Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Virus Zika: 5 conseils pour l’éviter

Par Rémi Leroux

Le virus Zika présenterait un risque pour les femmes enceintes. Si c’est votre cas et que vous aviez prévu de partir dans le Sud, il est encore temps de revoir vos plans.

1. Évaluez les risques

Le virus Zika se transmet par la piqûre d’un moustique du genre Aedes, présent en particulier dans les pays d’Amérique du Sud et dans les Caraïbes. Parmi les symptômes: fièvre, maux de tête, conjonctivite, éruptions cutanées, douleurs articulaires et musculaires. «La maladie est habituellement bénigne et ne dure que quelques jours», précise l’Agence de santé publique du Canada (ASPC). Il n’existe pas de vaccin antivirus; le seul traitement consiste à soulager les symptômes.

Le virus est cependant soupçonné de provoquer de graves malformations congénitales chez le fœtus. Le lien probable entre l’infection par Zika et l’augmentation du nombre de bébés nés avec une microcéphalie (tête anormalement petite), en particulier au Brésil, a conduit l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à déclarer ce virus «urgence de santé publique de portée internationale» le 1er février 2016.

Pour les femmes enceintes ou pour celles qui envisagent de le devenir, «la prudence veut donc que l’on évite tout voyage dans les zones où il y a transmission du virus», explique le Dr Jean Vincelette, directeur scientifique et médical de la Clinique Santé-voyage de la Fondation du CHUM, microbiologiste et infectiologue. Pour tous les autres voyageurs, «le risque est faible», ajoute l’Agence de santé publique.

2. Renseignez-vous sur les pays touchés

Que vous ayez déjà acheté vos billets d’avion ou que vous soyez sur le point de le faire, vous pouvez consulter la liste des pays affectés par le virus Zika sur le site Web de l’OMS. Elle est mise à jour régulièrement. En date du 17 février 2016, l’OMS avait recensé quelque 25 pays touchés, parmi lesquels le Brésil, Haïti, la République dominicaine, le Mexique, le Guatemala, la Martinique et la Guyane française. Vous pouvez également faire une recherche à partir du site voyage.gc.ca du gouvernement du Canada.

3. Annulez ou reportez votre voyage

Certaines compagnies aériennes ont accepté d’accommoder les femmes enceintes et les personnes qui voyagent avec elles. C’est notamment le cas d’Air Canada, Air Transat et Westjet. Vous pouvez bénéficier du remboursement du prix de vos billets ou choisir de changer la date et la destination de votre séjour. Si vous voyagez avec Air Canada ou Air Transat, vous devez pour cela présenter un certificat signé par un professionnel de la santé attestant que vous êtes enceinte. Par ailleurs, dans le cas d’Air Canada, vous devez voyager avant le 30 juin 2016 sur un vol exploité par la compagnie à destination de l’un des pays touchés. Ces politiques «de bonne volonté» n’ont cependant pas un caractère obligatoire pour les compagnies aériennes. Dans le cas d’Air Transat, par exemple, «elles visent à faire preuve de flexibilité à l’égard de nos clients».

4. Prévenez votre assureur

Si votre compagnie aérienne ne fait pas preuve de «bonne volonté», pouvez-vous faire valoir la garantie d’annulation de votre assurance voyage? En théorie, non, explique Patrick Boucher, vice-président Opérations du site assurancevoyages.ca. «Habituellement, pour devenir une cause d’annulation, il faut que le gouvernement canadien ait émis un avertissement de niveau 3 sur les pays concernés. Il s’agit dans ce cas d’éviter tout voyage non essentiel. Jusqu’à présent, les pays touchés par le virus bénéficient d’un avertissement de niveau 2, soit une recommandation faite aux voyageurs de prendre des précautions sanitaires spéciales avant de partir ou une fois sur place.»

À l’instar des compagnies aériennes, certains assureurs acceptent néanmoins de traiter les réclamations pour annulation de voyage des femmes enceintes et des personnes qui voyagent avec elles. C’est le cas par exemple de SSQ Groupe financier. L’assureur les autorise à annuler leur voyage dans un pays à risque sous certaines conditions. Elles devront notamment transmettre:
• Une confirmation de leur grossesse signée par leur médecin;
• Une preuve que la destination du voyage est à risque;
• Une preuve que leur compagnie aérienne a refusé de les rembourser.

5. Protégez-vous, une fois sur place

Si, malgré tout, elles ne peuvent pas différer leur voyage, les femmes enceintes «doivent prendre des mesures de prévention rigoureuses pour se protéger contre les piqûres de moustique», prévient l’ASPC. Des conseils qui s’appliquent également aux autres voyageurs, mais, dans le cas des voyageuses enceintes, «elles doivent se montrer encore plus vigilantes», insiste le Dr Vincelette.
Voici les 3 principales mesures de prévention:

• Portez une chemise à manches longues de couleur pâle rentrée dans un pantalon, des chaussures (évitez les sandales) et un chapeau;
• Appliquez un insectifuge sur la peau exposée et un insectifuge à base de perméthrine sur vos vêtements et vos bagages;
• Dormez sous une moustiquaire de lit, de préférence traitée aux insecticides.