Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Boissons énergisantes: Danger?

Par Danny Raymond Mise en ligne : 09 Mai 2007

Les fabricants de boissons énergisantes n’y vont pas de main morte pour nous convaincre de la puissance de leurs mixtures: ils mettent en scène des athlètes de sports extrêmes, des amateurs de planche, de course et d’autres sportifs qui conjuguent agilité et endurance.

En un mot, c’est la performance qu’on veut nous vendre. En buvant de la Guru, vous adoptez «une philosophie valorisant la vie en elle-même: vivre pour le moment, vivre à fond, vivre à toute vitesse, vivre dans un corps sain et vivre heureux».

La Red Bull, elle, prétend vous donner des ailes et stimuler votre corps et votre esprit, alors que la Beaver Buzz «vous donne l’énergie de placer la barre haute et de vous fixer les critères de performance les plus élevés». Et cela est nécessaire, selon la Base, parce que «le rythme infernal de nos vies actives requiert constamment le surpassement de nos capacités réelles».

Ainsi, au lieu d’essayer d’équilibrer sa vie, il faut ingurgiter des stimulants liquides pour être capable de suivre, sinon d’accroître, le rythme. Séduits par la solution, les consommateurs répondent à l’appel en masse: le marché des boissons énergisantes, tous pays confondus, se chiffrait à 3,4 milliards de dollars US en 2006, et durant cette même année, 500 nouvelles marques faisaient leur apparition sur le marché.

Que contiennent les boissons énergisantes?

Mais que retrouve-t-on dans ces fameuses boissons qui promettent énergie accrue, vivacité d’esprit, amélioration des performances physiques et état d’éveil prolongé? La recette: caféine! «L’effet revigorant s’explique par la combinaison glucose-caféine qui, à une certaine dose, stimule le système nerveux central», explique Nathalie Jobin, nutritionniste à Extenso, le Centre de référence sur la nutrition humaine de l’Université de Montréal. Rien de bien sorcier, donc: c’est la bonne vieille combinaison café-sucre!

Au Canada, il est interdit d’ajouter de la caféine aux produits alimentaires (sauf les colas). Les fabricants ont donc contourné l’obstacle en y ajoutant des extraits de guarana, une plante sud-américaine dont la concentration de caféine est de deux à trois fois celle des grains de café. La taurine, qu’on trouve aussi dans la majorité des boissons, inhiberait quant à elle les sensations désagréables associées à la caféine, comme les palpitations, l’agitation et la nervosité, explique le pharmacien Jean-Yves Dionne. Toujours selon le spécialiste, des études auraient prouvé l’efficacité de l’association taurine-caféine pour stimuler la concentration et la vivacité d’esprit.

Marielle Ledoux, professeure titulaire au Département de nutrition de l’Université de Montréal, nuance: «Les effets les plus marqués de la taurine sont observables essentiellement dans le développement du système nerveux en période fœtale, dit-elle. Théoriquement, elle n’a pas vraiment d’effets sur l’humain après la naissance.»

Sont-elles sûres?

En 2000, un peu partout sur le globe, les autorités sanitaires ont remis en question l’innocuité des boissons énergisantes à la suite du décès d’un joueur de basketball irlandais de 18 ans qui en avait consommé trois avant de s’effondrer en plein match. Peu après, un groupe d’experts mandatés par le gouvernement irlandais recommandait ce qui suit: obliger les fabricants à inscrire la mention «haute teneur en caféine» quand le produit en contient plus de 150 mg/L (38 mg/250 ml) et en contre-indiquer la consommation aux femmes enceintes, aux enfants de 16 ans et moins et aux personnes sensibles à la caféine.

Les experts suggéraient aussi d’y ajouter une mise en garde précisant de ne pas consommer ce type de boisson avec de l’alcool ou pour s’hydrater avant et après un exercice physique. Plus récemment, en janvier 2007, le groupe de pression américain Center for Science in the Public Interest pressait la Food and Drug Administration de resserrer la réglementation entourant les boissons. L’organisme insiste aussi pour que les fabricants indiquent la quantité totale de caféine sur l’étiquette de leurs produits.

En effet, la combinaison de la caféine avec le guarana, le yerba maté ou la noix de kola, qui sont tous des sources de caféine, augmente l’effet stimulant de la boisson. De plus, comme nous l’avons constaté sur certains forums de discussion, sans le mot caféine clairement écrit dans la liste des ingrédients, les jeunes ne savent pas sous quels noms elle se cache.

Voici la teneur en caféine de quelques boissons et produits alimentaires. Notez que plusieurs fabricants de boissons énergisantes ajoutent du guarana à leur produit, ce qui fait grimper la quantité totale de caféine. Santé Canada a fixé, par tranche d’âge, la consommation maximale de caféine par jour sans effets indésirables. Pour les adultes, elle est de 400 mg, soit environ deux tasses de café filtre. Pour les enfants de quatre à six ans, elle est de 45 mg, pour ceux de sept à neuf ans, de 62,5 mg et pour ceux de neuf à 12 ans, de 85 mg.

Boisson énergisante Base
23 mg de caféine (par portion de 250 ml)

Boisson énergisante Red Bull
80 mg de caféine (par portion de 250 ml)

Boisson énergisante Énergie
80 mg de caféine (par portion de 250 ml)

Boisson énergisante Guru
126 mg de caféine (par portion de 250 ml)

Boisson énergisante Full Throttle
141 mg de caféine (par portion de 473 ml)

Boisson énergisante RockStar Juiced
240 mg de caféine (par portion de 473 ml)

Café torréfié et moulu, filtre
179 mg de caféine (par portion de 237 ml)

Café instantané
76-106 mg de caféine (par portion de 237 ml)

Thé vert
30 mg de caféine (par portion de 237 ml)

Thé ordinaire
43 mg de caféine (par portion de 237 ml)

Cola ordinaire
36-46 mg de caféine (par portion de 355 ml)

Lait au chocolat
8 mg de caféine (par portion de 237 ml)

Friandises, chocolat au lait
7 mg de caféine (par portion de 28 g)

Gâteau au chocolat
6 mg de caféine (par portion de 80 g)

Mariage boisson-alcool: Danger!

C’est le mélange de ces boissons avec l’alcool qui préoccupe le plus les experts en santé. Pour l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA), l’interaction des deux accentue les effets excitants de l’alcool et en diminue les effets dépressifs. Résultat: la perception du buveur est faussée par rapport à son état réel d’ébriété. Une personne très soûle pourrait se sentir capable de conduire sa voiture malgré «une mauvaise coordination motrice et une perception visuelle déficiente», spécifie Nathalie Jobin.

Même si les fabricants écrivent sur les étiquettes qu’il est déconseillé de mélanger leur produit avec de l’alcool, leurs slogans publicitaires et le contenu de leurs sites Internet laissent perplexe. Sur le site de Guru, dans la section Foire aux questions, on peut même lire que «la boisson se mélange bien en cocktail à la vodka ou au rhum ambré, chacun accompagné d’un quartier de lime».

Sans vous inviter explicitement à mélanger son produit avec de l’alcool, le fabricant de la boisson Hype recommande de «profiter des effets énergisants de la guarana pour pouvoir danser toute la nuit dans les bars ou lors des soirées». Or, c’est justement la popularité croissante des boissons énergisantes dans les bars qui a poussé Santé Canada à publier une mise en garde sur les dangers liés au mélange boisson énergisante-alcool.

Ces dernières années, le ministère a même enregistré quatre cas de personnes qui auraient surconsommé ou mélangé avec de l’alcool ce type de boisson et qui présentaient des symptômes de déshydratation, des nausées, des vomissements et des irrégularités du rythme cardiaque.

Bon avant l'exercice?

Certains pourraient être tentés d’avaler une boisson énergisante avant l’entraînement physique. Les fabricants disent d’ailleurs qu’elles sont conçues «pour des périodes d’intenses efforts mentaux et physiques» et leurs sites sont truffés d’images de sportifs. Or, dans un avis publié en novembre dernier, l’AFSSA cite une étude montrant la corrélation entre l’accélération du rythme cardiaque et l’augmentation critique de la pression artérielle après l’exercice chez certains individus.

«La caféine provoque un effet paradoxal, explique Jean-Yves Dionne. Les gens ont la sensation d’avoir plus d’énergie, mais la performance diminue.» Consommée en petite quantité, la caféine favorise pourtant l’utilisation des réserves de graisse pendant un effort intense comme la course à pied ou le triathlon, explique Mme Ledoux. En revanche, une trop grande quantité de caféine augmente les risques de fatigue mentale et de déshydratation, nuance-t-elle.

«Les boissons énergisantes ne sont pas du tout adaptées au sport», insiste Nathalie Jobin, rappelant l’importance de ne pas mélanger les deux. Car il ne faut pas confondre boissons énergisantes et boissons pour sportifs, qui renferment des ingrédients spécifiques en quantités précises pour favoriser la réhydratation. Santé Canada, qui contraint les fabricants à afficher des mises en garde visant les femmes enceintes ou qui allaitent, les personnes sensibles à la caféine, les enfants et le mélange avec l’alcool, reste pourtant muet sur la validité d’en consommer avant un effort physique intense.

En fin de compte, afin d’avoir l’esprit tranquille, gardez en tête que les boissons énergisantes sont destinées à un usage occasionnel — même si la publicité nous les vend comme un style de vie — et qu’il faut s’en tenir à la «dose» indiquée sur les étiquettes afin de rester dans des limites sécuritaires.

Des exemples de boissons

 

La dernière-née de Coca-Cola, la Blak, n’est pas vendue comme une boisson énergisante, mais plutôt comme une «boisson fusion». Différence? La Blak contient le double de la caféine d’un Coke ordinaire (49 mg contre 24 mg/250 ml) et considérablement moins qu’une Red Bull (80 mg/250 ml). Le hic: son étiquette ne fait nulle mention de sa teneur en caféine.

 

La RockStar affiche caféine et guarana dans sa liste d’ingrédients, mais reste muette sur la quantité totale de caféine qu’elle contient.

Les boissons énergisantes s'affichent toutes comme des «produits de santé» parce qu'elles contiennent des ingrédients dits «médicinaux», par exemple la caféine, le guarana, la taurine, le glucuronolactone, le ginseng et des vitamines du groupe B. Or, au Canada, pour porter cette mention, un produit doit avoir obtenu un NPN (numéro de produit naturel). À ce jour, seule la Red Bull est homologuée; toutes les autres marques qui s'affichent comme produits naturels le font donc illégalement

 

Si, d'un côté, les fabricants mettent de l'avant la rassurante mention «produit de santé naturel», de l'autre, Santé Canada les oblige à indiquer une panoplie de mises en garde sur leur produit. Les personnes sensibles à la caféine, les enfants et les femmes enceintes ou qui allaitent, notamment, devraient s'abstenir d'en boire. Les boissons énergisantes contiennent à peu près toutes la même chose.

Voici un petit glossaire de leurs ingrédients clés.

Acide pantothénique (vitamine B5). L’acide pantothénique participe notamment à la dégradation des glucides et des lipides. Il agit aussi sur le système nerveux et les glandes surrénales, d’où son surnom de «vitamine antistress».

Caféine. La caféine est présente naturellement dans certains aliments comme les grains de café, le thé, la noix de kola, le yerba maté, le guarana et le cacao. Elle est reconnue pour améliorer la vigilance et combattre la fatigue à court terme. Elle agit aussi comme coupe-faim et a des propriétés diurétiques. Les boissons énergisantes en contiennent entre 23 et 240 mg par contenant.

Glucuronolactone. Il s’agit d’un dérivé du glucose qui aurait des propriétés de détoxication. Les boissons énergisantes en contiennent de 10 à 1200 mg par contenant.

Guarana. Plante sud-américaine dont l’ingrédient actif est la caféine. La teneur en caféine des grains de guarana est de deux à trois fois celle des grains de café. Ses effets sont les mêmes que ceux de la caféine.

Ginkgo biloba. L’extrait des feuilles du ginkgo, un arbre originaire d’Extrême-Orient, ralentirait la progression de la démence sénile et de la maladie d’Alzheimer (stade précoce). Il améliorerait légèrement les fonctions cognitives.

Ginseng. La racine de cette plante tonifierait l’organisme des personnes fatiguées ou affaiblies et aiderait à soutenir le travail physique et la concentration.

Inositol. L’inositol s’apparente aux vitamines du groupe B et contribuerait au bon fonctionnement du système nerveux.

Taurine. La taurine est un acide aminé qui joue un rôle important dans l’organisme, notamment dans la stabilisation des membranes cellulaires du cerveau et du cœur. Elle aurait des propriétés antioxydantes et de détoxication. Les boissons énergisantes en renferment entre 150 et 2000 mg par contenant.

Vitamines B2 (riboflavine), B3 (niacine), B6 (pyridoxine), B12 (cobalamine). Les vitamines du complexe B sont essentielles à la production d’énergie à partir des aliments; elles soutiennent le système nerveux et aident au maintien de la santé cardiovasculaire.

Photos de cet article: Réjean Poudrette

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Santé et alimentation