Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Cuisiner et faire l'épicerie: 10 conseils pour économiser

Par Protégez-Vous Mise en ligne : 25 Février 2016

Cuisiner et faire l'épicerie: 10 conseils pour économiser

Cuisiner vos propres repas est non seulement bon pour votre santé, mais aussi pour votre portefeuille. Voici nos conseils pour diminuer le montant d'argent qui sort de vos poches lorsque vous faites l'épicerie.

1. Comparez des pommes avec des pommes

Certaines compagnies ont en effet eu l’idée de ne pas augmenter les prix de plusieurs de leurs produits, mais plutôt de réduire leur quantité sans en modifier l’emballage – et sans nécessairement en informer les consommateurs. Le downsizing peut amener le consommateur à choisir le produit en solde alors qu'il n'est pas nécessairement le moins cher. Pour comparer de manière objective le prix de deux produits similaires, comparez-les par unité de mesure (par exemple le prix au kilo pour la viande, ou le prix par millilitre pour les liquides).

2. N'optez pas toujours pour le grand format

Choisir un gros format en solde s’avère souvent économique, à condition toutefois que les denrées ne soient pas périmées dans un délai trop court. Mieux vaut parfois se procurer plusieurs petits formats d’un produit soldé que sa version «super grand format». Certains articles sont cependant grands gagnants lorsqu’on en compare les prix et les formats. Par exemple, les sacs de riz de 18 kg s’avèrent des plus économiques.

3. Scrutez les promotions sur le Web

Des sites comme celui de SOS Cuisine recensent les meilleures aubaines hebdomadaires. Les accros des coupons peuvent aussi sélectionner et faire imprimer ceux des produits qui les intéressent en surfant sur les catégories « Alimentation » de sites comme couponclick.ca, gocoupons.ca ou encore save.ca.

4. Misez sur les marques maison

Autrefois considérés comme des versions moins élaborées mais moins chères de produits connus, les produits de marques maison ont désormais leurs propres campagnes de publicité. Mais leur achat en vaut-il vraiment le «coût»? Oui, puisque selon Agriculture et Agroalimentaire Canada, les marques maison sont de 20 à 30 % moins chères que les grandes marques pour des produits de gamme équivalente.

5. Politique d’exactitude des prix: faites valoir vos droits !

La Politique d’exactitude des prix, mise en place par la Loi sur la protection du consommateur, a pour but de dédommager le consommateur si le prix d’un article à la caisse est supérieur à celui affiché. Dans le cas où l’erreur porte sur un article dont le prix affiché est de 10 $ ou moins, le commerçant doit vous remettre l’article gratuitement. Si le prix affiché est supérieur à 10 $, il doit vous accorder l’article au plus bas prix, en plus de vous offrir une indemnité de 10 $. Par exemple, si le prix affiché pour un livre est de 20 $ et que son prix à la caisse est de 25 $, le commerçant doit vous l’accorder à 20 $ comme affiché en rayon, moins 10 $ d’indemnité. Votre livre vous coûtera donc 10 $. Un commerçant a adhéré à la Politique mais ne la respecte pas? Vous pouvez porter plainte à l’OPC.

6. Faites respecter vos droits

Si la marchandise offerte à prix réduit n’est plus disponible, comme c’est souvent le cas des produits vedettes de la circulaire, la Loi sur la protection du consommateur vous permet de demander au détaillant un produit de même nature, au même prix ou à un prix plus élevé, ou un bon d’achat différé pour vous la procurer ultérieurement au prix du produit vedette. La seule manière pour le détaillant de se soustraire à cette obligation est d’inscrire dans l’annonce la mention «quantité limitée» et d’indiquer clairement de quelle quantité il s’agit.

7. Gare aux erreurs à la caisse!

Faites attention aussi aux erreurs commises à la caisse, elles sont plus fréquentes qu’on ne le pense: produits scannés deux fois et rabais non appliqués sont autant de petits désagréments qui, accumulés, nuisent à nos tentatives d’économiser. Les promotions de type «3 pour 5 dollars» n’obligent pas toujours le client à acheter le nombre d’articles annoncé (3, dans notre exemple) pour bénéficier de la promotion. Cela dit, les politiques des différentes chaînes n’étant pas les mêmes à ce sujet, une vérification s’impose avant de passer à la caisse.

8. Faites une liste

Planifier ses repas n’est pas chose aisée. Pourtant, cette habitude peut permettre de réduire sa facture de 25 à 30 %. La fameuse liste d’épicerie, si elle peut être laborieuse à dresser, nous fait gagner temps et argent dans les allées du supermarché – à condition qu’on la respecte! Ainsi, on se facilite la vie à la maison en ayant toujours à portée de la main les condiments et autres produits de base nécessaires à la préparation des repas. Faire son menu d’avance relève du même ordre d’idées – une logistique domestique qui s’avère économique, notamment grâce à la possibilité de faire son menu en fonction des bonnes affaires proposées dans les circulaires.

9. Privilégiez le fait maison

Tout est question d’organisation. Si on fait sa liste d’épicerie, et donc les grandes lignes de son menu, une seule visite à l’épicerie par semaine suffira – un gain de temps qu’on utilise pour se mettre aux fourneaux. De plus, certains appareils sont nos alliés, notamment la mijoteuse. Abordable, la mijoteuse a en plus l’avantage d’attendrir les morceaux de viande les plus coriaces, qui sont aussi les moins les chers. Vous pouvez consulter notre test de mijoteuses en cliquant ici. Enfin, ceux pour qui un bon repas ne saurait être dégusté sans un verre de vin pourront réaliser jusqu’à 53 % d’économie en achetant leur vin en vrac.

10. Cuisinez dans une cuisine collective

Le principe est de permettre à de petits groupes de personnes de planifier leurs repas, d’acheter les matières premières nécessaires à leur réalisation et de cuisiner ensemble pour s’en aller chez soi avec des repas tout prêts. Pour trouver la cuisine collective la plus proche de chez vous, visitez le site du Regroupement des cuisines collectives du Québec. Intéressant: certaines écoles secondaires proposent des plats préparés au grand public, un service encore peu connu. Pour connaître les services offerts près de chez vous, contactez la commission scolaire de votre région.

Ce texte est une mise à jour d'un article écrit par Séverine Galus initialement publié dans notre guide pratique Dépenser moins. Pour consulter la liste des guides que vous pouvez vous procurer, consultez notre boutique en ligne.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Santé et alimentation