Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous ici

Accédez à cet article gratuitement

Il suffit de vous inscrire à nos infolettres

Vous recevrez maintenant nos infolettres par courriel. Sachez que vous pouvez vous désabonner en tout temps en suivant le lien "Me désabonner" dans le bas d'une infolettre.

Manucure et «pédicure»: prenez garde aux infections

Par Catherine Crépeau Mise en ligne : 13 avril 2015  |  Magazine : mai 2015

Manucure et «pédicure»: quels sont les risques?

Se faire faire un soin des mains ou des pieds, ça remonte le moral. Encore faut-il que votre esthéticienne respecte certaines règles d’hygiène et de bonnes pratiques pour vous éviter les infections, les ongles incarnés ou autres complications.

L’été pointe son nez et avec lui arrive l’envie de bichonner vos pieds pour leur donner fière allure dans vos sandales. Pourquoi ne pas en profiter aussi pour mettre une touche de couleur sur vos doigts? Pour beaucoup de femmes, le rituel des soins en salon est l’occasion de se gâter à peu de frais. Pour 25 à 60 $ la séance de base, selon les établissements, elles s’offrent une heure de détente. Pourtant, les soins des mains et des pieds ne sont pas sans risques.

>> À lire aussi: À qui confier les soins de vos pieds

En 2006, une femme du Texas est décédée d’une infection au staphylocoque doré résistant à la méthicilline à la suite d’une coupure au pied lors d’un soin esthétique. Deux ans plus tôt, la chanteuse Paula Abdul avait développé une infection similaire au pouce après s’être fait manucurer. En 2011, une étude présentée au congrès de l’American College of Gastroenterology associait des cas d’hépatites B et C, transmissibles par le sang, aux traitements donnés en institut.

Cela peut-il vous arriver? Difficile à dire. Comme les soins esthétiques ne sont pas réglementés au Québec, à l’exception de ceux qui nécessitent une intervention chirurgicale, les données entourant blessures et infections sont inexistantes. Les podiatres (professionnels qui traitent les maladies du pied) interrogés disent toutefois recevoir quotidiennement des patients aux prises avec les séquelles de soins esthétiques mal exécutés, que ce soit à la maison ou en salon.

Il s’agit le plus souvent d’infections provoquées par des instruments mal stérilisés ou des ongles coupés trop court qui entaillent la chair lors de la repousse et deviennent incarnés. C’est sans compter les champignons ou les ongles fragilisés par des soins trop agressifs ou par la pose de faux ongles. Tour d’horizon de ce que vous devez savoir avant de confier vos mains et vos pieds à une esthéticienne.

Manucure et «pédicure»: quels sont les risques?

Avant de confier vos ongles de mains ou de pieds à une esthéticienne, assurez-vous qu’elle a la formation requise et qu’elle respecte les règles élémentaires d’hygiène. Autrement, les risques de contracter une infection, une mycose ou de vous retrouver avec un ongle incarné sont bien réels.

Les soins des pieds figurent au troisième rang des soins esthétiques les plus souvent donnés au Québec, après le «facial» et l’épilation à la cire. La manucure, elle, occupe la sixième place, derrière l’épilation au laser et à l’électricité (électrolyse), selon une étude menée en 2011 par le Comité sectoriel de la main-d’œuvre des services de soins personnels. Mais en quoi consistent ces soins?

Les soins de base donnés aux mains ou aux pieds se résument à environ cinq étapes:

• coupe des ongles;
• limage;
• massage pour stimuler la circulation sanguine;
• application d’une lotion hydratante;
• pose de vernis, à votre demande.

Pour les pieds, un bain dans de l’eau enrichie d’une substance adoucissante et un fraisage des callosités s’ajouteront. Une exfoliation des mains ou des pieds, un polissage des ongles pour les faire briller ou un masque à la paraffine pour adoucir la peau des mains peuvent parfaire ces soins de base. De tels suppléments feront toutefois grimper le prix de quelques dizaines de dollars. Ainsi, prenez le temps de demander quels sont les soins de base et ceux qui sont offerts en supplément.

Votre esthéticienne devrait commencer par vous poser quelques questions sur votre état de santé. Elle notera, entre autres, si vous êtes diabétique, donc prédisposée aux infections, si vous avez une maladie transmissible par le sang, et si vous prenez des médicaments qui éclaircissent le sang, ce qui retarde la coagulation en cas de blessure.

La technicienne doit garder son espace de travail propre et désinfecter les limes, coupe-ongles et autres instruments après chaque cliente, à moins qu’ils ne soient à usage unique. Les outils susceptibles d’entrer en contact avec le sang devraient être stérilisés à la vapeur sèche, à la vapeur sous pression ou avec une solution de trempage spéciale, destinée à cet effet.

Formation non obligatoire

Il n’y a pas de formation obligatoire en manucure et en soins des pieds pour les esthéticiennes. Ainsi, certaines sont titulaires d’un diplôme d’études professionnelles en soins esthétiques, le seul reconnu par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec. D’autres ont suivi des cours d’esthétique dans des écoles privées, et d’autres encore ne possèdent qu’une formation de base dans le domaine.

Par contre, pour être membre de l’Association des professionnels en électrolyse et soins esthétiques du Québec, elles doivent passer un examen de compétence et s’engager à suivre une formation continue. N’hésitez pas à interroger votre esthéticienne sur son parcours. Vous pouvez aussi évaluer ses compétences à sa façon de travailler et de respecter les règles d’hygiène et de bonnes pratiques.

Infections

Les podiatres Anne-Marie Duchaine et William Constant soignent régulièrement des infections découlant de soins esthétiques des pieds. Le plus souvent, il s’agit d’infections bactériennes faciles à traiter. Elles provoquent des rougeurs autour d’un ou de plusieurs ongles, des démangeaisons et parfois des abcès. Elles sont causées par un ongle mal coupé qui blesse la chair, des cuticules coupées trop près des tissus vivants, alors qu’elles devraient seulement être repoussées, ou une lacération accidentelle. Pour éviter les complications, il faut désinfecter la plaie au premier signe d’inflammation.

Un autre type d’infection bactérienne (pseudomonas) peut former une mousse verte sur l’ongle naturel lorsque de l’eau, de l’air ou de la poussière pénètrent sous des faux ongles. Cette infection peut aussi survenir sous des ongles naturels très longs. Il est possible de faire disparaître la coloration de l’ongle avec un bloc sableur ou un limage, souligne Geneviève Masson, esthéticienne et enseignante en esthétique au Centre de formation Antoine-de-Saint-Exupéry, à Montréal.

Ongles incarnés

Les ongles incarnés se présentent le plus souvent aux pieds. Pour les éviter, les ongles doivent être taillés droit, en carré, et limés dans une seule direction pour un fini lisse. Ils ne devraient pas dépasser le bout des orteils de plus d’un millimètre. Un ongle coupé trop court ou trop arrondi risque de repousser en pénétrant la chair et de devenir incarné. Ce phénomène, qui touche surtout les gros orteils, provoque une rougeur, une douleur lancinante, un gonflement de la chair autour de l’ongle et parfois de l’infection.

Généralement, il est possible de corriger la pousse de l’ongle en insérant pendant quelques jours un morceau d’ouate ou de compresse entre l’ongle et la peau bien nettoyée. Dans de rares cas, l’ongle continuera d’entailler la chair à chaque repousse ou un bourrelet se formera autour de l’ongle et devra être enlevé au moyen d’une intervention chirurgicale.

Verrues, pied d’athlète, champignons, etc.

Les pieds sont sujets à nombre d’affections cutanées transmissibles d’une personne à une autre par des instruments ou des bacs de trempage mal stérilisés. Les salons sont donc de plus en plus nombreux à tapisser le fond des contenants avec des sacs de plastique jetables, même si les contenants sont stérilisés après chaque cliente, souligne Luce Guillemette, esthéticienne et enseignante au Centre de formation professionnelle d’électrolyse et d’esthétique, à Longueuil.

Cependant, comme votre esthéticienne n’est pas formée pour diagnostiquer le pied d’athlète, les verrues ou les champignons, elle pourrait ne pas les reconnaître et les propager sur une plus grande surface de vos mains et de vos pieds, par exemple en limant une verrue ou en appliquant une crème hydratante.

En présence de mycose, un champignon qui épaissit, décolore et déforme l’ongle, l’esthéticienne devrait d’abord s’occuper des ongles sains pour ne pas les infecter avec ses instruments. Elle pourrait aussi utiliser des outils différents pour les ongles sains et l’ongle infecté, souligne Mme Guillemette. Le traitement des mycoses peut durer de 6 à 12 mois.

Faux ongles et vernis peuvent abîmer vos ongles

Faux ongles et vernis peuvent abîmer vos ongles

La répétition des phases vernis et dissolvant et le port prolongé de faux ongles assèchent les ongles et les rendent plus mous, plus minces et plus cassants. La bonne nouvelle, c’est que si vous prenez une pause, vos ongles pourront se régénérer. Par contre, s’ils sont trop souvent limés ou polis pour favoriser l’adhérence des faux ongles, ils pourraient ne plus retrouver leur épaisseur initiale, prévient Geneviève Masson. Pour des ongles en santé, ne gardez pas vos faux ongles plus de deux semaines et laissez vos ongles sans vernis pendant quelques jours, le temps d’observer leur état.

Le risque de cancer posé par la composition chimique des vernis est très faible selon les esthéticiennes et les dermatologues, puisque le vernis est appliqué sur une petite surface et ne devrait pas être en contact avec la peau. Certaines personnes sont cependant susceptibles de développer une dermite de contact – qui se caractérise par des rougeurs, des cloques et des démangeaisons – en se touchant le visage et les paupières, indique la Dre Dominique Hanna, présidente de l’Association des dermatologistes du Québec.

L’utilisation du vernis en gel, qu’on fait sécher pendant quelques minutes sous une lampe UV, soulève un peu plus d’incertitudes. Des études publiées en 2014 dans le JAMA Dermatology et en 2012 dans le Journal of Investigative Dermatology lui attribuent un risque de cancer faible, mais non négligeable, à cause des effets que produisent les rayons ultraviolets sur la peau.

«Pour l’instant, ces appareils sont considérés comme fiables, mais je limiterais quand même leur utilisation en attendant de voir des études menées sur plusieurs années», souligne la Dre Hanna. Les auteurs des études suggèrent d’appliquer une crème solaire de FPS 15 au minimum avant de s’exposer aux rayons UV, de porter des gants découvrant uniquement le bout des doigts ou de s’en tenir à une manucure classique.

Vos ongles en disent long sur votre état de santé. Jaunis, ils peuvent, par exemple, être le signe d’un problème pulmonaire comme l’emphysème, alors que des lignes noires en dessous peuvent indiquer la présence d’un mélanome, une forme de cancer. Si l’esthéticienne n’est pas habilitée à poser un diagnostic, elle devrait reconnaître un ongle sain d’un autre qui ne l’est pas et vous recommander de consulter un médecin en cas de doute.

Bon à savoir: 0,1 millimètre s’ajoute quotidiennement à vos ongles. À ce rythme, un ongle de main met de 4 à 6 mois à se renouveler en entier, de la racine au bout du doigt, et un ongle d’orteil, de 9 à 12 mois. Source : La peau: structure et physiologie, Alexandre Mélissopoulos et Christine Levacher, Éd. Tec & Doc - Lavoisier.

shutterstock.com

Traité aux petits... Poissons

Photo ci-dessus: certains spas vous proposent de confier l’exfoliation de vos pieds et de vos mains à des petits poissons mangeurs de peaux mortes. Or, des podiatres et esthéticiennes s’en inquiètent. Le problème: l’absence de contrôle bactériologique de l’eau et l’utilisation d’un même aquarium par tout le monde. Les spas assurent pourtant respecter des règles strictes d’hygiène. Plusieurs indiquent sur leur site Web que les clients qui présentent une affection cutanée sont exclus, que l’eau des bassins est filtrée et stérilisée avec des appareils UV et changée quotidiennement.

«Les mycoses, les verrues et plusieurs autres foyers d’infection, comme les petites lésions, sont difficiles à détecter et demandent une expertise que les esthéticiennes n’ont pas», indique la podiatre Anne-Marie Duchaine. Dans l’idéal, précise la spécialiste, il faudrait stériliser les bacs après chaque client, ce qui est quasi impossible.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Santé et alimentation

Commentaires 2 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Nicole Lebel | 06 mai 2015

    La DERNIÈRE fois ou j'ai fais faire une manucure, la personne m'a coupée. J'ai trouvé particulier qu'elle prenne un désinfectant en se servant du pinceau inclus la bouteille. Je n'ose imaginer combien de bactéries sont dans cette petite bouteille. Je ne comprends pas pourquoi elle n'a pas pris un Q-Tips. A-t-elle désinfecter le ciseau avant et même après. Je n'y suis jamais retournée. Je trouve inquiétant qu'il n'y ait pas de normes concernant ces commerces.

  • Par Francine Bernier | 05 juin 2015

    Tout à fait, il n'y a pas de normes encore... au Québec. Moi je suis infirmière en soins podologiques. c'est à dire qu'il y a le pôdiatre puis il y a nous, les infirmières en soins des pieds, puis viennent les hygiénistes, esthéticienne, pédicures et attention il y a celles qui se disent podologues....ne pas confondre avec les podologues en Europe qui ont un bon niveau de connaissance sur le pied...avec les études qui viennent avec ! Malheureusement contrairement au reste du Canada, l'infirmière en Podologie ici gagne à être connue et reconnue pour diagnostiquer certaines anomalies, débrider des plaies aux pieds, soigner les diabétiques, anticoagulés...ou simplement les pieds des sportifs ou travailleurs avec bottes de protection, les marcheurs, personnes âgés...Nos instruments sont stérilisés...c'est prioritaire !! excusez ma petite montée de lait!

    Par CHRISTIANNE MONTMINY | 18 avril 2019
    je comprend pas votre commentaire expliquer votre démarche l'infirmière auxiliaire est une professionnelle de la santé nous avons un ordre professionnelle et c'est pas parce que vous faite partie je l’association des podologue que votre formation vous donne le droit de faire des soins thérapeutique vos soins doivent être esthétique.et non thérapeutiqueÉcrit par SYLVIE MORNEAU

    J’ai faite ma formation de podologue au privé et je suis membre d’une association, et je me sent autant sinon plus à la hauteur que l’infirmière auxiliaire en soins de pieds pourquoi nous dénigrer !

    Par SYLVIE MORNEAU | 27 janvier 2019
    J'ai fait mon cours avec les infirmières en soins de pieds, dans ces cours il y avait également des infirmières auxiliaires, aujourd'hui je fais partis de l'association des podologue et je crois que mon travail et ma formation vaut autant que celles des infirmières auxiliairesÉcrit par monic landry

    je comprend pas votre commentaire expliquer votre démarche l'infirmière auxiliaire est une professionnelle de la santé nous avons un ordre professionnelle et c'est pas parce que vous faite partie je l’association des podologue que votre formation vous donne le droit de faire des soins thérapeutique vos soins doivent être esthétique.et non thérapeutique

    Par monic landry | 14 juillet 2017

    J'ai fait mon cours avec les infirmières en soins de pieds, dans ces cours il y avait également des infirmières auxiliaires, aujourd'hui je fais partis de l'association des podologue et je crois que mon travail et ma formation vaut autant que celles des infirmières auxiliaires