Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Quand les médias répandent la fausse nouvelle

Par Mathilde Roy Mise en ligne : 27 juin 2019  |  Magazine : juillet 2019 Shutterstock.com

Shutterstock.com

Un nombre effarant de nouvelles sur la santé que vous voyez défiler sur les réseaux sociaux sont tantôt trompeuses, tantôt carrément fausses.

C’est du moins ce que conclut une étude américaine réalisée l'hiver dernier par Health Feedback et Credibility Coalition, deux groupes scientifiques qui ont pour mission d’examiner la crédibilité de la couverture médiatique.

Pour arriver à ce constat, les chercheurs ont compilé les 100 articles traitant de santé qui ont été les plus relayés sur les réseaux sociaux en 2018. Les articles en ligne provenaient de médias anglophones reconnus de partout dans le monde, tels Time, NPR, Huffington Post, Daily Mail et New Scientist. 

>> À lire aussi:  Comment mieux comprendre les études scientifiques

Dans un premier temps, ils ont fait analyser la validité scientifique des 10 articles les plus populaires par des experts de la santé. Résultat : les trois quarts des textes rapportaient aux lecteurs des faussetés. Si le magazine Time se classe bien, le réputé quotidien britannique The Guardian fait partie des publications qui font mauvaise figure.

L’auteur de l’article « Is everything you think you know about depression wrong? » (« Tout ce que vous pensez savoir sur la dépression est-il faux ? ») y avançait notamment que tous les psychiatres traitent leurs patients à l’aide de médicaments, ce qui est inexact, selon Raymond Lam, professeur au Département de psychiatrie de l’Université de Colombie-Britannique, qui a révisé l’article. « De nombreux psychiatres utilisent aussi des psychothérapies appuyées par des données probantes », note-t-il.

Le reste des 100 articles a été révisé par les experts de Health Feedback, qui ont entre autres analysé la qualité et la diversité des sources employées. Ils ont constaté que plus de la moitié du contenu ne répondait pas à un ou plusieurs de leurs critères. Les sujets les plus malmenés ? Les maladies, l’alimentation et, sans surprise, les vaccins.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Santé et alimentation