Quelques conseils pour limiter les soucis financiers lors d’une séparation ou un divorce

Article d'un partenaire
de Protégez-Vous

Par Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 31 janvier 2019

Shutterstock.com

Shutterstock.com

En cette période de la Saint-Valentin, le rêve de chacun est de partager des moments agréables en couple. S’il en est autrement pour vous, limitez votre peine en évitant les mauvaises surprises dans la gestion de vos finances.

En cette période de la Saint-Valentin, le rêve de chacun est de partager des moments agréables en couple. Toutefois, si vous êtes en séparation ou en voie de divorcer, vous pouvez éviter d’alourdir votre peine en prenant vos finances personnelles en main. Voici quelques conseils à propos :

Avant de procéder à la séparation ou au divorce, il serait important d’avoir une bonne idée de votre situation financière. Commencez par dresser la liste de tous vos biens communs et individuels, y compris vos dépenses et vos dettes. Ajoutez à la liste le nom de vos institutions financières, vos numéros de comptes, vos cartes de crédit, vos prêts et vos placements. Pour faciliter l’établissement d’ententes, gardez toutes les factures et les reçus liés aux dépenses familiales durant le processus de séparation ou de divorce.

Évaluez votre nouvelle situation financière

Servez-vous de la Calculatrice budgétaire en ligne de l’ACFC pour vous aider à bien prendre vos finances personnelles en main.

Voici quelques démarches qui vous aideront à mettre de l’ordre dans votre nouvelle situation financière.

  • Inclure les informations de votre ancienne conjointe ou ancien conjoint sur votre déclaration d’impôts pour l’année de séparation;

  • Mettre à jour l’information relative à vos prestations, par exemple la prestation fiscale canadienne pour enfants ou la prestation universelle pour la garde d’enfants;

  • Vérifier votre couverture d’assurance;

  • Mettre à jour l’information concernant les bénéficiaires pour les polices d’assurances, les pensions, l’épargne et les placements;

  • Examiner votre testament, votre plan successoral et vos documents de procuration.

Maitrisez les renseignements de vos comptes conjoints

Si vous ne disposiez pas d’un compte personnel, assurez-vous d’en avoir pour le dépôt de votre paie, de vos chèques gouvernementaux ou de tout autre versement. Le plus tôt possible, réglez tout ce qui concerne les comptes et les emprunts conjoints, soit les comptes de chèques, d’épargne, de cartes de crédit ou de marge de crédit. Pour vous faciliter la tâche, demandez conseil à un avocat et adressez-vous à votre institution financière.

Vérifiez votre dossier de crédit

Jetez un coup d’œil à votre dossier de crédit auprès des agences d’évaluation du crédit du Canada, Equifax et TransUnion, et assurez-vous que les renseignements financiers qui y figurent sont à jour. Si les factures et les comptes du couple étaient enregistrés et payés au nom d’un seul conjoint, il se peut que l’autre conjoint ne possède aucun historique ou une faible cote de crédit. Pour remédier à la situation, faites une demande de carte de crédit et payer vos soldes au complet, chaque mois, en respectant la date d’échéance.

Si vous avez une maison familiale, vous devrez certainement prendre une décision sur la vente ou la conservation de la maison familiale. N’oubliez pas de régler la situation relative à la pension alimentaire.

Finalement, si vous et votre ancien partenaire avez besoin d’aide pour parvenir à un terrain d’entente, n’hésitez pas à demander l’aide d’un professionnel, tel qu’un notaire, un avocat ou un médiateur.

Pour plus d’information, visitez canada.ca/argent

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.