Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Conseils pour voyager en santé à la retraite

Par Rémi Maillard en collaboration avec Question Retraite
Conseils pour voyager en santé à la retraite Shutterstock

Vous en rêviez depuis longtemps, et maintenant que vous n’avez plus de contrainte d’emploi vous vous apprêtez à partir pour de longues vacances. Une excellente idée, à condition de rester en bonne santé. À partir de la soixantaine, l’organisme a en effet tendance à devenir plus fragile et il est donc encore plus important qu’auparavant de prendre certaines précautions.

Avant le départ, renseignez-vous auprès de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) sur les risques de maladies et les vaccins recommandés dans les pays où vous comptez vous rendre. Achetez une quantité suffisante de médicaments pour la durée du séjour. Soyez particulièrement vigilant si:

  • vous êtes sujet aux rhumes, sinusites ou otites;
  • vous souffrez d’une maladie chronique (diabète, asthme, allergie, épilepsie, insuffisance respiratoire, cardiaque ou rénale, etc.);
  • vous êtes suivi pour un cancer ou un problème de déficit immunitaire;
  • vous avez récemment été opéré, surtout en cas d’insuffisance coronaire (angioplastie, pontage), de glaucome, de décollement de la rétine ou de maladie de l’oreille interne;
  • vous avez subi un accident vasculaire cérébral ou vous ressentez des douleurs d’angine de poitrine;
  • vous souffrez de troubles du rythme ou de la conduction cardiaque;
  • vous portez un stimulateur cardiaque.

Emportez une copie de votre dossier médical, y compris les résultats des derniers examens pratiqués. Joignez-y un compte rendu de votre médecin, si possible en anglais, avec le nom de vos médicaments et leur dénomination commune internationale (DCI). En cas de maladie, de perte ou de vol, vous pourrez ainsi être soigné plus vite.

Pendant le voyage

Si vous prenez l’avion ou l’autobus, levez-vous au moins une fois toutes les deux heures et faites quelques pas pour réduire le risque de phlébites. Si le voyage dure longtemps, portez des bas de contention en cas de varices ou d’insuffisance veineuse. Buvez de l’eau régulièrement, au moins un litre toutes les quatre heures. Évitez l’alcool, car sa consommation accélère la déshydratation et favorise l’apparition de troubles vasculaires.À l’arrivée, prenez le temps de vous reposer, surtout si le décalage horaire est important. Dans ce cas, si vous devez prendre certains médicaments à heure fixe, parlez-en avec votre médecin avant le départ.

Si vous voyagez dans des pays tropicaux, faites attention aux aliments que vous consommez. Évitez notamment ceux à base d’œufs, les co­quilla­ges, les plats réchauffés ainsi que les légumes et les fruits crus que vous ne pouvez peler. Buvez au moins deux ou trois litres d’eau par jour afin d’éviter un coup de chaleur, mais uniquement de l’eau bouillie ou en bouteille (à condition qu’elle soit ouverte sous vos yeux). Ne consommez pas de glaçons si vous ignorez d’où provient l’eau qui a servi à les faire. Sources: La santé avec Notrefamille.com; Mondial Assistance. ASPC.

Outre le voyage, quelles activités pratiquer à la retraite?

La retraite est un moment privilégié pour faire ce que vous avez toujours rêvé de faire… du moins en théorie. Toutefois, il est important de poser des limites, tant vis-à-vis de son conjoint que des amis et de la famille, notamment des enfants, qui pourraient être tentés de profiter du fait que le nouveau retraité a beaucoup de temps pour lui demander d’exécuter divers travaux ou de garder ses petits-enfants. En fin de compte, mieux vaut ne conserver que les activités qui apportent une satisfaction personnelle ou une reconnaissance sociale.

Tandis que certains retraités ne rêvent que de voyages, de rencontres ou de défis sportifs, d’autres préféreront lire, retourner aux études, faire de la photo, jardiner, se lancer dans des activités manuelles ou même monter une petite entreprise. Beaucoup décident aussi de passer plus de temps en famille, par exemple pour garder leurs petits-enfants, voire deviennent des «proches aidants» pour leurs parents âgés ou pour un conjoint, frère ou sœur malade.

Plusieurs choisissent aussi de consacrer une partie de leur temps aux autres en s’engageant bénévolement, par exemple au sein de mouvements associatifs, d’organisations caritatives ou dans leur quartier ou leur communauté. Parfois, ces activités sont l’occasion de partager un savoir et de continuer à exploiter des compétences professionnelles, ou même de les développer, ce qui permet au nouveau retraité de rester en prise avec la «vraie vie».

Selon Josée Blondin, psychologue du travail, l’idéal est de commencer à pratiquer une ou plusieurs de ces activités quelques années avant la retraite, de manière à avoir déjà des contacts et à faciliter ainsi la transition. Conserver par exemple un rythme semaine/fin de semaine est également une bonne façon de ne pas perdre pied et de garder la notion du temps.

>> À lire aussi sur notre site: Retraite: gare aux outils de planification des institutions financières!

Monter sa petite entreprise

D’après un sondage publié en 2013 par BMO Groupe financier, 39 % des Canadiens pensent lancer leur propre entreprise à la retraite. Les principales raisons invoquées sont:

  • le besoin de s’assurer un revenu supplémentaire (75 %);
  • la volonté de conserver une certaine acuité mentale ou de demeurer alerte (62 %);
  • le désir de faire de leur entreprise un passe-temps agréable (53 %).

Compenser le manque à gagner

«Comme les gens vivent plus longtemps, pour un nombre croissant de Canadiens l’épargne de retraite peut devoir durer plus de 25 ans, commente Marlena Pospiech, directrice principale, Planification du patrimoine à BMO Groupe financier. En outre, compte tenu du déclin des régimes de retraite enregistrés à prestations déterminées d’employeur et des réformes apportées aux régimes de retraite d’État, les gens doivent désormais souvent compléter leur revenu de retraite pour compenser ce manque à gagner. Cela touche tout particulièrement les personnes qui n’ont pas épargné activement en prévision de la retraite au moyen de véhicules d’épargne de retraite, comme les REER et les CELI.»

Le sondage révèle par ailleurs que les hommes sont plus enclins que les femmes à se lancer en affaires à la retraite (46 % contre 33 %). Enfin, au Canada, ce sont les Albertains qui sont les plus tentés de créer leur propre entreprise à la retraite (53 %); les Québécois se placent au dernier rang (25 %).

>> À lire aussi sur notre site: Conseils pour bien calculer à la retraite

Ressources utiles

Conseil canadien sur l’apprentissage - Jamais trop vieux pour apprendre : le troisième âge et l’apprentissage au Canada [PDF]
Quoi faire à la retraite, Marie-Paule Dessaint, Éditions Broquet, 2012
Fédération des centres d’action bénévole du Québec
Réseau de l’action bénévole du Québec
Secrétariat à l’action communautaire autonome et aux initiatives sociales

Photo: Shutterstock

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.