Conjoints de fait : 3 bonnes raisons de faire votre testament

Article d'un partenaire
de Protégez-Vous

Par Éducaloi Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 26 octobre 2016 Pixabay.com

Pixabay.com

Votre conjoint décède sans laisser de testament en votre faveur. Qu’arrive-t-il? Comment le testament permet d’éviter des problèmes?

Vous n’êtes pas mariés ? Vous avez choisi l’union libre, repoussé le mariage ou vécu ensemble plusieurs années sans vous poser de questions ? Vous êtes probablement conjoints de fait.

Saviez-vous que vous n’hériterez de rien si votre conjoint décédait sans avoir fait un testament en votre faveur ?

Zéro. C’est ce que vous auriez comme héritage… en plus de devoir gérer quelques situations problématiques qui impliquent avec vos enfants ou votre belle-famille – bref, les héritiers de votre conjoint !

Voici donc trois bonnes raisons de faire un testament lorsqu’on est conjoint de fait.

1. Pour hériter.

Seul un testament peut vous permettre d’hériter de votre conjoint. Votre conjoint est d’ailleurs libre de décider ce qu’il désire vous laisser : comptes de banque, placements, REER, maison, voiture, animaux, dettes, etc. Lorsque le décès est bien planifié, cela peut vous permettre de garder votre propriété sans avoir à racheter la part de votre conjoint, vous aider à payer les factures et vous permettre de continuer votre vie sans trop de surprises.

Pour savoir qui hérite si vous n’avez pas de testament, consultez l’article Mourir sans testament sur le site d’Éducaloi.

2. Pour réduire ou reporter l’impôt à payer.

Avec une bonne planification financière, vous pouvez réduire ou reporter le paiement d’impôts à payer, par exemple en léguant certains biens ou sommes d’argent à votre conjoint:

  • vos propriétés secondaires, comme un immeuble à revenus, un chalet ou un terrain;
  • vos Régimes enregistrés d’épargne-retraite (RÉER);
  • vos Régimes volontaires d’épargne-retraite (RVER);
  • vos Fonds enregistré de revenu de retraite (FERR); ou
  • vos placements.

L’impôt sera alors payé lorsque votre conjoint décidera de les vendre, de les donner, d’encaisser les sommes d’argent ou décédera à son tour.

Parfois, l’impôt à payer peut être considérable. Par exemple, si vous avez un RÉER de 200 000$, ce montant est considéré avoir été retiré en entier à votre décès et doit être ajouté à vos revenus. Selon votre situation, l’impôt peut en conséquence s’élever à plus de 100 000$. En le léguant entièrement à votre conjoint, votre 200 000$ lui sera transféré sans impôt immédiat.

Pour en savoir plus sur les stratégies fiscales, consulter l’article Planifier sa succession : stratégies pour réduire ou retarder l’impôt sur le site d’Éducaloi. Par ailleurs, n’hésitez pas à consulter un comptable, un planificateur financier, un notaire ou un avocat spécialisé pour connaître les options qui correspondent à votre situation.

3. Pour éviter des situations problématiques.

Si votre conjoint décède sans laisser de testament, la loi détermine qui sont les héritiers et quelles sont les règles à suivre pour régler et administrer la succession. Cela peut donner lieu à des situations problématiques ou fâcheuses. Vous pourriez par exemple :

  • devenir copropriétaire de votre maison avec vos enfants ou votre belle-famille ou devoir racheter la part de votre conjoint;
  • voir une partie ou la totalité des biens de votre conjoint aller à son ex-époux(se) s’ils sont toujours légalement mariés;
  • gérer l’héritage de vos enfants sous la supervision et la surveillance d’un conseil de tutelle, généralement formé de trois personnes de vos familles respectives;
  • départager ce qui vous appartient de ce qui appartient à votre conjoint;
  • vendre certains de vos biens pour rétablir votre situation financière après le décès;
  • rendre compte de vos paiements ou de vos transactions aux héritiers de votre conjoint.

Pour lire davantage sur les situations problématiques vécues par des conjoints de fait, consultez l’article d’Éducaloi Conjoints de fait sans testament… des histoires d’horreur! Sur le site de Protégez-Vous.

Il existe d’autres bonnes raisons de faire un testament. Pour en savoir davantage sur le sujet, consultez les articles L’union de fait et Les testaments sur le site d’Éducaloi.

Un notaire ou un avocat peut également vous conseiller pour la préparation d’un testament en fonction de votre situation et de vos volontés. Vous optimiserez ainsi l’héritage que vous laisserez à vos proches. Informez-vous !

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.