Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Glaucome : un examen chez l’optométriste peut vous sauver la vue

Article d'un partenaire
de Protégez-Vous

Par Association des optométristes du Québec (AOQ) Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 07 mars 2019

Shutterstock.com

Shutterstock.com

Bien qu’il soit possible de le détecter tôt, le glaucome est une maladie insidieuse qu’il vaut mieux prévenir… que guérir.

La Semaine mondiale du glaucome, qui se tient du 10 au 16 mars, est le moment idéal pour parler de cette maladie qui affecte plus de 100 000 Québécois, même si près de la moitié d’entre eux l’ignorent. En effet, 90 % des cas de glaucomes s’installent lentement, sans signes apparents.

Qu’est-ce que le glaucome ?

Le glaucome est une grave maladie oculaire irréversible. Il s’agit d’une atteinte du nerf optique qui se caractérise par une pression élevée à l’intérieur de l’œil. Cette pression est causée par un mauvais drainage d’humeur aqueuse, un liquide produit par l’œil. Lorsqu’elle devient importante, cette pression peut endommager le nerf optique et provoquer une perte de vision graduelle.

Progrès scientifiques : mise au point de nouveaux outils de détection

Pour dépister le glaucome, l’optométriste effectue certains tests, dont la mesure de la pression intraoculaire (la tonométrie) et des champs visuels à l’aide d’un périmètre. Mais ces méthodes ne permettent pas toujours de dépister la maladie à temps, surtout en l’absence de contrôle régulier.

La science cherche constamment à augmenter les chances de détection du glaucome. Des chercheurs ont ainsi mis au point un scanneur permettant de repérer les signes les plus précoces de la dégradation des cellules rétiniennes. L’intelligence artificielle peut également venir au secours des optométristes afin de détecter les premiers signes du glaucome. Des chercheurs ont en effet programmé un système informatique capable de reconnaître certaines pathologies avec une précision allant jusqu’à 91 %.

La prévention, encore le meilleur traitement

La science avance également sur le terrain des traitements contre le glaucome. De nombreux procédés ont récemment été mis au point, comme le Eyepass glaucoma implant, implant oculaire permettant de diminuer la pression dans l’œil. La recherche a aussi mis de l’avant les bienfaits que pourraient avoir les cellules souches dans le traitement du glaucome. Mais ces procédés n’en sont pour l’instant qu’à leurs balbutiements.

La prévention reste donc le meilleur traitement contre le glaucome. Par ailleurs, si vous avez des prédispositions familiales, avez plus de 40 ans, souffrez de myopie, avez eu de graves infections à l’œil ou si vous fumez, vous êtes plus à risque de développer un glaucome. En cas de doute, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec votre optométriste.

Enfin, pour en savoir plus, consultez le site web de l’Association des optométristes du Québec sur le glaucome.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Partenaires