Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Vos enfants sont-ils à l’abri des produits dangereux?

Par Jean-François Venne
Vos enfants sont-ils a abri produits dangereux

Chaque année, des centaines d’empoisonnements pourraient être évités chez les enfants si les parents appliquaient les mesures de sécurité… qu’ils connaissent déjà.

98 % des parents d’enfants de moins de 14 ans jugent important de ranger sous clé les médicaments et les produits de nettoyage. Pourtant, près du tiers d’entre eux se contentent de les remiser dans une armoire à pharmacie ou sous l’évier. Ce sondage, réalisé par Léger Marketing, donnait le coup d’envoi à la Semaine nationale SécuriJeunes, qui se tient du 28 mai au 3 juin sur le thème de la prévention des empoisonnements à domicile.

Au Canada, chaque année, environ sept enfants de moins de 14 ans meurent et près de 1 700 sont hospitalisés pour des blessures liées à un empoisonnement. Mais il ne s’agit que d’estimations qui pourraient dissimuler des chiffres plus importants, craint le Dr Martin Laliberté, président de l’Association canadienne des centres antipoison.

«Il n’existe aucune base de données au pays recensant les empoisonnements chez les enfants. Nous n’avons donc pas une idée précise du nombre annuel de cas.», explique-t-il. Le médecin précise que les centres antipoison canadiens reçoivent plus de 80 000 appels par année de parents affolés parce que leur enfant de moins de six ans a ingurgité un produit toxique.

Se méfier des produits courants

Les articles ménagers, les nettoyants, les médicaments et les produits de jardinage, notamment les pesticides, sont parmi les plus à risques. Mais d’autres, dont on se méfie moins, peuvent s’avérer dangereux. «La seconde cause d’empoisonnement chez les enfants, après les médicaments, ce sont les produits de beauté ou d’hygiène personnelle, comme le rince-bouche ou le dissolvant de vernis à ongles», précise Lisa Okun, coordonnatrice du programme SécuriJeunes Canada.

Dans la majorité des cas, les produits avalés ou inhalés entraînent de la somnolence ou des brûlures aux muqueuses. Certains cas peuvent être plus graves et causer des lésions à des organes, notamment l’estomac, le foie et les poumons.

Comment prévenir?

Pour éviter le pire, SécuriJeunes recommande quelques mesures simples:

  • Rangez les médicaments et les vitamines dans une boîte fermée à clé et cachez la clé;
  • Gardez aussi sous clé les produits de nettoyage, cosmétiques, articles de jardinage et produits pour la voiture;
  • Ne transférez pas ces produits dans des contenants autres que ceux d’origine;
  • Ne comparez pas les médicaments à des bonbons: cela les rendrait trop irrésistibles!

Que faire en cas d'ingestion?

Si malgré vos précautions, un accident arrivait, la première chose à faire est de téléphoner immédiatement à un centre antipoison car les soins à prodiguer peuvent différer grandement selon le produit ingéré. Méfiez-vous des remèdes de grand-mère, comme faire vomir l’enfant ou lui faire boire du lait.

«Le lait n’est pas, contrairement à une idée reçue, un antidote universel, prévient le Dr Martin Laliberté. Et si votre enfant a avalé un produit corrosif, le faire vomir pourrait aggraver les lésions, puisque le produit remontera les voies digestives.»
Pour joindre le centre antipoison du Québec: 1 800 463-5060.

À lire sur Protégez-Vous.ca

>> À lire aussi: l'acétaminophène, principale cause d’intoxication médicamenteuse au Québec

Lire l'article
La RBQ veut mieux protéger les Québécois : trop peu trop tard ?

Avec les nombreuses histoires d’horreur liées à la construction et à la rénovation et les critiques de la vérificatrice générale du Québec envers la Régie du bâtiment (RBQ), vous êtes en droit d’être méfiant si vous vous apprêtez à acheter une maison neuve ou à faire des travaux. Et ce, malgré les promesses de l’organisme d’améliorer sa gestion des licences d’entrepreneurs et le soutien aux propriétaires.

Lire l'article
Construction : doit-on imposer des inspections de chantier ?

Imposer la surveillance de tous les chantiers de construction et de rénovation est-elle la réponse aux histoires d’horreur qui laissent les propriétaires devant des travaux mal exécutés, des maisons inachevées ou des entrepreneurs en faillite ? Pour plusieurs, la réponse est oui. Et il faudrait agir dès maintenant.

Lire l'article
Les garages manquent de main d’œuvre et de pneus d’hiver

Si vous n’avez pas encore pris rendez-vous pour chausser votre véhicule de ses pneus d’hiver en prévision de la date limite du 1er décembre, faites vite : les garages manquent d’installateurs et les stocks de pneus sont en baisse.

Lire l'article
Québec se prépare pour la saison de la grippe

Le virus de l’influenza a été très peu présent au Québec en 2020. Est-ce que ce sera encore le cas cette année ? Les autorités de santé publique demeurent à l’affût et préparent la campagne de vaccination annuelle pour le 1er novembre.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.