Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Par Céline Montpetit et Catherine Crépeau, Stéphanie Perron

Voici cinq choses à savoir à propos de la dépression saisonnière.

1. La déprime saisonnière – caractérisée notamment par un manque d’énergie, des troubles du sommeil et une augmentation de l’appétit – affecte environ 20 % de la population. Et pour 2 à 3 % de ces personnes, elle s’accompagne de symptômes dépressifs qui sont assez sévères pour nuire à leur travail et les empêcher de vaquer à leurs activités. On parle alors de trouble affectif saisonnier (TAS).

2. Ces épisodes surviennent durant l’automne et l’hiver, avec la diminution des heures d’ensoleillement et de la puissance des rayons solaires. Dès lors, vos yeux perçoivent la baisse d’intensité lumineuse et envoient à votre cerveau le signal de produire moins de sérotonine (l’hormone qui non seulement favorise l’éveil, mais améliore l’humeur) et plus de mélatonine (l’hormone qui induit le sommeil et contrôle le rythme circadien pour vous permettre de dormir la nuit et de rester éveillé le jour).

3. Des études indiquent que les individus qui souffrent de TAS auraient un taux anormalement élevé de mélatonine durant le jour. Les recherches prouvent que la lumière vive stimule la décroissance de cette hormone.

4. La luminothérapie, qui consiste à s’exposer quotidiennement à une lumière imitant celle du soleil, est un traitement reconnu par la communauté scientifique pour traiter la déprime saisonnière et le TAS. Lorsque la lumière traverse les yeux, elle agit sur la région du cerveau qui joue un rôle dans la production de sérotonine et de mélatonine. À condition, bien sûr, de respecter la marche à suivre et d’utiliser une lampe adéquate.

5. Trois méta-analyses publiées en 19971999 et 2005 confirment l’efficacité de la luminothérapie pour traiter le TAS. Publiée dans l’American Journal of Psychiatry, la plus récente souligne que la luminothérapie serait aussi efficace que les antidépresseurs généralement utilisés pour traiter la dépression saisonnière.
 
Pour en savoir plus
 
• Soif de lumière, Dr Norman E. Rosenthal et Gérard Pons, Jouvence Éditions, 2006, 222 p., 34,95 $.
• Du soleil plein la tête, Marie-Pier Lavoie, Ph. D., Psychologue, avec la collaboration de Gérard Pons, Les Éditions Quebecor, 2012, 136 p., 19,95 $.
• Le site Passeport Santé possède une section détaillée sur la luminothérapie et la dépression saisonnière.
• Le blues du solstice d’hiver (Kino-Québec).
• Thèse sur la luminothérapie (Marie-Pier Lavoie - Université Laval).
• Association canadienne pour la santé mentale, pour trouver un groupe de soutien à la dépression saisonnière.
• University of British Colombia (UBC Hospital Mood Disorders Centre).
• Society for Light Treatment and Biological Rhythms.

Lire l'article
Ce qu'il faut savoir avant d'opter pour le blanchiment des dents

Vous rêvez de dents immaculées? Les traitements offerts chez le dentiste et les produits en vente libre – comme les bandes blanchissantes, les gouttières, les produits pourvus d’un applicateur et le fameux charbon activé – se déclinent dans une vaste gamme de prix, tandis que leur efficacité et leur innocuité peuvent varier. Voyez pourquoi.

Lire l'article
Êtes-vous prêt à recommencer à faire la bise?

Donner une accolade, faire la bise ou serrer la main de l’autre à l’occasion d’une rencontre, tout cela faisait partie des petits gestes de votre quotidien précovidien. Envisagez-vous de les reproduire au fur et à mesure que les consignes sanitaires s’allègent et que l’espoir d’un avenir sans virus SRAS-CoV-2, ou plutôt sans pandémie, renaît?

Lire l'article
Des sels plus santé que d’autres?

Sel de table, fleur de sel, sel rose de l’Himalaya… Si le goût, la couleur ou la taille des cristaux varient d’un sel à l’autre, tous ces produits sont similaires du point de vue de la santé, affirme Marie-Josée LeBlanc, chargée de cours au Département de nutrition de l’Université de Montréal.

Lire l'article
Québec ne remboursera que les médicaments biosimilaires

Le régime public d’assurance médicaments du Québec ne remboursera, sauf exception, que les médicaments biosimilaires à partir d’avril 2022, ce qui permettra de générer des économies annuelles de plus de 100 millions de dollars.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.