Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Groupes d'achat en alimentation: comment ça fonctionne?

Par Mise en ligne : 13 juin 2019  |  Magazine : juillet 2019

Shutterstock.com

achat-groupe Shutterstock.com

Les groupes d'achat en alimentation permettent d'économiser sur le coût du panier d'épicerie. Payer moins cher ses fruits et légumes, viandes, poissons et produits biologiques est l'un des grands avantages de ces associations. Quel en est le fonctionnement? Comment faire partie d'un tel groupe? Voici des réponses.

Un jeudi après-midi, des consommateurs se succèdent au Filon, un organisme communautaire de Lévis. C’est jour de ramassage des commandes pour les membres d’un des quatre groupes d’achat formés par cet organisme. Isabelle Desgagnés, la responsable des regroupements, accueille tout le monde chaleureusement. Chacun se présente avec ses contenants et repart avec ce qu’il a commandé au préalable. 

«C’est beaucoup moins cher qu’à l’épicerie, soutient Julie Levesque, une mère de famille qui fréquente le groupe depuis six ans. Certains produits peuvent être moins chers en épicerie lorsqu’ils sont en rabais, mais, tout compte fait, j’estime économiser entre 25 et 40% grâce au groupe.»

En 2017, on dénombrait 73 groupes d’achat épaulés par des organismes communautaires dans la Belle Province, selon le Bilan-Faim Québec des Banques alimentaires du Québec.

À cela s’ajoutent des entreprises créées dans le but de réunir des consommateurs. NousRire, par exemple, spécialisé dans les produits secs biologiques, compte 12 000 participants dans 17 «cellules» réparties un peu partout dans la province. 

>> À lire aussi : notre enquête de supermarchés pour trouver le panier le moins cher 

Augmentation moyenne prévue du coût du panier d’épicerie pour l’année 2019
Source: Rapport canadien sur les prix alimentaires à la consommation 2019

Certaines personnes préfèrent créer leur propre groupe avec leurs proches ou des connaissances. C’est le cas de Geneviève Boileau. Grâce à ce groupement, elle dit payer certains produits frais biologiques deux fois moins cher qu'à l’épicerie. Par exemple, elle peut obtenir d’un fournisseur montréalais une boîte de 14 brocolis biologiques pour 21,50$ (soit 1,54$ le brocoli).

Le réseau social Facebook est souvent la plateforme de prédilection de tels groupes. Évidemment, il est difficile d’en évaluer le nombre puisqu’il s’agit d’initiatives isolées.

Ce concept vous attire? Sachez que vous devrez accepter certains impératifs, comme un horaire précis pour aller chercher votre commande. «Ce n’est pas pour tout le monde. Il faut avoir l’esprit ouvert pour composer avec ces contraintes, prévient Sylvain Charlebois, professeur en distribution et politiques agroalimentaires à l’Université Dalhousie, en Nouvelle-Écosse. Mais je ne serais pas surpris que cela prenne de l’ampleur. On constate un mouvement vers l’organisation sociale en petits groupes. Avec l’augmentation continuelle des coûts en alimentation, les gens ont intérêt à se regrouper pour économiser.»

>> À lire aussi : Fin du gaspillage dans les supermarchés?

Vous envisagez de vous joindre à un tel groupe, ou encore d’en créer un? Voici ce à quoi vous devez vous attendre.

Le grand principe des groupes d’achat: s’allier pour économiser en faisant affaire directement avec les fournisseurs et obtenir des rabais. «Plus il y a de membres, plus c’est avantageux, car on obtient de meilleurs prix en raison du volume», estime Julie Levesque, membre d'un des groupes du Filon à Lévis.

L’offre varie toutefois d’un groupe à l’autre. Elle est limitée à des produits frais pour les uns (fruits, légumes, viandes, poissons) ou à des produits secs pour d'autres (farine, sucre, légumineuses); parfois, les membres auront accès à un mélange des deux. Dans certains cas, il est aussi possible d’obtenir des produits d’hygiène (savon, détergent à lessive, etc.).

Groupes encadrés par une association

Vous cherchez un groupement déjà bien organisé? Plusieurs groupes d'achat sont appuyés par un organisme à but non lucratif, ou, plus rarement, gérés par une entreprise comme NousRire, créée dans le but d'offrir des produits biologiques à bon prix en s’appuyant sur une philosophie écoresponsable.

Ouverts à tous, ils peuvent réunir un grand nombre de participants et comptent la plupart du temps sur un ou des employés pour ce qui est de leur gestion.

Reste que la collaboration de bénévoles est généralement nécessaire à la survie de ces groupes. Le plus souvent, vos services pourraient être requis à la réception des commandes, pour trier et distribuer les produits. «On fait des économies assez considérables, mais ce n’est pas gratuit, note Claudie Desmeules, organisatrice communautaire pour Moisson Québec, un organisme qui sert de lien entre des fournisseurs et plusieurs groupes d’achat de la région de Québec. Les gens doivent s’impliquer pour que ça fonctionne.» 

>> À lire aussi: notre évaluation de boîtes de repas prêts à cuisiner (Marché Goodfood, Missfresh, Cook It, etc.)

«Notre principal objectif est de rendre accessibles des produits de base à des prix abordables», précise Claudie Desmeules. Mais d'autres motivations peuvent entrer en jeu. Au Filon, par exemple, un des groupes d’achat propose uniquement des produits biologiques. «Nous travaillons aussi le plus possible dans une philosophie “zéro déchet”», explique Isabelle Desgagnés, responsable du groupe. 

Comment fonctionnent les groupes encadrés?

À partir des listes de produits, les membres préparent leur commande à l’avance, soit par Internet, soit en participant à un «encan». «Dans ce cas, les participants réunis passent chaque article de la liste pour savoir qui en veut combien, explique Claudie Desmeules. Si un légume s'achète par caisse de 20, par exemple, il faut arriver à un multiple de 20 pour le commander. Certaines personnes doivent faire des compromis pour qu'on arrive à la bonne quantité. La rencontre dure normalement 1 heure et demie au plus.» 

Le paiement est effectué au moment de la commande ou de la réception. Comme les produits prennent beaucoup d’espace, les participants doivent généralement venir chercher les leurs à un moment précis connu à l’avance.

Groupes indépendants

Le groupe mis sur pied par Geneviève Boileau rassemble une douzaine de familles de la rive-sud de Montréal. «Ce sont des gens que je connais ou des amis de mes proches, indique-t-elle. Pour moi, l’objectif était d'obtenir des fruits et légumes biologiques à moindre coût. Je veux aussi réduire les emballages pour protéger l’environnement.»

Si vous avez envie d’en faire autant, sachez que la gestion du groupe demande du travail. «Toutes les deux ou trois semaines, je reçois la liste de prix du fournisseur et je prépare un document pour les membres, explique-t-elle. Ceux-ci font leur choix, et le but est d’avoir assez de demandes d’un produit pour totaliser des caisses complètes. Un samedi matin, je vais chercher tout ça avec ma voiture. Si certains fruits ou légumes sont moches, j'en choisis d'autres. Les gens me font confiance pour ça.» 

Geneviève Boileau paie le tout. Les membres lui font un virement par la suite, incluant un petit dédommagement pour le coût de son déplacement. Puis un participant du groupe vient lui donner un coup de main pour faire le tri des commandes. 

AVANTAGES DES GROUPES D'ACHAT

Selon la formule du groupe d’achat auquel vous adhérerez, vous profiterez de divers avantages.

• Économies. Vu la fluctuation des prix, il est difficile de déterminer précisément le pourcentage d'économies réalisées. «En août et en septembre, lorsqu’on a des fruits et légumes de saison, on ne peut pas rivaliser avec les supermarchés, indique Claudie Desmeules, organisatrice communautaire pour Moisson Québec. Pour les viandes et les poissons, il n'y a pas de telles variations saisonnières.» Un comparatif effectué par l’organisme il y a quatre ans, en octobre et en février, établissait les économies globales à 39 %. À NousRire, on estime que les prix des produits secs biologiques offerts aux participants sont d’environ 20 à 40 % inférieurs à ceux des épiceries bios. «En 2018, l’émission L’épicerie, diffusée à ICI Radio-Canada, a comparé nos prix à ceux des produits courants [non biologiques] en épicerie, dit Adam Taschereau, l’un des administrateurs. Nos prix étaient inférieurs de 10 %.»

• Protection de l’environnement. Certains groupes proposent des aliments biologiques, ou, pour réduire les déchets, des produits en vrac.

• Accessibilité de produits. Les groupes d’achat aident à obtenir certains types d’aliments (bios, en vrac, etc.) dans des quartiers et des régions où ils ne sont pas faciles à trouver.

• Réduction de l’isolement. S’engager au sein d’un tel groupe contribue à enrichir votre réseau social.

CONTRAINTES DES GROUPES D'ACHAT

Peu importe le type de groupes d’achat qui vous intéresse, vous devez être prêt à accepter certaines contraintes.

• Offre limitée. Vous aurez probablement à compléter vos achats à l’épicerie, étant donné que certains groupes offrent seulement des aliments frais, ou encore des denrées sèches. De plus, comme les produits sont achetés à la caisse, et non à l’unité, vous n’obtiendrez ce que vous souhaitez que si plusieurs personnes commandent la même chose que vous.

• Espace nécessaire. Les commandes sont souvent mensuelles. Si vous achetez des quantités d'aliments pour tenir un mois, vous devez avoir de l’espace chez vous pour tout ranger.

• Planification. Il vous faudra non seulement prévoir vos besoins pour éviter les pertes de produits frais, mais aussi planifier votre horaire. Vous passerez votre commande et la récupérerez à des moments précis. Et si vous faites une grosse commande une fois par mois, vous devez prévoir votre budget pour vous acquitter d'une importante facture d’un coup.

Informez-vous bien au sujet des produits offerts et du mode de fonctionnement du groupe qui vous intéresse. Vous éviterez ainsi les surprises!

Où trouver les groupes d'achat?

Dénicher un groupe d’achat est parfois difficile, car ce genre de groupement ne fait pas nécessairement de publicité. Pour les groupes encadrés, tentez votre chance dans un moteur de recherche en tapant «groupe d'achat», ou informez-vous auprès des organismes de votre secteur. Les groupes organisés par des personnes sont beaucoup plus difficiles à trouver. Certains d’entre eux sont présents sur Facebook, mais le bouche-à-oreille est souvent plus efficace.

Voici quelques liens:
NousRire, spécialisé en produits biologiques secs, compte 17 sous-groupes dans plusieurs régions du Québec.
Moisson Québec est une banque alimentaire qui soutient des groupes d'achat dans la région de Québec.
Le Filon, un organisme communautaire de Lévis, réunit quatre groupes d'achat.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Santé et alimentation

Commentaires 0 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.