Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Génération Ritalin

Par Rémi Maillard

La consommation de pilules pour calmer les enfants jugés trop remuants a quadruplé en 10 ans. Nécessité médicale ou solution de facilité?

Lire l'article
Ce qu'il faut savoir avant d'opter pour le blanchiment des dents

Vous rêvez de dents immaculées? Les traitements offerts chez le dentiste et les produits en vente libre – comme les bandes blanchissantes, les gouttières, les produits pourvus d’un applicateur et le fameux charbon activé – se déclinent dans une vaste gamme de prix, tandis que leur efficacité et leur innocuité peuvent varier. Voyez pourquoi.

Lire l'article
Êtes-vous prêt à recommencer à faire la bise?

Donner une accolade, faire la bise ou serrer la main de l’autre à l’occasion d’une rencontre, tout cela faisait partie des petits gestes de votre quotidien précovidien. Envisagez-vous de les reproduire au fur et à mesure que les consignes sanitaires s’allègent et que l’espoir d’un avenir sans virus SRAS-CoV-2, ou plutôt sans pandémie, renaît?

Lire l'article
Des sels plus santé que d’autres?

Sel de table, fleur de sel, sel rose de l’Himalaya… Si le goût, la couleur ou la taille des cristaux varient d’un sel à l’autre, tous ces produits sont similaires du point de vue de la santé, affirme Marie-Josée LeBlanc, chargée de cours au Département de nutrition de l’Université de Montréal.

Lire l'article
Québec ne remboursera que les médicaments biosimilaires

Le régime public d’assurance médicaments du Québec ne remboursera, sauf exception, que les médicaments biosimilaires à partir d’avril 2022, ce qui permettra de générer des économies annuelles de plus de 100 millions de dollars.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Lucien Fortier
    18 Février 2013

    Depuis quelque années, mon petit fils prend de cette cochonnerie. Au lieu que certain cherche le probleme du coté parental ;il plus afcile de déduire iun p^robleme d'innatention chez l'enfant car il est lunatique et il demande l'attention des adultes (ses parents). C'est le cas de mon petit-fils qui a aujoud'hui 9 ans et le voila avec cette drogue de facilité. Vaux mieux écouté certains Psy et de s'appercevoir que notre enfant est plus calme, il dérange moins, et durant ce temps la, nous autres les adultes nous pouvons vaguer a notre petit train train de tous les jours sans se faire déranger. Ou est l'essentiel d'une famille, ou en est rendu le role des parents? C'est vraie, aujourd'hui la mode est a la séparation des couples. Vaux mieux se cacher nos problesmes de comportements adultes que de voir au bien-etre de nos enfants. Pour moi cette drogue est utilisé a outrance et surtout pour remplir les poches du gouvernement, du fabriquant , du medecin et du pharmacien mais tout en oubliant le bien-etre des enfants que seulement un moment d'attetion a leur égard pourrais etre la solution.

     25
  • Par ANGELE LACROIX
    21 Décembre 2012

    J'ai 2 garçons qui ont été mal diagnostiqués avec TDAH... un qui est maintenant autistique asperger... et l'autre a un diagnostic de dispraxie. Allez chercher 2, 3, 4 diagnostiques si vous croyez que votre enfant n'a pas de déficit d'attention... et surtout n'a pas besoin de ritalin...la ligne est mince entre asperger et TDAH.. et de même pour dispraxie... aller lire, vous verrez que même les professionnels de la santé sont en questionnement à ce sujet. Peut-être un autre sujet pour nos fantastiques recherchistes de Protégez-Vous :-)

     24
    Par claude methot
    21 Décembre 2012

    Stephan: non Je crois qu'Angèle veux plutôt parler d'un Diagnostic trop hâtif ou erroné. Il est courant que les médecins généraliste, établissent un diagnostic de TDAH à des enfants qui on le Asperger due à la similarité des symptômes.
    Mauvais médecins? Plutôt diagnostic hâtif, souvent aider par les parents qui veulent une répondes au plus vite. On peut comprendre les parents qui vivent avec un enfant non diagnostiqué, qui doit attendre 6-8, 12 mois pour voir un spécialiste dans le domaine. Avant d’être diagnostiqué, nombreux pensent qu’ils sont de mauvais parents dus au comportement des enfants. Aussi, autres, pensent qu’ils sont de mauvais parent s’ils donnent des médicaments à leur enfant.
    Certain TDAHeux peuvent contrôler leur symptôme, d’autre non. Comme certain diabétiques on besoin d’insuline, d’autre non. Certaine habitude alimentaire peuvent diminuer les symptomes et rendre le contrôle plus facile. Mais pour certain les médicaments sont necessaire.

     6
    Par Joé St-Germain
    21 Décembre 2012

    Bonjour, je crois que Mme. Lacroix mentionne que deux de ses garçons ont faussement été diagnostiqués comme ayant le TDAH, et non pas que la médication qui en a résulté est la cause des afflictions réelles, comme vous semblez avoir compris. Bref Mme. Lacroix suggère aux gens de consulter d'autres avis sur le diagnostic final du TDAH sans quoi la médication ne sera pas la bonne.

    Merci

     4
    Par Stéphane Poirier
    05 Janvier 2012

    Vous semblez dire que le médicament est à l'origine de l'autisme et de la dyspraxie chez vos garçons. Est-ce l'opinion de votre médecin? Nous avons fait évaluer notre enfant par un pédopsychologue du centre de psychologie Gouin. Le diagnostic indique un TDAH sans hyperactivité et nous sommes en accord avec cette évaluation. Cette démarche nous a couté 600 $ incluant le rapport écrit et vous nous conseillez de faire 2, 3 ou même 4 évaluations! Nous lisons beaucoup, nous analysons et évaluons la possibilité de médicamenter notre fils. Nous n'avons pas encore pris la décision. Honnêtement, je ne suis pas convaincu que le diagnostic serait bien différent avec d'autres psychologues.

     10
  • Par BERNADETTE FOREST
    08 Avril 2012

    Une des difficultés pour les parents d'enfants TDAH, c'est notamment de vivre avec les préjugés de l'entourage. Les parents ont déjà de la difficulté à vivre avec la différence de leur enfant et tout ce que ça implique dans la vie de tous les jours, en plus ils se font juger comme parents incompétents ou égoïstes. Il est facile de juger quand on ne vit pas au quotidien avec l'enfant! Étant la mère d'un enfant avec un TDAH sévère, je considère que j'aide mon enfant en lui donnant une médication qui lui permet de se contrôler un peu plus dans tous les milieux de sa vie. En vieillissant, il s'en rend d'ailleurs compte par lui-même!

     23
  • Par MARIO MALTAIS
    10 Juin 2013

    mon enfant a 5 ans et est à la maternelle, l'enseignante me dit très souvent qu'il manque d'attention, n'écoute pas les consignes en classe, dérange les autres, etc... J'ai essayé plusieurs mois des produits naturels et c'est bon à rien...Mon enfant fonctionne en général bien à la maison (quelques fois un peu agité, mais c'est normal il est encore jeune). Je crois ce que veule les profs ou les écoles, c'est de nous pousser à boute afin qu'on donne à nos enfants du ritalin. Ca remplace l'aide d'éducatrice spécialisée, psy, ou autres en classe.. Moi il n'est pas question que je donne du ritalin à un enfant de 5 ans. je suis certaine que c'est surtout un manque de maturité et cela, ça ne se soigne pas avec de la drogue, il faut juste être patient et attendre qu'il prenne un peu de maturité..

     22
  • Par Johanne Tousignant
    27 Février 2013

    Je suis une maman de 4 enfants de 28 à 6 ans. L'administration du ritalin est devenu aussi banalisé qu'à l'époque des mes aînés où l'on administrait sans trop de gên les paquets d'antibiotique pour toutes maladies infantiles de nature banale.... La difficulté actuelle que j'observe est que les enfants n'ont pas le droit d'être des enfants dans la cour d'école et les enfants doivent répondre au doigt, à l'oeil à toute forme d'autorité pcq nous sommes des adultes trop préocuppés, dépassés, stressés et peu enclin à voir bouger trop vite autour de nous. Les parents se font royalement embarqués dans des diagnostics où ils n'ont pas les connaissances pour contrer la petite pilule qui achète la paix à tous... Une génération de gars en désespoir, un taux de suicide qui n'a pas de sens, un système d'éducation qui s'entête à croire qu'il est le meilleur pour nos fils. Quand notre société se réveillera-t-elle pour laisser les enfants être des enfants, qu'elle encouragera nos enfants à dépenser l'énergie dont nous envions tant. JE crois que le trouble neurologique de plusieurs enfants est plus celui de la société où la performance et "fais pas trop d'air" sont de mises. À qui veut l'entendre, je crois que certains enfants ont des problématiques certes, mais je crois beaucoup plus que le problème est dans notre cour les adultes. Je suis très inquiète de l'avenir de notre beau petit monde médicamenté à tort et les répercussions sur leur vie d'adulte.

     21