Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

PV vous répond - Juillet 2022

reactions

Extraits de vos courriels, messages sur Facebook ou Instagram, commentaires publiés sur notre site web.

Vélos électriques (PV mai 2022)

Mon conjoint et moi utilisons chacun un vélo Specialized Como 4.0 depuis deux ans et en sommes complètement satisfaits. Quel [ne] fut [pas] notre étonnement de constater que, selon vos tests, son comportement sur la route n'était que bon ou même acceptable, alors que nous en sommes ravis. De plus, l'autonomie de nos vélos tourne autour de 80 km, alors que vous prétendez à une autonomie ridicule de 35 km. Enfin, les contrôles de l'écran du vélo nous semblent des plus faciles à utiliser, alors que vous prétendez qu'ils sont « très mauvais ». Nous comprenons mal une telle disproportion d'appréciation. Question : est-ce que le modèle 5.0 que vous avez testé est plus récent que notre modèle 4.0? Si tel était le cas, notre incompréhension serait encore plus marquée.

Laurette Beaudoin

Tout d’abord, nous n’avons pas testé la version du vélo que vous avez achetée il y a deux ans, mais bien la version actuellement sur le marché (version 2022 du Como SL 5.0). Nos experts ont relevé des problèmes liés aux changements de vitesse lorsqu’ils roulaient avec l’assistance maximale, particulièrement dans une pente. Il leur était difficile de trouver la bonne combinaison entre la vitesse utilisée et l’assistance maximale qui permettait de rouler fluidement. Lorsqu’on achète un vélo électrique, c’est justement pour ne plus avoir de soucis à monter une pente.

Pour ce qui est de l’autonomie, cela dépend bien évidemment de la vitesse à laquelle vous roulez, du niveau d’assistance utilisé, du vent qui souffle et de la route que vous empruntez. Afin de pouvoir comparer les vélos entre eux, lors de nos tests, les experts ont roulé sur un parcours fixe à 25 km/h en moyenne en utilisant le niveau d’assistance le plus élevé. Le fabricant nous a mentionné qu’il était possible d’ajouter une batterie auxiliaire, moyennant des coûts supplémentaires.

Par ailleurs, les contrôles servant à changer de niveau d’assistance se trouvent sur le cadre de ce vélo. Afin de changer de niveau, il est donc impératif de lâcher complètement le guidon d’une main et de baisser le regard, ce que nos experts ont jugé dangereux, sachant qu’on roule assez vite et que tout le monde ne fait pas preuve de la même aisance et des mêmes réflexes sur un vélo.

Enfin, ce vélo est particulièrement grand et ne conviendra pas toujours aux petites personnes. Nous avons d’ailleurs dû couper la tige de la selle afin de pouvoir mettre le siège à la bonne hauteur.

Globalement, les experts ont trouvé que ce vélo possédait trop de points négatifs pour être en mesure de lui accorder une bonne note, mais c’est surtout l’aspect « sécurité » qui les a déçus.

Nous espérons que ces détails supplémentaires vous aideront à mieux comprendre notre évaluation.

capucine-cloutier

Capucine Cloutier, chargée de projets – Tests

ligne

Consommation durable (PV mai 2022)

Dans la série d'articles de Mme Cléroux, on met encore le poids des changements climatiques sur le dos des individus. Bien que chaque geste compte, soyez assuré que je fais largement ma part. Toute la pollution qui est issue des grandes industries, de la mondialisation des productions, des transports de marchandises ou des conflits à travers la planète est un milliard (j'invente le chiffre) de fois plus importante que celle que je peux contribuer à réduire. Je vous en prie, remettez vos yeux vis-à-vis des bons trous.

Jean Rouleau

Protégez-Vous s’adresse aux consommateurs, et c’est aussi ce qu’il fait dans ce dossier. Nous croyons que plusieurs d’entre eux ont envie d’agir à la mesure de leurs moyens. Ce dossier se veut un outil leur permettant de reconnaître les enjeux et de savoir comment adopter un comportement plus durable. Cela dit, pouvons-nous avoir un véritable impact sur la planète? « Oui, les citoyens ont le pouvoir de faire changer bien des choses », confirme Catherine Houssard, agente de recherche au Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG), qui a collaboré à la mise au point de notre enquête. Nous lui avons laissé la parole :

« L’une des principales conclusions du dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) est que pour ne pas dépasser le seuil critique de 1,5 oC de réchauffement climatique, il faudra tout autant modifier nos modes de production que nos modes de consommation. L'un sans l'autre ne sera pas suffisant et les deux sont interconnectés.

Pour atteindre cet objectif ambitieux, chaque geste compte, même si certains gestes sont plus efficaces que d'autres. Les consommateurs ont un rôle très important à jouer, car leurs choix de consommation influencent l'évolution de l'offre sur le marché et ont un impact sur les émissions de gaz à effet de serre. Par ailleurs, en exerçant leur droit de vote, les citoyens peuvent élire des gouvernements qui mettront la protection de l'environnement et les changements climatiques au cœur de leurs priorités et ainsi favoriser des actions pour une transition vers une société plus soutenable. »

amelie-cleroux

Amélie Cléroux, journaliste responsable des sections Loisirs/Famille et Maison