Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Par Amélie Cléroux
Dossier---Contraception-intro


Qui dit sexe dit contraception; cela semble évident. Pourtant, même si les méthodes sont plus nombreuses que jamais, «se protéger» n'est pas aussi simple qu'on le souhaiterait. Pour quelle solution opter? Comment savoir si la méthode choisie est la meilleure dans notre situation? Quels sont les professionnels pour nous renseigner? Quelles questions leur poser? Avec ou sans hormones? Qu’est-ce que la contraception naturelle? Toutes les réponses dans les articles qui suivent.

Partie 1

Quel moyen de contraception est pour vous?

contraception-1
Par Amélie Cléroux

Qui dit sexe dit contraception; cela va de soi. Pourtant, même si les méthodes sont plus nombreuses que jamais – de la pilule au stérilet en passant par le condom, le timbre et l’anneau –, «se protéger» ne se fait pas toujours pas sans accrocs. Voici comment choisir la méthode contraceptive qui vous convient.

Partie 2

Comparatif des méthodes de contraception «classiques»

contraception-2
Par Amélie Cléroux

Il existe divers moyens de contraception «classiques» : hormones combinées (pilule contraceptive, timbre, anneau vaginal), hormone progestative seule (minipilule, injection Depo-Provera, stérilet), condom, diaphragme, cape cervicale, éponge, spermicides et gel contraceptif. Comparatif de leur niveau d'efficacité, de leurs effets secondaires et de leurs risques pour la santé.

Partie 3

La contraception naturelle: efficace?

contraception-3
Par Amélie Cléroux

Pour éviter une grossesse, il existe plusieurs pratiques ou méthodes naturelles de contraception, comme la méthode symptothermique, le retrait préventif (coït interrompu), le calendrier et la température corporelle. Mais ces méthodes contraceptives demandent de la rigueur, et leur efficacité ne fait pas toujours consensus.

Partie 4

Vasectomie et ligature des trompes de Fallope: couper pour de bon

contraception-4
Par Amélie Cléroux

Quand on est bien sûr de son coup, la contraception définitive (vasectomie et ligature ou obturation des trompes de Fallope) peut se révéler un choix judicieux. Pour bien comprendre en quoi consistent ces interventions chirurgicales, nous détaillons leur efficacité, si elles comportent des risques pour la santé et si elles sont réversibles.

Partie 5

Pilule pour hommes et implant sous-cutané: pour bientôt?

contraception-5
Par Amélie Cléroux

Que nous réserve l'avenir en matière de contraception? Voici ce qu'il faut savoir à propos de l'implant contraceptif sous-cutané et de la fameuse pilule pour hommes.

Canada : l’implant contraceptif à l’horizon

Avec les deux types de stérilets et les méthodes définitives (vasectomie et ligature des trompes de Fallope), l’implant contraceptif sous-cutané est l’une des méthodes les plus efficaces, soutient la Dre Édith Guilbert, médecin-conseil à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et professeure associée au Département d'obstétrique, de gynécologie et de reproduction de l’Université Laval.

Il consiste en un petit bâtonnet de la taille d’une allumette qu’on insère sous la peau du bras et qui libère dans l’organisme une hormone progestative pendant trois ans. « 

Ce contraceptif, entre autres utilisé en France, n’est pas autorisé au Canada, mais il semble vouloir se pointer le bout du nez prochainement », explique la spécialiste. Santé Canada indique de son côté que l’implant Nexplanon est en cours d’examen – innocuité, efficacité, qualité – et qu’une décision à son sujet sera rendue d’ici un an.

Pour la Dre Guilbert, la venue d’une option aussi efficace et durable constituerait une excellente nouvelle pour les Canadiennes. À suivre !

>> Lisez tout notre dossier: Quel moyen de contraception est pour vous? et nos articles à propos des méthodes classiques (pilule, stérilet, etc.), de la contraception naturelle et de la contraception définitive

La fameuse pilule pour hommes

« La pilule » version masculine pourrait-elle révolutionner la contraception ? Peut-être… mais elle n’est pas encore au point. Cette méthode consiste pour les hommes à prendre chaque jour un comprimé qui bloque deux hormones de fertilité masculine (formules abrégées : LH et FSH), réduisant ainsi la production de spermatozoïdes et de testostérone. La pilule simule aussi l’effet de la testostérone afin de contrebalancer sa diminution dans le reste du corps.

Deux études cliniques préliminaires réalisées aux États-Unis démontrent que le produit n’a pas d’effets secondaires importants sur la santé, du moins pas à court terme. Parmi les inconvénients subis, quelques participants ont mentionné la fatigue, l’acné, la prise de poids, les maux de tête et, plus rarement, une baisse de libido ou des épisodes de dysfonction érectile légère.

Le médicament n'a pas été donné aux sujets assez longtemps – 28 jours dans le cas de l’étude la plus récente, menée par le Los Angeles Biomedical Research Institute (LA BioMed) et l’Université de Washington à Seattle, aux États-Unis – pour que les chercheurs puissent voir une réelle diminution du nombre de spermatozoïdes. Toutefois, une baisse des taux de LH et de FSH chez tous les participants a été observée, sauf chez ceux qui avaient pris un placebo. Les effets se sont avérés réversibles après l’arrêt de la médication. Ces données laissent croire à une probable commercialisation du produit, mais pas avant au moins 10 ans, avancent les scientifiques. Des études à plus long terme, menées avec des couples actifs sexuellement, seront nécessaires pour conclure à son efficacité.

Selon Sylvie Lévesque, sexologue et professeure à l’Université du Québec à Montréal, « il y a longtemps que la contraception orale pour hommes aurait pu être développée ». Selon elle, c'est un manque d'intérêt, et non un manque de savoir, qui justifie qu'on ait pris tant de temps pour obtenir ces avancées. « Mais est-ce que les femmes voudront faire confiance à ces pilules et dépendre de leur partenaire en matière de contraception ? » s’interroge la Dre Édith Guilbert. Pour Sylvie Lévesque, toute offre supplémentaire de contraception est la bienvenue. Et « ce sera une bonne façon de conscientiser les hommes aux enjeux de la contraception et à leur prise de responsabilités », conclut-elle.

Lire l'article
Ce qu'il faut savoir avant d'opter pour le blanchiment des dents

Vous rêvez de dents immaculées? Les traitements offerts chez le dentiste et les produits en vente libre – comme les bandes blanchissantes, les gouttières, les produits pourvus d’un applicateur et le fameux charbon activé – se déclinent dans une vaste gamme de prix, tandis que leur efficacité et leur innocuité peuvent varier. Voyez pourquoi.

Lire l'article
Êtes-vous prêt à recommencer à faire la bise?

Donner une accolade, faire la bise ou serrer la main de l’autre à l’occasion d’une rencontre, tout cela faisait partie des petits gestes de votre quotidien précovidien. Envisagez-vous de les reproduire au fur et à mesure que les consignes sanitaires s’allègent et que l’espoir d’un avenir sans virus SRAS-CoV-2, ou plutôt sans pandémie, renaît?

Lire l'article
Des sels plus santé que d’autres?

Sel de table, fleur de sel, sel rose de l’Himalaya… Si le goût, la couleur ou la taille des cristaux varient d’un sel à l’autre, tous ces produits sont similaires du point de vue de la santé, affirme Marie-Josée LeBlanc, chargée de cours au Département de nutrition de l’Université de Montréal.

Lire l'article
Québec ne remboursera que les médicaments biosimilaires

Le régime public d’assurance médicaments du Québec ne remboursera, sauf exception, que les médicaments biosimilaires à partir d’avril 2022, ce qui permettra de générer des économies annuelles de plus de 100 millions de dollars.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.