Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Vibrer pour se muscler

Par Nathalie Côté
Vibrer pour se muscler

Rafael Nadal, les Packers de Green Bay et l’actrice Hilary Swank les ont adoptées. Les plateformes vibrantes permettraient de se muscler avec moins d’effort, prétendent des publicités. Vrai?

L’engouement pour les plateformes vibrantes ne se dément pas, en particulier celles de marque Power Plate. Ces appareils, dont le coût oscille entre 9 500 et 13 000 $ selon le modèle, sont de plus en plus présents dans les salles d’entraînement. On peut aussi en acheter une pour s’entraîner chez soi, à un prix variant de 350 à 600 $.

Le principe est simple: la vibration de la plateforme engendre une contraction musculaire non volontaire en plus de celle, volontaire, causée par l’exercice. Il s’agit d’un réflexe, au même titre que la jambe qui lève toute seule lorsque le médecin frappe le genou. Selon les promoteurs de la technologie, cette contraction supplémentaire rendrait l’entraînement plus efficace: une séance de 25 minutes équivaudrait à 90 minutes de musculation continue en salle. Selon eux, l’entraînement sur plateforme augmenterait aussi la force des muscles, renforcerait les os et contribuerait à la perte de poids.

Les études menées jusqu’à maintenant sont beaucoup moins catégoriques. Ces avantages ne ressortent pas tous clairement et les résultats varient en fonction de la condition physique des utilisateurs. Les experts sont partagés.

>> À lire aussi: Évaluation de 12 chaînes YouTube d’entraînement et de yoga

Quelques avantages

Selon Pierre-Mary Toussaint, kinésiologue et coauteur de Mythes et réalités sur l’entraînement physique, l’appareil présente deux principaux avantages:
- Il permet d’effectuer des exercices de musculation sans haltères. «C’est un atout pour les aînés et les débutants, car, lors d’un entraînement non supervisé par un professionnel, les poids libres, s’ils sont mal utilisés, peuvent représenter un risque de blessures pour eux», explique-t-il.
- C’est une façon de varier les séances d’entraînement. Faire toujours les mêmes exercices, c’est monotone et démotivant.

Différentes études ont relevé des bénéfices tels que des gains de densité osseuse chez des femmes ménopausées, ou encore une amélioration de l’équilibre chez certains aînés. Mais d’autres recherches seront nécessaires pour confirmer ces résultats. «Plusieurs études sur ce type d’appareil ont essuyé des critiques, car peu faisaient appel à un groupe contrôle et les sujets retenus étaient souvent des personnes non entraînées», explique Pierre-Mary Toussaint.

Pas de résultats sans effort!

«En anglais, on dit no pain, no gain», rappelle Marc Bélanger, directeur du département de kinanthropologie de l’Université du Québec à Montréal. Il juge impossible d’obtenir des résultats équivalents à ceux de l’entraînement traditionnel en trois fois moins de temps, comme l’affirment les promoteurs de la plateforme. Pierre-Mary Toussaint, pour sa part, soutient que les plateformes vibrantes ne muscleraient pas davantage que les exercices traditionnels. Quant à la perte de poids, les effets restent à prouver. Ce qui est certain, c’est que, pour perdre du poids, l’entraînement sur appareil vibratoire ne sera jamais aussi efficace que l’entraînement aérobique, la course par exemple.

Pas pour tout le monde

Les appareils vibratoires ne conviennent pas à tous. Le manuel d’instructions du T-Zone Vibration mentionne que ce dernier pourrait ne pas convenir aux femmes enceintes et aux personnes porteuses d’un simulateur cardiaque ou d’un autre implant.

Le manuel conseille aussi d’obtenir un avis médical avant l’utilisation. L’appareil est en effet contre-indiqué pour certains états de santé. «Quelqu’un qui utilise une plateforme vibrante trop longtemps peut ressentir des symptômes s’apparentant au mal des transports», précise également le kinésiologue Pierre-Mary Toussaint.

«La vibration peut influencer la perception de la force avec laquelle vous appuyez sur l’accélérateur de votre voiture, par exemple», ajoute Marc Bélanger, qui a étudié les effets de la vibration sur le corps, mais avec des patins à roues alignées. Il a découvert que celle-ci affectait la perception des membres dans l’espace de 30 minutes à 3 heures après ½ heure de patin. Les individus avaient notamment plus de difficultés à positionner une cheville par rapport à l’autre. Selon lui, des expositions prolongées et répétitives aux vibrations peuvent aussi causer une altération des nerfs qui contrôlent les vaisseaux sanguins. Toutefois, avec une utilisation normale, ces risques demeurent faibles.

>> À lire aussi: Comment choisir un appareil d’entraînement  (appareil elliptique, vélo stationnaire, etc.)

Photo: Powerplate.com

Lire l'article
Depo-Provera : règlement de l’action collective pour 2 millions

La pharmaceutique Pfizer devra verser un peu plus de 2 millions de dollars dans le cadre d’une action collective portant sur l’utilisation de Depo-Provera, un contraceptif injectable, liée à la perte de densité minérale osseuse. Les femmes admissibles à une compensation ont jusqu’au 1er mars 2022 pour s’inscrire et faire une réclamation.

Lire l'article
Peut-on laver ses masques chirurgicaux?

Les masques chirurgicaux sont considérés comme des dispositifs médicaux à usage unique. Pourtant, ils conservent leur propriété filtrante et leur respirabilité même après 10 lavages. C’est du moins ce que conclut une étude française publiée en octobre dans la revue scientifique Chemosphere. Devriez-vous mettre vos masques dans votre prochaine brassée? Pas si vite…

Lire l'article
Cinq questions sur le marketing d’influence

En parcourant les fils de vos réseaux sociaux, êtes-vous déjà tombé sur la publication d’un influenceur qui vantait les mérites d’un produit, sans préciser qu’il s’agissait en fait d’une publicité? Si oui, vous avez sans doute été la cible d’une stratégie de marketing d’influence.

Lire l'article
Vaccination des enfants contre la COVID-19: la décision revient aux parents

Plus de 20 mois après le début de la pandémie de COVID-19, c’est au tour des enfants de 5 à 11 ans d’être vaccinés. Si vous êtes parent d’un jeune de cet âge, vous devez décider s’il lèvera sa manche ou non.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Ginette Dubois
    03 Décembre 2014

    Les vibrations sont tellement fortes que les murs en branlent. C'est trop puissant pour une résidence.

     24
  • Par Maggie Brisebois
    03 Décembre 2014

    C'est pas vrai....il y a 50 ans, ça existait avec une ceinture aux hanches...mais ça coûtait moins cher! Tout les trucs sont bons pour faire croire aux gens qu'Ils vont maigrir, sans effort. Il faut bien manger et marcher, faire des exercices selon notre condition physique. C'est pas sorcier!!

     1