L’inhumation en hiver

Article d'un partenaire
de Protégez-Vous

Par Fédération des coopératives funéraires du Québec Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 11 octobre 2018

Michel Leclerc

Michel Leclerc

Qu’arrive-t-il lorsqu'on veut procéder à une inhumation (enterrement) l’hiver et que le sol est gelé?

Au Québec, malgré le climat rigoureux que nous retrouvons à certains moments de l’hiver, plusieurs cimetières font des inhumations tout au long de l’année, sans relâche. Pour les autres, les mises en terre sont généralement suspendues entre le 1er novembre et le 30 avril. On procède alors à la mise en charnier des cercueils.

Un charnier est un bâtiment situé sur le cimetière. Ce bâtiment est érigé sur du béton et n’est pas isolé, afin de conserver au froid les corps embaumés. De petites ouvertures sont pratiquées dans les murs pour que l’air puisse circuler. Malgré tout, le degré élevé d’humidité peut modifier l’état des cercueils. De quatre à huit cercueils peuvent être entreposés sur des tablettes disposées de chaque côté de l’entrée. Quand les places sont insuffisantes ou quand il n’y a pas de charnier, des ententes sont prises entre les cimetières pour combler les besoins. Ce lieu n’est pas accessible aux familles.

En ce qui concerne les cendres, elles sont simplement conservées dans une pièce de l’entreprise funéraire qui a procédé aux funérailles.

Au moment du dégel, la famille est invitée à assister à une cérémonie lors de l’inhumation du défunt. Deux témoins doivent être présents pour signer le registre de sépulture. Ce registre devient une preuve que le corps a bel et bien été inhumé. Ceux qui assistent à la cérémonie peuvent introduire des rituels personnalisés afin d’adoucir cette étape qui soulève certaines émotions. Le soutien des proches est toujours apprécié par les endeuillés lors de cet événement.

Voir l’article sur le site de la FCFQ

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.