Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

PV vous répond - Août 2021

reactions

Extraits de vos courriels, messages sur Facebook ou Instagram, commentaires publiés sur notre site web.

Tondeuses (PV juin 2021)

J’aimerais vous faire part d’un commentaire concernant l’illustration sur la couverture. On voit un homme passer la tondeuse avec des gougounes alors que ce n'est pas recommandé, car c’est dangereux; il faut toujours porter des souliers fermés. Ceci ne donne pas le bon exemple.

Nicole Désilets

Vous avez bien raison! Nous avons tellement aimé l’illustration de Mathilde Filippi que ce «détail» nous a échappé. En effet, si vous tenez à vos orteils, il est préférable de passer la tondeuse avec des chaussures fermées, idéalement à caps d’acier.

frederic-perron

Frédéric Perron, rédacteur en chef

J’ai acheté cette marque de tondeuse [Yardworks] il y a dizaine d’années; impossible d’avoir des pièces pour la réparation. Suggestion à Protégez-Vous : appelez des réparateurs de tondeuses avant de faire vos recommandations.

Jean-Pierre Amesse

Nous avons commencé à créer des protocoles rigoureux pour évaluer la réparabilité de certains produits. Ce processus est complexe, puisqu’il implique des critères différents et une recherche exhaustive pour chaque catégorie d’appareils. Nous travaillons très fort pour inclure un critère de réparabilité à tous nos tests; nous l’avons déjà fait pour les barbecues, certains types d’aspirateurs, les robots culinaires et les mélangeurs, notamment. D’autres catégories de produits s’ajouteront progressivement à cette liste.

clemence-lamarche

Clémence Lamarche, chef des tests

ligne

Fenêtres (PV mai 2021)

Votre dossier sur les fenêtres m'amène quelques réflexions sur le même sujet. C'est quoi, cette maladie de remplacer ses fenêtres? Cela coûte des milliers de dollars pour une d'économie d'énergie assez minime. Il faudra compter combien d'années pour rentabiliser cette dépense (coût des fenêtres et main-d'œuvre)? Si vous changez toutes vos fenêtres et que cela vous coûte 15 000 $ pour économiser 250 $ d'électricité par année, cela prendra 60 ans pour rentrer dans votre argent! [...]

Ma sœur a une maison de 150 ans, et toutes les fenêtres sont d'origine! Le secret? L'entretien. On ne les remplace pas, on s'en occupe.

Mon assureur ne m'assure plus pour l'infiltration d'eau, car une partie de mes fenêtres a plus de 30 ans. Quelle connerie! Devrais-je changer ces fenêtres (qui ne sont pas brisées) pour faire plaisir à mon assureur? Non!

J'aimerais que vous prépariez un article ou un dossier sur l'entretien et la réparation des fenêtres. Il existe des magasins qui se spécialisent dans les pièces pour portes et fenêtres. Parfois, ils ont des techniciens qui peuvent se rendre chez vous pour réparer votre fenêtre à un coût nettement avantageux.

Le bon entretien d'une fenêtre commence d'après moi par une inspection extérieure afin d'assurer l'étanchéité et la durabilité de la fenêtre : si le cadre est en bois, il faut entretenir la peinture. Il faut aussi s'assurer que le joint entre la fenêtre et le revêtement extérieur est en bon état, etc.

Et ce n'est pas parce que le gouvernement donne une subvention qu'il faut changer ses fenêtres! 15 000 $ investis dans un régime enregistré d’épargne-études [REEE] pour vos enfants [vont] vous rapporter infiniment plus en 15 ans que le remplacement de vos fenêtres.

Et je suis certain que vous pourriez trouver des spécialistes qui vous fourniraient la matière à un beau dossier!

Yves Sauvageau

Merci beaucoup pour vos commentaires. Vos questionnements sont non seulement très légitimes, mais aussi fort intéressants. Dans le cadre de ce dossier, nous avons ciblé les gens qui doivent changer leurs fenêtres. Et dans cette situation, il vaut alors mieux les remplacer pour de bonnes fenêtres écoénergétiques. Chez certaines personnes, c'est une question d'économie d'énergie, comme vous le relevez, mais aussi de confort. Nous prenons toutefois votre suggestion en note.

amelie-cleroux

Amélie Cléroux, journaliste collaboratrice

ligne

Chauffe-terrasses (PV juin 2021)

Je viens de constater que vous avez fait une évaluation de différents «chauffe-terrasses», que j’appellerais plutôt « chauffe-dehors ». Je ne crois pas que ce genre d’article soit un choix judicieux. Vous devriez vous consacrer à conseiller les consommateurs sur les biens plus essentiels de consommation courante et presque nécessaire. Les chauffe-terrasses sont des machins de luxe totalement inutiles, polluants et énergivores. Les consommateurs devraient plutôt être découragés d’acheter ces choses, tout comme les démarreurs à distance pour véhicules, les souffleurs à feuilles motorisés, etc.

Guy Leclerc

Nous avons décidé de traiter des chauffe-terrasses afin de répondre à la forte demande pour ces produits. Toutefois, il était essentiel pour nous de parler de leur impact environnemental. Nous avons d'ailleurs relevé, dans une section du texte (titrée « Un confort qui n’est pas écologique »), que leur usage n'est pas écologique. Il y est mentionné que les appareils au gaz « rejettent du dioxyde de carbone (CO2), un gaz à effet de serre bien connu pour sa contribution au réchauffement climatique, de même que du monoxyde de carbone (CO), un polluant atmosphérique ». Nous avons aussi discuté d'efficacité énergétique avec un intervenant : « [...] même s’ils fonctionnent à l’électricité, de tels appareils visent à chauffer l’extérieur, ce qui est en soi un principe tout sauf écologique du point de vue de l’efficacité énergétique », explique le directeur de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie de HEC Montréal, Pierre-Olivier Pineau. « Ça va dans le sens inverse des efforts de transition énergétique et de réduction de notre consommation », tranche-t-il. En fin de compte, nous invitons les gens à s'en passer ou, à défaut de le faire, à les utiliser avec parcimonie. 

Amélie Cléroux, journaliste collaboratrice