Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Précision concernant le Miel d’été de la Miellerie Les Trois Acres

Mise en ligne : 12 octobre 2017

Miel d’été des Trois Acres: son authenticité n’est plus remise en question.

Montréal, 12 octobre 2017 – Protégez-Vous diffuse dans son site web une précision en lien avec le test de miel publié dans son édition de juin 2017. Ce texte sera aussi repris dans l’édition de décembre 2017, en kiosque le 10 novembre.

Surpris de voir leur Miel d’été désigné dans notre test sur le miel (édition de juin 2017) comme ayant un taux de saccharose (aussi appelé « sucrose ») trop élevé, les propriétaires de la miellerie québécoise Les Trois Acres, Liliane Morel et Stephen Crawford, l’ont fait analyser par des experts d’un laboratoire indépendant.

Leur rapport, dont les avocats des Trois Acres ont fait parvenir une copie à Protégez-Vous, relève des taux de saccharose comparables à celui obtenu lors de notre propre analyse.

En revanche, alors que les experts retenus par Protégez-Vous avaient fermement conclu à l’ajout d’un sucre étranger, le laboratoire choisi par Les Trois Acres souligne que la teneur en nectar de trèfle peut expliquer l’augmentation naturelle du taux de saccharose.

Nous avons donc fourni à notre laboratoire tous les renseignements reçus des avocats des Trois Acres. Après avoir pris connaissance des nouvelles données, notre laboratoire a révisé sa conclusion. Ses experts considèrent maintenant que l’authenticité de ce miel n’est plus remise en question.

Nous regrettons les désagréments que les conclusions de l’article ont pu causer à la miellerie Les Trois Acres.

Protégez-Vous et Les Trois Acres n’émettront pas d’autres commentaires dans ce dossier, étant donné la publication d’une précision qui satisfait les deux organismes.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

À lire aussi