Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Vaccin contre la COVID-19 : Québec accélère l’administration des deuxièmes doses

Par Marie-Eve Shaffer
vaccin-deuxieme-dose

Québec pèse sur l’accélérateur pour administrer plus rapidement les deuxièmes doses de vaccin contre la COVID-19, mais cette augmentation de vitesse sera à géométrie variable. Voici ce que vous devez savoir.

Quel que soit le vaccin que vous avez déjà reçu, vous pouvez recevoir une deuxième dose dans un délai de huit semaines. Le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) a donné le feu vert pour réduire de 16 à huit semaines l’intervalle entre les deux doses, en précisant que « la protection pourrait être encore plus élevée avec un intervalle de 12 semaines ou plus ».

« Avec les études, on se rend compte qu’après huit semaines, on obtient un bon résultat. Pas besoin de se rendre à 16 semaines, mais peut-être qu’après 16 semaines, vous allez avoir une meilleure réponse qu’après huit semaines », a dit le Dr Horacio Arruda, directeur national de la santé publique du Québec.

Le gouvernement du Québec souhaite que 75 % de la population soit pleinement vaccinée d’ici le 31 août. « Pour qu’on soit capable de bien déconfiner au début de septembre, on doit être adéquatement vacciné », a insisté le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

Comment faire ?

Si vous décidez de devancer votre deuxième rendez-vous, vous devrez vous rendre sur le portail Clic Santé le jour indiqué dans le calendrier de la deuxième dose. Celui-ci a été conçu selon l’âge des personnes à vacciner. Dès le 7 juin, les personnes de 80 ans et plus pourront prendre rendez-vous pour leur seconde dose. Le lendemain, ce sera au tour des personnes de 75 ans et plus, le suivant aux personnes de 70 ans et plus, et ce, jusqu’au 23 juin où ce sera le tour des 18 ans et plus.

Le portail Clic Santé vous demandera une preuve d’identité puis, selon le vaccin que vous avez déjà reçu, vous proposera plusieurs plages horaires au même endroit où vous avez obtenu votre première dose. Lorsque vous aurez arrêté votre choix, le système annulera le rendez-vous fixé lors de votre première visite au centre de vaccination.

Si vous préférez être vacciné dans un autre endroit, peut-être plus près de votre domicile, vous pouvez toujours vous rendre dans une clinique de vaccination sans rendez-vous.

AstraZeneca

Si vous faites partie des 500 000 personnes qui ont reçu le sérum d’AstraZeneca, les autorités de santé publique vous recommandent de l’obtenir aussi pour votre deuxième dose.

Depuis le 29 mai, des cliniques de vaccination sans rendez-vous offrent la deuxième dose du vaccin AstraZeneca. À la fin du mois de mai, pas moins de 150 000 doses se trouvaient dans les réfrigérateurs de la santé publique. D’autres doivent être livrées au cours des dernières semaines du mois de juin, ce qui permettra à toutes les personnes qui le souhaitent de le recevoir pour une deuxième fois. Le directeur de la campagne de vaccination contre la COVID-19, Daniel Paré, assure que les vaccins seront disponibles en quantité suffisante.

Quand vous vous rendrez dans le portail Clic Santé pour devancer votre deuxième rendez-vous, des plages horaires associées au vaccin d’AstraZeneca vous seront proposées.

Les risques de thrombose sont beaucoup moins élevés à la deuxième dose (1/600 000) par rapport à la première (1/50 000 environ, selon le ministère de la Santé et des Services sociaux). Il est à noter que votre consentement doit être « libre et éclairé ».

Si vous préférez opter pour un vaccin à ARN messager, vous le pouvez. Sachez que les effets secondaires sont fréquents si vous changez de type de vaccin. Le CIQ évoque des maux de tête, de la fatigue et de la fièvre, qui peuvent être ressentis dans les jours suivant l’injection de la deuxième dose.

Pfizer-BioNTech et Moderna

L’administration des vaccins à ARN messager, conçus par les laboratoires de Pfizer-BioNTech et de Moderna, sera aussi accélérée à partir du 7 juin.

Le ministre Dubé a demandé aux personnes âgées de 18 à 40 ans qui ne sont pas encore vaccinées de prendre rendez-vous dans les prochains jours. Il a notamment mentionné les étudiants du cégep et de l’université, qui doivent recevoir une première dose rapidement s’ils veulent être pleinement vaccinés à la rentrée scolaire de l’automne.

Pour atteindre l’objectif de vacciner 75 % de la population dans toutes les tranches d’âge, près de 220 000 personnes âgées de 18 à 40 ans doivent encore recevoir l’un des sérums contre la COVID-19, d’après le ministre.

En date du 3 juin, 51,3 % des personnes âgées de 18 à 29 ans avaient obtenu une première dose de vaccin, tout comme 61,8 % des personnes de 30 à 39 ans.

Quant aux jeunes de 12 à 17 ans, 19,7 % d’entre eux sont vaccinés. La deuxième dose leur sera administrée au mois d’août.

Dans les semaines du 7 et du 14 juin, les centres de services scolaires tiendront des journées de vaccination au cours desquelles la majorité des élèves de 6e année du primaire et ceux du secondaire prendront l’autobus pour se rendre dans un centre de vaccination. Des écoles situées en région éloignée ou celles fréquentées par des adolescents présentant des difficultés particulières accueilleront des professionnels de la santé pour procéder à la vaccination sur place.

>> À lire aussi : Vaccins contre la COVID-19 : 10 réponses à vos questions

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.