Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Comment choisir un antimoustiques pour le corps?

Par Amélie Cléroux
chasse-moustique-vaporisateur Photos: encierro/Shutterstock.com, Réjean Poudrette, Ungava, L’Équipeur,

Vous désirez barrer efficacement le chemin aux moustiques et aux tiques cet été. Or, quel répulsif choisir pour éviter les piqûres? DEET, icaridine, huile d’eucalyptus citronné, huile de soya, citronnelle, huiles essentielles, vêtements imprégnés de perméthrine : les produits sont nombreux, mais pas tous aussi efficaces les uns que les autres!

Les maringouins, comme vous le savez, nous aiment bien. Ils sont notamment attirés par le dioxyde de carbone (CO2) que nous expirons, par notre chaleur corporelle et par notre odeur. Afin de repousser ces admirateurs pour le moins agaçants, il est commun d’utiliser du chasse-moustiques : en vaporisateur, en crème ou sous forme de lingettes, vendus entre une dizaine et une quinzaine de dollars dans les pharmacies et les magasins d’articles de plein air.

En se fixant à votre peau, ces substances créent une barrière qui empêche les insectes et les parasites hématophages (se nourrissant de sang) – moustiques, tiques, puces et mouches noires, par exemple – de se poser sur vous et de vous piquer ou de vous mordre. Mais surtout, les ingrédients de ces produits perturbent l'odorat de ces bestioles, grâce auquel elles repèrent leurs proies, comme l’explique Jacques Boisvert, professeur retraité de l’Université du Québec à Trois-Rivières et spécialiste des insectes piqueurs.

« Il n’y a pas de désagrément pour la santé à utiliser un antimoustiques en suivant les instructions et en prenant des précautions normales, alors aussi bien vous protéger, ne serait-ce que pour votre confort et pour prévenir les risques de maladies du même coup », souligne quant à elle la pharmacienne Catherine Plamondon. En plus, vous éviterez – en grande partie du moins – les éruptions et inflammations cutanées, sans oublier une cicatrisation potentiellement difficile, surtout chez les enfants.

DEET, icaridine, huile d’eucalyptus citronné, huiles essentielles, vêtements imprégnés de perméthrine : les produits offerts sur le marché ont toutefois une efficacité variable et ne sont pas adaptés à tous. Explications.

Une question de santé

Le risque de contracter une maladie et de développer de graves effets sur la santé à la suite d’une piqûre ou d’une morsure d’insecte est très faible au pays, selon Santé Canada. Or ce risque existe bel et bien. Au Québec, les moustiques peuvent notamment transmettre le virus du Nil occidental et les virus du sérogroupe Californie, qui, dans de rares cas, causent des troubles neurologiques.

De leur côté, les tiques à pattes noires porteuses de la bactérie Borrelia burgdorferi peuvent transmettre la maladie de Lyme. En 2020, 250 Québécois ont été infectés dans la province. La grande majorité des personnes atteintes de la maladie ont été exposées en Estrie et en Montérégie, mais d’autres secteurs sont à risque, par exemple l’Outaouais et la Mauricie–Centre-du-Québec.

La pharmacienne Catherine Plamondon, qui travaille dans une petite ville de la Montérégie, près de la frontière américaine, peut en témoigner : « Au printemps et en été, on peut voir jusqu’à une dizaine de personnes par jour en consultation pour une morsure de tique », dit-elle. Plusieurs d’entre elles repartent avec un antibiotique préventif. Par ailleurs, elle remarque beaucoup de cas semblables avant et après la saison des moustiques (en juin et juillet)… parce que les gens n’utilisent pas de répulsif.

Bien utiliser le chasse-moustiques

1. Optez pour un produit portant un numéro d’homologation de la Loi sur les produits antiparasitaires (trouvez la mention « LOI P.A. » ou « LPA » sur le contenant), qui certifie qu’il a été approuvé par Santé Canada. L'étiquette et le mode d’emploi de l’insectifuge doivent donner des indications essentielles comme l'âge requis pour utiliser le produit, les insectes que ce dernier éloigne et le nombre maximal d'applications recommandé par jour. Lisez et suivez toujours le mode d’emploi avant son utilisation.

2. Appliquez une petite quantité du produit sur la peau exposée seulement, ou alors sur les vêtements. Ne le vaporisez pas directement sur le visage et ne l’étalez pas près des yeux ou de la bouche. En cas de contact avec les yeux, rincez abondamment. Évitez aussi d’en étendre sur les blessures ou sur les coups de soleil. Par ailleurs, n’appliquez jamais de produit antimoustiques sur les mains des jeunes enfants, qui pourraient les mettre dans leur bouche.

Pour une utilisation combinée à celle d’un écran solaire, commencez par celui-ci et laissez-le bien pénétrer de 15 à 30 minutes avant d’appliquer l’insectifuge. Les produits qui combinent les deux sont interdits au Canada, parce qu’un écran solaire doit être appliqué plus généreusement et plus souvent qu’un chasse-moustiques.

3. La durée d'action des produits antimoustiques peut varier selon la personne et le contexte (sueur, pluie, etc.). Remettez un peu de chasse-moustiques si les insectes vous piquent, mais attention de ne pas dépasser le nombre d’applications quotidiennes recommandé. Une fois votre activité terminée, lavez-vous au savon.

Important : aucun produit antimoustiques n’est recommandé pour les poupons de moins de 6 mois. Protégez bébé avec des vêtements longs et placez une moustiquaire sur sa poussette ou son berceau.

Le cas de la femme enceinte

Il n’y a pas de preuve que l’utilisation d’un chasse-moustiques par la femme enceinte entraîne un risque pour la santé du bébé à naître, mais par précaution (et en raison d’un manque de données à ce sujet), l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) recommande à ces femmes ou à celles qui allaitent de se limiter à certains produits (voyez plus bas). Sur son site internet, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) recommande aussi de ne pas dépasser deux applications de chasse-moustiques par jour.

Les produits jugés efficaces

En mars 2022, nos confrères du magazine américain Consumer Reports ont testé différents produits antimoustiques. Leur conclusion : ceux qui contiennent du DEET (concentration de 15 à 30 %), de l’icaridine (concentration de 10 à 20 %) ou de l’huile d’eucalyptus citronné (concentration de 30%) sont efficaces contre les moustiques. Les produits composés de 25 à 30 % de DEET sont toutefois considérés comme les plus performants, et le DEET est reconnu comme l’ingrédient le plus fiable dans l’ensemble.

Le DEET : la référence

L’efficacité du DEET (ou N,N-diéthyl-m-toluamide) est éprouvée depuis longtemps; elle est même souvent la norme sur laquelle les scientifiques se basent pour tester d’autres types de répulsifs. Il s’agit d’ailleurs de l’ingrédient actif le plus courant. Selon Consumer Reports, un produit efficace qui en contient peut prendre plusieurs formes : vaporisateur, lotion ou lingettes.

« Il n’y a pas de raison d’avoir peur du DEET si vous suivez les recommandations et le mode d’emploi », affirme la pharmacienne Catherine Plamondon. En vertu du principe de précaution, une concentration maximale de 30 % de DEET est d’ailleurs autorisée au Canada pour les personnes de 12 ans et plus, et de 10 % pour les enfants de 6 mois à 12 ans. Notez cependant que le produit peut parfois irriter la peau et abîmer certains tissus, plastiques et surfaces.

Utilisation du DEET en fonction de l’âge ou de la situation 

antimoustiques-tableau-age-1
antimoustiques-corps-1 - Le DEET est l’ingrédient actif le plus courant. Vous en trouverez dans les produits de marques OFF !, Watkins, Ben’s, Muskol et Ungava, par exemple.

L’icaridine : de très bons arguments

Consumer Reports a déniché de très bons produits à base d’icaridine – aussi appelée « picaridine » – à une concentration de 20 % (la plus courante), mais d’autres, de même concentration ou en contenant moins, n’ont pas convaincu les experts. Les produits en vaporisateur seraient plus efficaces que les lotions et les lingettes, par exemple.

L’avantage certain de ce répulsif? Il peut être utilisé autant que nécessaire sur les enfants de 6 mois à 12 ans. « Il ne dégage pas d’odeur forte et n’abîme pas les vêtements », ajoute Catherine Plamondon. C’est aussi l’option que privilégie le spécialiste des insectes piqueurs Jacques Boisvert lorsqu’il a besoin d’une efficacité longue durée sans risquer d’abîmer son matériel de pêche.

Âge : à partir de 6 mois

Concentration : jusqu’à 20 %

Durée de protection : de 3 à 5 heures (concentration de 10 %) ou de 8 à 10 heures (concentration de 20 %)

Application : en fonction du temps de protection et des besoins. Femmes enceintes ou qui allaitent : 2 fois par jour au maximum, d’après le MSSS.

antimoustiques-corps-2 - Vous trouverez sur les tablettes des flacons qui contiennent de l’icaridine; c’est le cas de certains produits vendus sous les marques Ungava, Watkins, Piactive et OFF !, notamment.

L’huile d’eucalyptus citronné : pourquoi pas ?

L’huile d’eucalyptus citronné (ou « eucalyptus citron ») et, plus souvent, son équivalent synthétisé en laboratoire – le p-menthane-3,8-diol – sont des insectifuges corporels reconnus. Leur efficacité varie toutefois selon la marque : si Consumer Reports a testé plusieurs bons produits, d’autres se sont révélés plus décevants, et ce, même s’ils contenaient la même concentration de l’ingrédient actif.

Certains des répulsifs à base de ces ingrédients sont reconnus comme efficaces contre les tiques par Santé Canada (pour une durée de cinq heures ou moins). Vous le verrez alors indiqué sur l’étiquette. Cependant, le MSSS recommande de son côté l’utilisation du DEET ou de l’icaridine pour la protection contre ces parasites.

Âge : 3 ans et plus

Concentration : jusqu’à 30 %

Durée de protection : de 4 à 6 heures contre les moustiques

Application : 2 fois par jour au maximum. Femmes enceintes ou qui allaitent : l’utilisation est permise par Santé Canada, mais pas privilégiée par l’INSPQ, étant donné le manque de données sur ses effets potentiels. « Par précaution, je ne recommanderais pas ce produit », mentionne de son côté la pharmacienne Catherine Plamondon.

antimoustiques-corps-3 - Les antimoustiques à base d’eucalyptus citronné sont un peu moins répandus. Vous dénicherez par exemple des produits semblables de marques Druide (huile essentielle), OFF ! et Natrapel.

La citronnelle, l’huile de soya et autres produits

Vous aviez l’habitude d’utiliser un chasse-moustiques à la citronnelle? Vous n’en trouverez plus ici. « L’essence de citronnelle n’est plus homologuée comme insectifuge personnel au Canada », nous a confirmé Santé Canada. Par exemple, la québécoise Druide a remplacé sa précédente formule et emploie désormais l’huile essentielle d’eucalyptus citronné, jugée plus efficace selon l’entreprise.

Les produits qui contiennent un mélange d'huiles essentielles de citron, d'eucalyptus, d'aiguilles de pin, de géranium et de camphre – comme Citrobug, d’Héloïse Laboratoire – sont quant à eux reconnus comme des répulsifs par Santé Canada. Cependant, leur durée d’efficacité est indéterminée, et ils ne protègent pas contre les tiques. Qui plus est, ils ne doivent pas être utilisés sur les enfants de moins de 2 ans.

L’INSPQ ne recommande pas non plus l’usage de ce type de produits (incluant l’huile de lavande, par exemple) pour les femmes enceintes ou qui allaitent. Étant donné l’efficacité de courte durée propre à ces produits, il faut en appliquer souvent, ce qui vous expose alors à de grandes quantités. « Même si elles sont naturelles, la concentration des huiles essentielles est très élevée, et n’est pas toujours sans risque de toxicité pour vous ou pour le fœtus », prévient Catherine Plamondon.

Et qu’en est-il de l’huile de soya? Les répulsifs qui en contiennent une concentration de 2% (nous n’en avons pas trouvé sur le marché québécois) peuvent éloigner les moustiques et les mouches noires, mais pas les tiques, d’après Santé Canada. Ils sont efficaces pour une durée allant jusqu’à trois heures et demie. À souligner : c’est le seul produit pour lequel il n’y a aucune restriction d’âge ou de condition.

Cela dit, Consumer Reports, qui a testé des produits composés de ces différents types d’huiles, ne considère pas qu’ils fonctionnent bien. En outre, les bracelets et autocollants, qu’ils renferment des répulsifs naturels ou de synthèse, ne sont pas des méthodes efficaces, de l’avis de Jacques Boisvert.

Des vêtements qui repoussent les insectes?

La perméthrine est un insecticide qui se trouve dans certains produits ménagers utilisés pour lutter contre différentes espèces nuisibles (guêpes, coquerelles, araignées, etc.). Depuis juin 2017, les vêtements qui en sont imprégnés – au moment de leur fabrication – sont aussi homologués au pays. « Lorsqu’un moustique ou une tique s’approche du tissu traité, ou qu’il atterrit ou rampe dessus, la perméthrine irrite le moustique ou la tique, l’incitant à s’éloigner avant d’avoir eu l’occasion de piquer ou mordre », détaille Santé Canada.

Est-ce que ça marche? Consumer Reports a testé des vêtements de ce genre en 2016. Certains ont été jugés très efficaces, mais moins que l’utilisation du DEET (à une concentration de 30%). Ils ne remplacent pas non plus l’usage d’un répulsif sur les zones découvertes et l’adoption de bonnes habitudes pour vous protéger des tiques (par exemple porter des pantalons longs et en rentrer le bas dans vos chaussettes).

À noter : de tels vêtements ont été approuvés au Canada pour les personnes de plus de 16 ans seulement (y compris les femmes enceintes), et ils devraient être gardés hors de la portée des enfants. Vous pouvez cependant tenir un enfant dans vos bras si vous en portez, mais pas s’il s’agit d’un tout-petit, qui pourrait mettre le vêtement dans sa bouche. Par ailleurs, les vêtements imprégnés de perméthrine n'ont pas été évalués pour la sécurité des animaux de compagnie. Sous sa forme brute, cette substance est un neurotoxique auquel sont particulièrement sensibles les chats.

Bien qu’ils soient en vente aux États-Unis, les produits à base de perméthrine sous forme de liquide ou d'aérosol, qui permettent aux consommateurs de traiter leurs propres vêtements, ne sont pas approuvés au Canada. Ils sont réservés aux militaires dans le cadre de situations opérationnelles.

antimoustiques-vetements - Les vêtements No Fly Zone (chapeaux, pantalons, vestes, etc.) de marque WindRiver, vendus dans les magasins L’Équipeur, demeurent efficaces jusqu’à 70 lavages, selon le fabricant. Un pantalon comme celui de la photo coûte entre 90 et 100 $.

3 trucs de pro pour vous protéger des maringouins et des tiques

 

Les moustiques sont plus actifs à l'aube et au crépuscule; vous pouvez donc prévoir vos activités pour éviter ces périodes. Autrement, les astuces que voici vous permettront de vous protéger des piqûres et morsures d’insectes où que vous soyez.

 

• Portez des vêtements longs et clairs. « Choisissez-les amples et préférablement dans une matière tissée serrée », précise Jacques Boisvert, professeur retraité de l’Université du Québec à Trois-Rivières et spécialiste des insectes piqueurs.

 

• Pour vous protéger des tiques et éviter qu’elles rampent sous vos vêtements, enfilez des chaussures fermées ou des bottes, portez des pantalons longs et rentrez-les dans vos chaussettes. Idéalement, rentrez aussi votre chandail dans vos pantalons. (À retenir : les tiques se trouvent souvent en bordure des sentiers, surtout dans les régions boisées ou broussailleuses.)

 

• Couvrez de filets moustiquaires les poussettes et les parcs pour enfants lorsque vous les installez à l’extérieur. Et pour vous-même, pourquoi pas un chapeau muni d'un filet antimoustiques? C’est un incontournable dans certaines régions lors de la saison des mouches noires, au printemps!

Un répulsif pour chaque âge

Voici un tableau récapitulatif qui vous montre comment bien utiliser les trois insectifuges corporels les plus répandus et reconnus comme efficaces, en fonction de l’âge ou de la situation.

antimoustiques-tableau-age-2

Sources : Santé Canada, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

>> À lire aussi : Quel gadget antimoustiques choisir pour la terrasse?

Lire l'article
Test
14 crèmes solaires testées

Vous hésitez entre une crème solaire à écran chimique et une autre à écran physique, aussi appelée «crème solaire minérale»? Pour vous aider à choisir la meilleure lotion, nous avons testé 14 crèmes solaires à écran chimique de marques telles Equate, Coppertone et Banana Boat ainsi que 2 crèmes solaires à écran physique fabriquées par les entreprises québécoises Zorah et Attitude.

Lire l'article
Test
Seltzers : 29 produits évalués

Nos experts ont goûté à l’aveugle 29 seltzers, des eaux pétillantes alcoolisées aux saveurs fruitées, dont ceux de marque Bud Light, Coors, Noroi, Oshlag, Smirnoff, White Claw et plusieurs autres. Pour trouver les meilleures boissons à siroter sur votre terrasse cet été, voyez les résultats de notre test.

Lire l'article
Comment choisir un antimoustiques pour le corps?

Vous désirez barrer efficacement le chemin aux moustiques et aux tiques cet été. Or, quel répulsif choisir pour éviter les piqûres? DEET, icaridine, huile d’eucalyptus citronné, huile de soya, citronnelle, huiles essentielles, vêtements imprégnés de perméthrine : les produits sont nombreux, mais pas tous aussi efficaces les uns que les autres!

Lire l'article
Comment soulager les piqûres d’insectes et de moustiques

Si la plupart des piqûres et des morsures de moustiques sont bénignes, d’autres peuvent occasionner des démangeaisons, des douleurs ou des réactions cutanées. Pour les soulager, devriez-vous opter pour la glace, l’hydrocortisone, la calamine, la pramoxine ou la cétirizine? Tour d’horizon des ingrédients à privilégier.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par René Labelle
    21 Juin 2022

    Bonjour. Aujourd'hui, plusieurs de personnes possèdent dans leur jardin ou sur leur patio un gazabo. Il suffit seulement de fermer les moustiquaires. Aucun produit à acheter.

     1