2003-2018 le visage de la retraite a évolué depuis 15 ans.

Article d'un partenaire
de Protégez-Vous

Par Question Retraite Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 30 janvier 2019

iStockphoto

iStockphoto

Un important sondage de Question Retraite démontre que le visage de la retraite est en continuelle transformation au Québec, notamment en ce qui concerne l’âge de la retraite et la transition envisagée.

De moins en moins de retraités avant 65 ans

Entre autres constats, le sondage révèle que 43 % des Québécois de 25 à 64 ans non retraités estiment qu’il est fort probable qu’ils prendront leur retraite avant 65 ans. À titre comparatif, il y a 15 ans, en 2003, 62 % des répondants ont donné la même réponse. En 2018, 51 % des 25 à 64 ans pensent prendre leur retraite à 65 ans ou plus alors que cette proportion était de 30 % en 2003. À la même époque, 5 % des répondants disaient ne pas prévoir prendre de retraite, tandis que cette proportion est de seulement 1 % en 2018.

La retraite progressive, une option populaire

Une majorité des Québécois de 18 à 64 ans (60 %) envisagent de se retirer progressivement de leur emploi alors que seulement 20 % d’entre eux pensent se retirer définitivement du marché du travail.

Les raisons formulées pour considérer une retraite progressive sont : s’habituer lentement à l’idée de la retraite (36 %), avoir des revenus de travail plus longtemps/augmenter ses revenus à la retraite (14 %) et se permettre de demeurer en emploi le plus longtemps possible (13 %).

Autre fait intéressant, 36 % des jeunes retraités ont commencé à recevoir un revenu de retraite à 60 ans alors que cette proportion était de 25 % en 2013 et de 22 % en 2003.

« Ces données révèlent une constante mutation dans la perception que les travailleurs ont de leur propre retraite : ils réalisent qu’ils devront travailler plus longtemps pour accumuler assez d’argent et de plus en plus, l’objectif de se retirer complètement avant 65 ans leur semble inatteignable. La retraite est dorénavant moins vue comme une fin en soi, mais plutôt comme un changement dans le rythme de travail », a déclaré la présidente de Question Retraite, madame Nathalie Bachand.

Absence d’objectif et de planification

Le sondage nous apprend également que près des trois quarts (73 %) des Québécois de 18 à 64 ans n’ont pas d’objectif précis quant aux revenus qu’ils aimeraient avoir au moment où ils prendront leur retraite. D’ailleurs, 50 % de la population visée ne croit pas avoir préparé adéquatement l’aspect financier de sa retraite.

Curieusement, 73 % des répondants se disent très ou assez confiants quant à l’aspect financier de leur retraite.

« Que la retraite soit définitive ou progressive, il est toujours inquiétant de constater un manque de planification chez bon nombre de Québécois. S’ils ne posent pas dès maintenant les gestes essentiels, dont celui de se doter d’objectifs précis, plusieurs pourraient compromettre leur sécurité financière à la retraite. L’éducation étant à la base de tout, nous accentuerons nos efforts de sensibilisation quant à l’importance de l’épargne », d’ajouter madame Bachand.

Méthodologie du sondage

Le sondage, réalisé par SOM, a été effectué du 9 au 30 avril 2018 auprès de 1 604 répondants âgés de 18 à 64 ans, en provenance de toutes les régions du Québec. La marge d’erreur maximale pour l’ensemble des répondants est de 2,7 %.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.