Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

COVID-19 : comment gérer votre consommation d’alcool

Par Nathalie Kinnard Mise en ligne : 06 avril 2020 Shutterstock.com

consommation-alcool Shutterstock.com

Depuis que le coronavirus a plongé la planète dans une crise sans précédent, les ventes de boissons alcoolisées sont en hausse au Québec. Le confinement vous pousse à vous tourner vers l’alcool pour relaxer ? Voici comment éviter de tomber dans l’excès.

Dès le début de la crise, vous avez été nombreux à vous ruer vers les SAQ. « Les ventes actuelles se comparent à celles du temps des Fêtes », confirme Linda Bouchard, responsable des relations de presse pour la SAQ. Mais pas pour les mêmes raisons.

Les Québécois ne pouvant plus aller prendre un verre au restaurant ou dans un bar, ils en achètent davantage pour la maison. Et puis, il y a eu la crainte que les succursales de la SAQ ferment leurs portes. 

« Nos ventes reflètent un réflexe d’écureuil, comme pour le papier de toilette, croit Linda Bouchard. C’est d’ailleurs plus calme depuis que le gouvernement a annoncé que nos succursales resteraient ouvertes. »

Reste que, confinés chez eux, « les gens ont tendance à boire plus, notamment pour noyer leur stress et l’ennui », croit Hubert Sacy, directeur général d’Éduc’alcool

Voici quelques conseils pour bien gérer votre consommation d’alcool.

Prenez conscience des pièges du confinement

« Lorsque nous sommes confinés à la maison, certains freins naturels à la consommation excessive n’existent plus », soutient Hubert Sacy. Par exemple, si vous organisez un petit apéro virtuel entre amis, sachant que vous n’avez pas à prendre l’auto pour revenir chez vous, vous aurez peut-être tendance à prendre quelques verres de plus.

Vous avez aussi la possibilité de boire n’importe quand dans la journée. Il suffit d’ouvrir votre frigo ou votre bar personnel. En temps normal, lorsque vous êtes au travail, vous n’avez pas d’alcool à portée de main. 

Comptez vos verres

Un petit verre de vin, de temps en temps, ça détend, comme le soulignait le premier ministre François Legault en conférence de presse dernièrement. « Cependant, si un verre en entraîne un autre, puis un autre, c’est là que ça peut devenir préoccupant », signale le directeur général d’Éduc’alcool.

Pour reprendre le slogan de l’organisme, la modération a donc, plus que jamais, bien meilleur goût. Assurez-vous de respecter les limites recommandées : pas plus de deux verres par jour pour les femmes, pour un total de 10 par semaine, et pas plus de trois verres par jour pour les hommes, pour un total de 15 par semaine. 

« On respecte idéalement au moins deux jours d’abstinence par semaine », ajoute Anne Elizabeth Lapointe, directrice générale de la Maison Jean Lapointe.

Aux buveurs excessifs réguliers, les experts recommandent de réduire leur consommation. « Des centaines d’études ont montré que l’abus régulier d’alcool affaiblit le système immunitaire. Ce n’est vraiment pas la chose à faire dans le contexte actuel », précise Hubert Sacy.

Pour les alcooliques abstinents, Anne Elizabeth Lapointe les invite à poursuivre leur thérapie virtuellement avec leur centre de traitement ou à faire des « meetings » en ligne pour ne pas rechuter. Les Alcooliques anonymes du Québec, notamment, offre des réunions par téléphone ou avec l’application de conférence à distance Zoom. 

Alternez entre boissons alcoolisées et boissons non alcoolisées 

Évidemment, il y a le vieux truc du verre d’eau entre chaque consommation d’alcool. Sinon, Éduc’alcool a créé le site alternalcool.com qui vous offre plus de 150 recettes de cocktails sans alcool. 

« À apprécier en quantité raisonnable tout de même, car ils sont souvent riches en sucre », prévient Hubert Sacy. Le même conseil s’applique aux boissons alcoolisées.

Gardez contact avec vos proches

Ne restez pas isolé, martèlent les experts. Appelez vos parents et amis, jouez à des jeux avec vos proches en exploitant les réseaux sociaux. « L’alcool ne comble pas les manques créés par la solitude », rappelle Hubert Sacy.

Relaxez… autrement

Sortez prendre l’air, méditez, cuisinez, faites de l’exercice. « Et, en cas de besoin, n’hésitez pas à demander de l’aide professionnelle pour gérer votre anxiété », conclut Anne Elizabeth Lapointe de la Maison Jean Lapointe.

Ressources utiles

Toxquebec.com, pour évaluer votre consommation d’alcool.

Alcochoix+, un programme de prévention d’Éduc’alcool pour mieux gérer votre consommation d’alcool.

La ligne Drogues : aide et référence. Également par téléphone au 1-800-265-2626.

Si vous vivez plutôt de la détresse émotionnelle, du stress, de l’anxiété, de la déprime ou de la solitude :

Tel-aide

Info-Social 811

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Santé et alimentation

Commentaires 0 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.