Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Défi 28 jours sans alcool: quels bienfaits?

Par Céline Montpetit

Avis à ceux qui en doutent: la sobriété volontaire a de réels bienfaits. Après des Fêtes bien arrosées, la Fondation Jean Lapointe vous invite à faire une pause d’alcool en février. L’occasion de prendre conscience de votre consommation et de donner une pause à votre foie.

En février, Amélie Chamberland relèvera de nouveau le défi 28 jours sans alcool. « Je l’ai fait l’an dernier et j’ai trouvé ça dur au début, surtout les fins de semaine et dans les soupers, dit-elle. J’avais l’impression d’être perçue comme une extraterrestre. Mais plus le mois avançait, moins j’avais envie de boire. » La Montréalaise de 38 ans
Accédez à cet article gratuitement. Il suffit de vous inscrire à nos infolettres.
N'ayez plus aucune limite

Pour lire cet article et obtenir un accès illimité à tout le site ...

à partir de 3,50 $*
Bénéficiez de lecture supplémentaire

Il vous suffit de vous inscrire à nos infolettres.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par MARC BOUCHARD
    15 Janvier 2019

    Ca fait des années que je fait cela à partir du mois de janvier. Au début c'était pour un mois et pour donner un repos à mon foie. Avec de l'excercise et un nouveau régime, ont réussi a perdre des livres qu'ont à pris pendant les derniers mois de l'année. Maintenant je fait cela pour 2 a 3 mois pas d'acool et je sauve $ en plus de perdre du poids.

     2
  • Par LéANDRE BOUCHARD
    30 Janvier 2018

    Éducalcool sera pas content. Leur recommandation : 3 consommations par jour pour l'homme et 2 pour la femme... il semble que cette recommandation s'applique aussi aux adolescent(e)s.
    Léandre Bouchard

    Par JEAN-YVES HEMLIN
    01 Février 2018

    "Si vous êtes incapable de tenir le coup pendant 28 jours, c’est que vous avez un problème de dépendance."

    Ç'est un jugement un peu extrême. Il y a mille et une raison expliquant pourquoi vous pourriez vous pourriez prendre de l'alcool, certaines plus mauvaises que d'autres.
    Ce qu'il faudrait faire c'est se poser sérieusement la question quand au POURQUOI elle prend ce verre plutôt que de culpabiliser la personne en lui disant qu'elle a une dépendance.

    Je bois moins de deux verres par mois. Si je dit que je passe 28 jours sans une goutte mais que, à mi-chemin, je décide de célébrer X, Y ou Z en prenant un verre de vin, je doute qu'on puisse raisonnablement me traiter d'alcoolique!

     19