Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Le scandale de la grippe A

Par Rémi Maillard, Lise Bergeron et Erwan Le Fur

Des conflits d’intérêts importants à l’Organisation mondiale de la santé auraient mené à l’alerte pandémique de grippe A (H1N1). Un des plus grands scandales de l’histoire médicale ?

L’épidémiologiste allemand et ex-président de la sous-commission de la Santé du Conseil de l’Europe, le Dr Wolfgang Wodarg, réclame une enquête sur le rôle joué par les laboratoires pharmaceutiques dans la proclamation de la récente pandémie de grippe. Son constat est brutal : rien ne justifiait que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) donne l’alerte à un tel niveau.

«  Tout ce qui importait et tout ce qui a conduit à la formidable campagne de panique à laquelle on a assisté, c’est qu’elle constituait une occasion en or pour les représentants des labos, qui savaient qu’ils toucheraient le gros lot en cas de proclamation de pandémie », confiait-il en janvier 2010 au quotidien français L’Humanité. Et avec le gros lot, ils gagnaient aussi l’immunité, c’est-à-dire l’exemption de faire l’objet de tout recours judiciaire si le vaccin s’avérait défectueux ou entraînait des effets secondaires graves.

En juillet 2009, le Dr Thomas Jefferson, épidémiologiste britannique respecté, critiquait sévèrement l’OMS dans une entrevue accordée à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel : « La décision de l’OMS est motivée par l’argent et relève d’une manipulation des faits qui vise à faire peur. N’est-il pas frappant que l’OMS ait allégé sa définition de pandémie peu avant l’éclosion de la grippe ? On a parfois l’impression que toute une industrie attend la survenue d’une pandémie », fait-il remarquer.

La suite de cet article est en format PDF, cliquez ici pour le consulter.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Ginette Perron
    29 Avril 2012

    NON. Ma soeur m'a tellement harcelé que je me suis fait injecté ce vaccin contre mon gré. J'ai tellement pleuré et regretté. J'en avais aucune confiance. Ma fille enceint de près de 9 mois s'est faite vacciné sans adjuvant. Sa grossesse suivie a tous les mois par un spécialiste s'est déroulée normalement. Trois semaines après son injection, son médecin l'a faite accouchée car son petit bébé maigrissait et sa respiration était courte. Il est né avec une pneumonie des poumons qui peut le marquer pour sa vie, aphnée du sommeil, placé dans un incubateur connecté de la tête au pieds, manquant de force pour l'allaitement, etc. Toute la peur, l'inquiétude de le perdre après 5 années d'attente de ce petit être a cause de ce damné virus du H1N1 et du gouvernement qui n'a pas pris la peine d'analysé ce vaccin. Malheureusement, ce sont des êtres innocents qui en subissent les conséquences pour la vie. Ginette Perron

     7
  • Par Danielle Chaput
    29 Avril 2012

    Voici un commentaire de mon fils Antoine en novembre 2009. Il avait 17 ans.

    Bonjour à tous les gens qui me liront,

    Devant la peur grandissante vis-à-vis la H1N1, j'ai décidé de faire un calcul très simple. Alors voici:

    -Selon l'OMS, l'Organisation Mondiale de la Santé, 250 000 à 500 000 personnes meurent de la grippe saisonnière à chaque année.
    -Le pays où la grippe H1N1 a été la plus dure quant au niveau de mortalité est le Brésil, où 657 personnes en sont mortes depuis son apparition. (Soit dit en passant, le Brésil a une population de 191 043 661 habitants...)

    Bon, imaginons que tous les pays du monde (Monaco, Singapour et le Vatican y compris!) aient le même nombre de décès que le Brésil (ce qui est bien sur absurde), où la grippe H1N1 a fait le plus grand nombre de victimes, alors elle aura tué 126 801 personnes depuis son apparition.
    Un petit rappel: c'est 250 000 à 500 000 personnes pour la grippe saisonnière CHAQUE ANNÉE!(Mon calcul, pour les plus méticuleux: 657 x 193 (le nombre de pays dans le monde depuis 2006) = 126801)

    En gros, s'il y a une pandémie, c'est une pandémie de grippe saisonnière, et ce, depuis l'antiquité. (Hippocrate fut le premier à décrire les symptômes de la
    grippe, il y a 2400 ans.)

    Alors continuez d'avoir peur si ça vous fait du bien, mais moi, je suis vraiment écoeurer de me faire rabattre les oreilles avec de telles conneries!

    Sans rancunes,

    Antoine Trudeau





     6
  • Par MARCEL KESSIBY
    29 Avril 2012

    On a profité de l'ignorance de tous y compris les spécialistes de la santé pour nous faire croire qu'il était impératif de se faire vacciner sinon on courait un danger de répandre le virus pour les gens qui nous entourent et pour la société. Quelle naïvité on a exploité le malheur des peuples pour faire de la grosse argent. ON AURAIT DU DEMANDER AUX COMPAGNIES PHARMACEUTIQUES DE REMBOURSER LES PAYS QUI ONT ACHETÉ DES GROSSES QUANTITÉS DE VACCIN ET CELA À TRAVERS LE MONDE, afin de faire réfléchir les dirigeants desdites compagnies de ne pas nous passer un autre sapin comme celui-ci.

     5
  • Par Rachelle Blais
    29 Avril 2012

    Youhou, on est plus en 1918-19, c'est maintenant en 2010 qu'on est rendu et tout ce qui va avec, c`-a-dire, hygiène, médecine, technologie, etc....

     2
  • Par Simon Chamberland
    12 Octobre 2014

    Quand l'alerte fut donnée, elle l'était. C'est plus facile de jouer aux gérants d'estrade, mais ceux qui devaient donner l'alerte avaient un choix à faire.

    S'ils ne donnaient pas l'alerte et que le taux de mortalité de cette grippe était aussi haut que ce que les premières infections le laissent croire, ont aurait eu un grave problème.

    S'ils donnaient l'alerte et que l'épidémie restaient contenue, comme ce fut le cas, grâce à la vaccination, ils sauvaient des vies.

    S'ils donnaient l'alerte pour rien, le pire cas de figure possible pour eux étaient d'alimenter des théories du complot.

    J'aurais bien aimé voir les journalistes critiqueurs prendre les décisions durant le printemps 2009.