Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Téléphonie cellulaire: un rapport important déposé à Ottawa

Par Lise Bergeron
iStockphoto

C’est fait: les partis politiques fédéraux émettent leurs recommandations quant aux effets sur la santé des antennes relais et des téléphones cellulaires.

Le sujet des champs électromagnétiques et de leurs effets potentiels sur la santé est hautement sensible. Des groupes de citoyens, comme le Collectif SEMO – Sauvons nos enfants des micro-ondes, travaillent d’arrache-pied depuis quelques années pour inciter le gouvernement fédéral à limiter davantage notre exposition au rayonnement lié à la téléphonie cellulaire. En 2010, le Comité permanent de la santé de la Chambre des communes a entendu les témoignages de plusieurs scientifiques, hauts fonctionnaires, représentants de l’industrie et groupes de citoyens concernés par l’impact des micro-ondes sur la santé.

Constat: les points de vue sont diamétralement opposés. Dans le coin droit, une poignée de citoyens et de chercheurs en faveur d’une approche prudente et d’un resserrement des normes de sécurité; dans le coin gauche, une majorité de scientifiques et de représentants de l’industrie qui jugent que les règles sont déjà assez strictes et qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Toutefois, tous s’entendent sur la nécessité de mener des études à long terme sur l’innocuité des dispositifs de téléphonie sans fil.

Oui, non, peut-être

Bien que plusieurs études concluent que le rayonnement électromagnétique de la téléphonie cellulaire n’a pas d’impact significatif sur le corps humain, certaines personnes affirment ressentir différents malaises – maux de tête, vertiges, insomnie et difficulté à se concentrer – en présence de réseaux Wi-Fi, de téléphones cellulaires et de bases de téléphones sans fil. Ces personnes souhaitent d’ailleurs que «l’électrohypersensibilité» soit reconnue comme une maladie à part entière et que le fédéral documente systématiquement les plaintes et les effets signalés par les citoyens.

Par ailleurs, des scientifiques ont souligné au Comité que ce rayonnement serait en lien avec l’infertilité chez les humains, l’apparition de tumeurs du cerveau chez les jeunes et certains troubles cardiaques comme l’arythmie et la tachycardie. Quelques scientifiques associent même les radiofréquences à l’effondrement des colonies d’abeille un peu partout dans le monde. En outre, vu l’absence de données concernant les enfants, des groupes de parents se questionnent sur l’installation d’antennes relais près des écoles et l’implantation des réseaux sans fil dans les établissement scolaires. Le Collectif SEMO estiment que Santé Canada doit appliquer plus scrupuleusement le principe de précaution et même abaisser le seuil d’exposition prévu dans le Code de sécurité 6 (voyez l’encadré plus bas).

Cinq recommandations

Au terme de trois audiences, le Comité a publié les cinq recommandations suivantes à l’intention du gouvernement fédéral:

  1. Que le gouvernement du Canada envisage de fournir des fonds aux Instituts de recherche en santé du Canada pour appuyer la recherche à long terme sur les effets possibles sur la santé de l’exposition au rayonnement électromagnétique.
  2. Que Santé Canada demande que le Conseil des académies canadiennes, ou un autre organisme indépendant compétent, évalue la documentation scientifique canadienne et internationale sur les effets possibles sur la santé de l’exposition prolongée et de courte durée au rayonnement électromagnétique de radiofréquences, évaluation qui comprendrait une étude sur l’électrohypersensibilité ainsi qu’une comparaison des politiques publiques sur l’exposition au rayonnement électromagnétique de radiofréquences en vigueur dans d’autres pays, et fasse rapport de ses conclusions.
  3. Que Santé Canada et Industrie Canada élaborent un programme exhaustif de sensibilisation aux risques de l’exposition au rayonnement électromagnétique de radiofréquences en vertu duquel Santé Canada donnerait accès, en toute transparence, à toutes les études et analyses qu’il aurait menées sur les effets du rayonnement électromagnétique de radiofréquences sur la santé humaine, et fassent la promotion de l’utilisation sécuritaire des technologies sans fil.
  4. Que Santé Canada et Industrie Canada se proposent pour offrir de l’information, dont des séances de sensibilisation sur l’exposition au rayonnement électromagnétique de radiofréquences.
  5. Que Santé Canada veille à ce qu’il existe un processus pour recevoir les plaintes sur les réactions négatives aux appareils émetteurs de rayonnement électromagnétique, et y donner suite.

Le Code de sécurité 6

Au Canada, le Code de sécurité 6 fixe les limites de rayonnement électromagnétique des appareils émetteurs de radiofréquences (RF), comme les fours à micro-ondes et les téléphones cellulaires. Selon ce Code, l’exposition humaine à l’énergie électromagnétique de RF doit se limiter à la gamme des fréquences de 3 kHz à 300 GHz. Un téléphone sans fil, par exemple, peut émettre de 800 MHz à 2 GHz, donc bien en deçà des limites indiquées dans le Code.

Pour en savoir plus

>> À lire sur le site de Protégez-Vous: Faut-il avoir peur de la 5G? et Enquête sur le terrain des ondes électromagnétiques

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Jean-Guy Larocque
    05 Janvier 2012

    Le texte ci-dessus dit: "Selon ce Code, l’exposition humaine à l’énergie électromagnétique de RF doit se limiter à la gamme des fréquences de 3 kHz à 300 GHz." Ça ne veut rien dire! Une exposition prolongée à 500GHz (donc hors-limites) à une puissance de 10nW est bien moins nocive qu'une exposition même très courte à 2GHz (très en-dedans des limites mais... c'est la fréquence des fours à micro-ondes) à une puissance de 1000W! La limitation d'exposition doit inclure une intensité (en watts/cm2 ou en volts/mètre) et une durée (ou quantité totale d'irradiation) pour différentes fréquences. Le danger d'une même exposition à 3KHz est extrêmement moindre qu'à 3 ou 300GHz!

     17
  • Par MICHEL PILON
    05 Janvier 2012

    Salut,
    Tout cela ressemble aux méthodes américaines,comme l agent orange ou les drogues expérimentales de la dernière querre ou même certaines expériences des maladies épidémiques pratiquer au Canada et en particulier sur nos bons québécois ,Maintenant le gouvernement Fédéral applique ces pratiques sur ces cochons de payeur de taxes .
    A quand le contrôle de la population mondiale avec ces même méthodes
    LA NOUVEL GRIPPE (H5 ) ,FORGEE DE TOUTES PIECES.............

     4
  • Par MARC DESJARDINS
    05 Janvier 2012

    On vas être les cobailles comme d'habitude avec Santé canada pour l'industrie

     3
  • Par DIANE Croteau
    05 Janvier 2012

    Merci, pour penser, pour ceux qui n'y pense pas !!!

  • Par marc-andre boileau
    05 Janvier 2012

    On en a pour un autre 20 ans...