maintenant nos infolettres par courriel. Sachez que vous pouvez vous désabonner en tout temps en suivant le lien "Me désabonner" dans le bas d'une infolettre.

Chats et chiens: solutions à 5 comportements indésirables

Par Mise en ligne : 18 mars 2016

shutterstock.com

Chats et chiens: solutions à 5 comportements indésirables shutterstock.com

Des petits «dérapages» aux comportements agressifs, les chats et les chiens peuvent présenter des troubles de comportement. Voici des conseils pour y voir plus clair dans les situations suivantes: chat qui fait ses griffes partout, chat qui fait ses besoins hors de la litière, chat ou chien qui mord, chat ou chien qui nous réveille la nuit ou chien qui aboie en notre absence.

Agressivité, malpropreté, dépression, anxiété... ces comportements sont non seulement désagréables pour le maître mais aussi pour l’animal, qui en souffre. Certains comportements sont le signe d'un malaise ou d'un mal-être et par ces agissements, l'animal veut vous faire comprendre que quelque chose ne va pas et vous demande de l’aide.

Mon chat fait ses griffes partout

D’abord, soyez patient! Surtout, ne criez pas et ne le grondez pas après coup. À part vous défouler, ça ne sert à rien, car il ne fera jamais la relation entre sa «bêtise» et vos cris. Le seul résultat que vous obtiendrez, c’est qu’il aura peur de vous. Faire ses griffes est un comportement naturel chez le chat, et si vous l’obligez à vivre à l’intérieur, il se débrouillera avec ce qui lui tombe sous la patte pour assouvir ses besoins de griffades et de marquages territoriaux. L’unique solution pour épargner votre sofa, vos fauteuils ou vos rideaux, c’est de l’inciter à griffer un objet précis, en l’occurrence un grattoir, un poteau à gratter ou un arbre à chat.

Le plus souvent, votre petit monstre fait ses griffes en votre absence ou quand vous avez le dos tourné. Difficile, donc, de le prendre sur le fait pour le punir (à l’aide d’un vaporisateur d’eau ou en faisant du bruit, par exemple avec un sifflet). Cependant, s’il a pris l’habitude de martyriser un endroit précis du canapé ou d’un fauteuil, vous pouvez le recouvrir d’un tissu lisse ou d’un plastique pour tenter de le déshabituer.

Si vous lui avez installé un grattoir ou un poteau à gratter et que vous le prenez en flagrant délit de griffades inopportunes, dites-lui «non!» d’un ton ferme (mais sans crier) tout en l’amenant jusqu’à l’endroit approprié. Montrez-lui où griffer en passant vos ongles le long du grattoir; félicitez-le et récompensez-le avec une gâterie lorsqu’il l’utilise. Enfin, s’il fait ses griffes sur votre jean ou essaie de grimper le long de vos jambes, sachez que c’est normal: il vous prend simplement pour un tronc d’arbre! Dans ce cas, offrez-lui un arbre à chat pour qu’il puisse s’étirer, grimper, sauter et se poster en hauteur.

Mon chat fait ses besoins hors de la litière

C’est le problème le plus souvent évoqué chez le vétérinaire. Il y a de nombreuses raisons qui peuvent expliquer qu’un chat n’utilise pas sa litière, indique Diane Frank, spécialiste en comportement animal. «Mais s’il refuse d’aller dans son bac, la première chose à faire est de consulter un vétérinaire pour s’assurer qu’il n’est pas malade, insiste-t-elle. Il pourrait souffrir d’une maladie urinaire ou du système digestif et, dans ce cas, on doit intervenir d’urgence.»

Avec l’âge, le nombre de possibilités médicales augmente. Par exemple, un animal qui a de l’arthrite ou des problèmes neurologiques se déplace plus difficilement: il aura donc plus de mal à entrer dans son bac. D’autres maladies peuvent contribuer au problème de malpropreté ou le causer, notamment les infections ou inflammations de la vessie, les calculs vésicaux (pierre dans la vessie) et certaines tumeurs.

Autre explication: le chat n’aime pas sa litière. Celle-ci est trop sale à son goût et il ne peut creuser sans se souiller les pattes. Ou alors c’est sa texture ou son odeur qui lui déplaît, à moins que ce ne soit l’emplacement du bac. Enfin, il est peut-être perturbé – par un changement dans sa routine, par l’arrivée d’un nouveau-né ou d’un nouveau conjoint, un conflit avec un autre chat de la maison, un déménagement… «Chez le chat stérilisé, le marquage urinaire est généralement associé à de l’anxiété, causée soit par une source externe de stress, soit par son tempérament naturel», note Diane Frank. Si la source anxiogène ne peut être éliminée, voyez un vétérinaire (il existe des traitements) ou une technicienne en santé animale.

Le marquage urinaire sert beaucoup à la communication sexuelle. C’est un comportement normal chez les animaux entiers, mais il est plus fréquent chez les mâles que chez les femelles. Environ 10 % des chats castrés et 5 % des chattes hystérectomisées continuent à communiquer ou à marquer leur territoire avec leur urine.

Pour masquer l’odeur d’urine: dans un vaporisateur, mélangez 240 ml de vinaigre blanc avec 60 gouttes d’huile essentielle de citron, 40 gouttes d’huile essentielle de thym et 20 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus. Pulvérisez cette préparation sur la zone souillée. Vous pouvez utiliser d’autres huiles essentielles, par exemple de cèdre ou de lavande, pour remplacer le citron et le thym.

Vous avez pris votre matou en flagrant délit? Ne criez pas, ne le grondez pas et surtout ne lui mettez pas le nez dans ses besoins pour lui «faire comprendre». C’est inutile, il n’apprendra rien de cette façon, vous ne ferez que l’effrayer. Prenez-le plutôt dans vos bras et posez-le dans son bac en lui parlant doucement. Ne lavez jamais un sol souillé avec de l’eau de Javel ou de l’ammoniac, leur odeur attire les chats. Utilisez de l’eau vinaigrée (½ vinaigre et ½ eau) ou le mélange maison ci-après, qui neutralisent les phéromones et l’odeur d’urine.

Pour réduire le risque de marquage, nettoyez la litière (urine et selles) au moins une fois par jour. Changez-la complètement une ou deux fois par mois. Lavez le bac une fois par mois avec du savon à vaisselle, puis rincez-le et séchez-le bien. Changez-le après un an ou deux, quand l’urine commence à s’infiltrer dans le plastique.

>> À lire aussi: Conseils pour prendre soin de votre animal de compagnie (vidéo)

Mon chat me mord

Si votre chat vous donne un coup de patte, vous griffe ou vous pince la main alors que vous êtes en train de le caresser, c’est pour vous signaler qu’il a eu assez de câlins! Pour éviter qu’une telle «agression» se reproduise, observez son langage corporel, conseille la spécialiste en comportement animal Diane Frank, spécialiste en comportement animal. Si le chat a les yeux mi-clos et que sa queue est animée de mouvements lents, tout va bien.

«Par contre, si son corps est raide, ses pupilles dilatées, ses oreilles aplaties ou tournées vers l’arrière, s’il grogne ou agite la queue avec des mouvements saccadés, retirez immédiatement votre main et respectez son désir de ne plus être caressé.» S’il vous mord quand vous jouez avec lui, arrêtez tout de suite le jeu. Ainsi, il comprendra vite que mordre entraîne l’arrêt de sa relation avec vous.

Votre matou regarde par la fenêtre. Soudain, il s’agite, grogne, son poil se hérisse. Curieux, vous vous approchez… et vous recevez un coup de griffes. Ce n’est pas après vous qu’il en avait. Mais comme il ne peut attaquer l’intrus ou la proie aperçu dans le jardin (chat, oiseau, etc.), il s’en est pris à ce qui lui tombait sous la patte. C’est ce qu’on appelle de l’agressivité redirigée. Surtout, n’essayez pas de le prendre dans vos bras, car il est trop excité pour vous reconnaître. Laissez-le tranquille et sortez de la pièce, le temps qu’il se calme.

Si votre chat s’attaque à vos chevilles ou à vos mains, il est probable qu’il s’ennuie, estime Diane Frank. «Un chat d’intérieur normal, bien nourri, doit avoir plus de trois heures d’activités semblables à la chasse par jour. La “chasse” aux parties corporelles humaines survient parce que les personnes sont les seules cibles mouvantes dans la maison.» Ce trouble de comportement peut souvent être traité en faisant jouer l’animal et en lui procurant un distributeur mobile d’aliments (Pipolino, par exemple).

>> À lire aussi: Chats et chiens: les soins vétérinaires indispensables

Mon chien me mord

Chaque année, au Québec, on recense environ 45 000 cas de morsures infligées par des chiens à des enfants de moins de 12 ans. La plupart du temps, l’«agresseur» n’est pas un inconnu mais le brave pitou de la famille ou d’un ami de la famille. Dans plus d’un cas sur deux, ces morsures surviennent à domicile ou dans la maison d’un parent, d’un ami ou d’un voisin. Le plus souvent, l’incident se produit en l’absence d’un adulte, à cause de gestes inappropriés de l’enfant (réveiller un chien qui dort, lui tirer la queue ou les oreilles, lui prendre son os ou sa gamelle, l’effrayer par des gestes brusques ou des cris, etc.).

Règle numéro un, ne jamais laisser un enfant de moins de sept ans seul avec un animal, chien ou chat, même si celui-ci est doux et bien socialisé.

Règle numéro deux: il faut connaître un minimum les comportements canins et félins pour être capable d’interpréter les premiers signes d’irritation de l’animal. «En général, un chien va mordre parce qu’il se sent menacé ou a peur, ou encore parce qu’on a empiété sur son territoire ou qu’on lui a fait mal, même sans le vouloir, explique Cécile Boivin, médecin vétérinaire à Marieville. Au début, il peut fuir ou rester sur place et commencer à montrer les dents et à retrousser les babines. Puis il se met à aboyer ou à grogner. Il envoie des signaux pour avertir de son inconfort. Et si le comportement qui le gêne ou qu’il perçoit comme une menace persiste, s’il se sent acculé parce qu’il ne peut fuir, alors il passe à l’action. Dans sa logique, il n’y a pas d’autre stratégie possible.» De même, un chat qui griffe ou qui mord utilisera ces armes en dernier recours, pour signifier que les limites de sa tolérance ont été dépassées.
Selon les spécialistes, la majorité des morsures pourraient être évitées grâce à une meilleure éducation des enfants et des adultes aux codes sociaux de l’animal.

En tout temps
 
• Ne laissez jamais un jeune enfant seul avec un chien ou un chat.
• Soyez vigilant quand il joue avec lui; dans l’excitation, le jeu pourrait dégénérer et causer un accident.
• Ne le laissez pas tirer la queue, les oreilles ou les poils d’un chien ou d’un chat, ni le pourchasser, le taquiner ou grimper sur son dos (surveillez votre propre comportement, car un enfant apprend surtout en regardant et en imitant les adultes).
• Ne courez jamais devant un chien inconnu.
• Ne caressez pas un chien étranger sans lui avoir d’abord «demandé la permission» (c’est-à-dire s’il s’approche de vous spontanément ou si son maître vous a donné son accord).
• Ne caressez pas un chien derrière une clôture ni par la vitre entrouverte d’une voiture.
• Ne dérangez pas un chien ni un chat pendant qu’il mange, qu’il se repose ou qu’il dort.
• Ne touchez pas à ses affaires (jouets, os, gamelles).
• Confinez votre chien dans une pièce ou dans sa cage s’il est trop agité quand vous avez de la visite, notamment s’il y a de jeunes enfants.
• Évitez de crier (les cris d’un enfant, surtout, très aigus, pourraient lui faire penser qu’il s’agit d’une proie, l’inquiéter ou l’exciter). 
 
Si un chien vous paraît menaçant
 
• Restez immobile, les bras le long du corps et les mains dans les poches.
• Ne lui parlez pas, ne criez pas et ne courez pas : cela risquerait d’activer ses réflexes de prédateur. Laissez-le vous renifler; la plupart du temps il finira par se désintéresser.
• Ne le fixez pas dans les yeux (en «langage chien», c’est un signe de menace); regardez plutôt au loin.
• S’il arrive en courant et en aboyant, mettez-vous en boule, face contre terre et mains sur les oreilles. Restez immobile et calme jusqu’à ce qu’il soit parti.
 
Sources: Diane Frank, DMV; Michèle Lemay, DMV; Annie Ross, DMV; SPA de l’Estrie.

Mon chat ou mon chien me réveille la nuit

Certaines maladies augmentent la vocalisation, tant chez le chat que chez le chien adulte. Si cela se produit, il est donc préférable de consulter un vétérinaire. Un chiot ou un chien peut aussi se manifester parce qu’il a besoin d’éliminer. Enfin, si l’animal vocalise en pleine nuit ou au petit matin, c’est parfois pour avoir de l’attention. Dans ce cas, le mieux est de faire comme s’il n’existait pas, affirme Diane Frank, spécialiste en comportement animal. «Vous devez absolument l’ignorer, c’est-à-dire vous abstenir de lui parler, de le toucher ou même de le regarder.Souvent, le maître craque et lui donne à manger, le caresse ou le réprimande, mais toutes ces réponses sont de l’attention, et pour l’animal c’est payant.»

Pas évident, dites-vous? «Si vous l’ignorez, il commencera sans doute par se montrer plus insistant et miaulera ou aboiera plus fort, admet Diane Frank. Mais c’est justement à ce moment-là qu’il faut tenir bon et ne pas céder. Au bout d’une dizaine de jours, en général, il finit par abandonner ce comportement, puisqu’il ne lui rapporte rien.»Si votre patience est à bout, vous pouvez toujours lui interdire l’accès à la chambre à coucher durant la nuit. «Dans ce cas, installez-le dans une autre pièce avec sa cage ou avec une litière, ainsi qu’un bol d’eau, de la nourriture et des jouets», recommande Diane Frank.

Dernière tactique pour que votre petit compagnon cesse de faire la java à trois heures du matin: l’épuiser le plus tard possible en fin de soirée. Comment? En le faisant jouer et courir dans la maison, ou en l’occupant avec une boule en plastique munie de trous qui libérera les croquettes une à une et l’obligera à «travailler» pour trouver sa pitance.Bon à savoir: un chat dort en moyenne de neuf à 12 heures par jour s’il doit chasser pour se nourrir. Mais s’il n’a rien à faire, il peut dormir jusqu’à 16, voire jusqu’à 20 heures. Dans une région comme le Québec, où les saisons sont très marquées, il dort plus en hiver qu’en été. Autrement dit, la durée de son sommeil est inversement proportionnelle à la quantité de lumière et à la température.

>> À lire aussi: Adopter un chien lorsqu'on a déjà un chat... et vice versa

Mon chien aboie et fait des dégâts en mon absence

Certains chiens sont anxieux dès que leur maître n’est plus là. Ce stress peut se manifester par des jappements, des aboiements, voire des dommages matériels lorsqu’ils détruisent des objets ou font leurs besoins dans la maison. La raison? Après avoir été séparé de sa mère, votre chiot a trouvé un nouvel «être d’attachement», qui est… vous! Et s’il n’a pas été correctement éduqué, il risque de devenir dépendant affectif – environ 10 % des jeunes chiots semblent génétiquement prédisposés à faire de l’anxiété de séparation, quelle que soit leur éducation.

Voici quelques conseils pour aider l’animal à mieux vivre les séparations:

• Habituez-le dès que possible à sa cage, qu’il soit seul ou non à la maison. Toutefois, assurez-vous (en filmant ou en enregistrant le son) qu’il ne présente pas de signes d’anxiété lorsqu’il reste seul. Selon Diane Frank, spécialiste en comportement animal, «la cage devrait être réservée à l’entraînement à la propreté et comme endroit de retrait pour le chien, donc en gardant la porte ouverte afin qu’il ait le choix d’y entrer ou non. Il est cruel de l’y laisser emprisonné pendant des heures».

• Ignorez ses gémissements, ses pleurs et ses grattements quand il est seul dans une pièce ou à l’extérieur. Attendez qu’il cesse pour lui accorder de l’attention.

• Modifiez vos habitudes de départ ou d’horaires; si possible, ne sortez pas toujours par la même porte.

• Faites-le jouer et promenez-le pour le fatiguer environ une heure avant votre départ.

• Placez-le dans sa cage et ignorez-le 30 minutes avant de partir.

• Laissez-lui un peu de lumière, un fond sonore (radio, musique) et donnez-lui son jouet préféré pour le distraire en votre absence; un jouet interactif rempli de nourriture sera très apprécié!

• Ignorez-le à votre retour aussi longtemps qu’il s’agite autour de vous et vous fait fête.

Si le problème persiste au bout de quelques semaines, mieux vaut consulter un vétérinaire ou un spécialiste en comportement canin.

Sources: SPA de l’Estrie; Diane Frank, DMV.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Loisirs et famille

Commentaires 0 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.