Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Aliment vedette: le yogourt

Par Protégez-Vous
yogourt

Nature ou aux fruits, grec, enrichi de probiotiques : le yogourt est vendu sous diverses formes. Habitué des boîtes à lunch et des petits-déjeuners, il trouve aussi sa place dans les trempettes, les potages et les marinades, par exemple.

Atouts santé

Riche en calcium, en phosphore et en vitamines B2 et B12, le yogourt se distingue des autres produits laitiers par son contenu en bactéries lactiques, des microorganismes bénéfiques pour la flore intestinale. Nommées lactobacillus bulgaricus et streptococcus thermophilus, ces bactéries favorisent également la digestion du lactose, ce qui peut être utile aux personnes intolérantes au sucre du lait. En outre, il y a moins de lactose dans le yogourt que dans la plupart des autres produits laitiers.

Même si de nombreuses études ont démontré les effets bénéfiques des bactéries lactiques, leur potentiel thérapeutique en ce qui concerne le système immunitaire et certaines maladies inflammatoires de l’intestin reste encore à évaluer.

Bien choisir

Certains yogourts ont des teneurs élevées en sucre et en matières grasses. Lisez attentivement l’étiquette. Privilégiez le yogourt nature, moins sucré, puis ajoutez-y des fruits ou une cuillère de sirop d’érable pour atténuer sa légère acidité. On peut aussi mélanger du yogourt aromatisé au yogourt nature.

Yogourt à boire. Il contient de l’eau de même qu’une plus grande quantité de sucre que le yogourt ordinaire. Cela dit, il demeure une excellente source de calcium. On peut s’en fabriquer à la maison avec du yogourt (moins cher) qu’on coupe avec un peu d’eau ou de lait.

Yogourt grec. Apprécié pour son onctuosité. Les quantités de protéines et de matières grasses varient selon le processus de fabrication : traditionnel ou avec ajout de crème. Vérifiez les étiquettes.

Attention

Riche en protéines, le yogourt grec entraîne une plus longue sensation de satiété que d’autres types de yogourt tout en assurant un bon apport en calcium. Cela dit, sa fabrication produit davantage de lactosérum, un résidu acide nocif pour l’environnement.

Yogourt : ordinaire ou fonctionnel ?

Au rayon des produits laitiers, on trouve maintenant de nombreux yogourts auxquels sont ajoutées des souches bactériennes probiotiques. Ces probiotiques (lactobacillus acidophilus, lactobacillus casei et bifidobacterium bifidum) ont été sélectionnés pour leur capacité à franchir la barrière de l’estomac et à atteindre l’intestin intacts. Ils s’ajoutent aux bactéries lactiques utilisées pour fabriquer le yogourt. Ces probiotiques peuvent aider à prévenir ou à diminuer la diarrhée dans certains cas particuliers. Ils contribuent aussi à rétablir la flore intestinale après un traitement antibiotique.

Des yogourts enrichis en phytostérols ont également fait leur apparition sur les rayons. Généralement tirés d’huiles végétales, les phytostérols participent à réduire le taux de cholestérol. Ce type de produit peut être utile si vous souffrez d’hypercholestérolémie ou êtes diabétique ou à risque de maladies cardiovasculaires. Autrement, une alimentation variée est plus souhaitable. Ne vous attardez pas uniquement à la quantité de phytostérols dans le yogourt (habituellement 1 g par portion de 100 ml). Il faut aussi vérifier la teneur en sucre et en matières grasses des yogourts auxquels ils sont ajoutés.

Et le kéfir ?

Ce type de yogourt pétillant est de plus en plus populaire. Comme pour le yogourt, les bactéries actives du kéfir facilitent l’absorption du lactose. Elles aident également à équilibrer la flore intestinale, notamment en sécrétant des substances antimicrobiennes.

Conservation

Au réfrigérateur, souvent au-delà de la date de péremption. Cependant, on devrait consommer le yogourt le plus frais possible, en raison de la durée de vie limitée des bactéries qu’il contient. Une courte congélation (un mois) n’affecterait pas les cultures bactériennes. Décongeler au réfrigérateur.

Préparation

Les bactéries lactiques n’aiment pas la chaleur. Pour préserver leurs propriétés, dans une recette il vaut mieux ajouter le yogourt en fin de cuisson.

Suggestions culinaires

• En remplacement. Dans les soupes, les potages ou les desserts, comme les gâteaux, crêpes, gaufres et muffins, il remplace (en tout ou en partie) le lait ou la crème. On l’utilise à la place de la mayonnaise ou de la vinaigrette pour assaisonner une salade de pommes de terre, de concombres et oignons ou de carottes râpées et raisins secs.

• Purée de pommes de terre. Ajouter 500 ml (2 tasses) d’épinards crus hachés finement, une gousse d’ail pressée et 125 ml (½ tasse) de yogourt. Réchauffer à feu doux. Ces quantités sont recommandées pour environ quatre pommes de terre de grosseur moyenne.

Le saviez-vous ?

La réglementation canadienne actuelle ne permet pas l’ajout de vitamine D au yogourt. Cependant, certains yogourts sont faits avec du lait enrichi, ce qui assure une source supplémentaire en vitamine D. Lire attentivement l’étiquette.

Cet article est tiré de notre guide Mieux manger disponible en kiosque et dans notre boutique en ligne.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.