Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Téléchargerez-vous l’application Alerte COVID?

Par Mathilde Roy
telephone-covid

Le Québec adopte finalement l’application de recherche de contacts développée par le gouvernement fédéral, «Alerte COVID», pour lutter contre la deuxième vague. Protégez-Vous fait le point sur cette technologie, qui soulève de nombreux enjeux.

La province emboîte ainsi le pas à l’Ontario, au Nouveau-Brunswick, à la Saskatchewan, à Terre-Neuve-et-Labrador et au Manitoba, qui ont aussi adhéré à l’application fédérale de traçage.

Québec avait pourtant rejeté cette idée, en août dernier, après avoir tenu une consultation publique, qui a pris la forme d’un questionnaire en ligne auprès de la population, et d’une Commission parlementaire pour étudier son utilité.

Le gouvernement avait conclu que les risques et les inconvénients liés à cet outil surpassaient ses bénéfices. Mais la deuxième vague de contamination qui frappe la province l’a mené, mardi, à revoir sa décision.

Efficacité mitigée

Or, l’efficacité de cet outil dépend fortement de son adhésion par la population. En effet, les usagers ne pourront pas savoir qu’ils ont rencontré une personne atteinte de la COVID-19 si cette dernière n’a pas installé l’application. Des chercheurs, ici et ailleurs, parlent d’un taux d’adoption d’au moins 60 % pour qu’elle soit vraiment utile.

Au total, près de 3 millions de Canadiens ont déjà téléchargé l’application, rapporte Radio-Canada. En Ontario, la première province à avoir déployé Alerte COVID, la technologie a jusqu’à maintenant permis à 514 personnes ayant obtenu un diagnostic positif d’aviser les gens avec qui elles étaient entrées en contact, toujours selon la société d’État.

Par ailleurs, Alerte COVID fait déjà l’objet de critiques. Des citoyens ont découvert qu’ils ne pouvaient pas télécharger l’application sur leur téléphone portable puisqu’elle n’est compatible qu’avec les appareils Apple et Android commercialisés ces cinq dernières années.

«Un autre enjeu est l’accès à un téléphone intelligent chez les populations et les tranches d’âge les plus vulnérables», constate Sébastien Gambs, professeur au département d’informatique de l’UQAM. Le spécialiste en analyse de données massives, cybersécurité, enjeux éthiques et respect de la vie privée a participé à la commission parlementaire à l’Assemblée nationale en août dernier. «Les personnes âgées [adoptent moins] les téléphones intelligents, explique-t-il. Même chose pour les personnes les plus vulnérables, comme les sans-abris ou d’autres groupes qui ne peuvent pas forcément se permettre un téléphone intelligent ou un abonnement.»

Les applications ailleurs dans le monde

À l’international, le succès de ce genre d’application est mitigé. En France, «StopCovid» est vue comme un échec. Seulement 2 % de la population française l’avait installée sur son téléphone portable quatre semaines après son lancement. L’application de l’Australie n’a pas non plus porté les fruits espérés: un mois après son lancement, à la fin d’avril, elle n’avait détecté qu’un cas potentiel de COVID-19 sur les six millions de personnes équipées de l’outil.

L’Allemagne a eu plus de succès. Sa version de l’application enregistrait 9,6 millions de téléchargements trois jours après son lancement. En Irlande, 20 % de la population y adhéraient en deux jours.

Et vos données personnelles?

L’arrivée d’une application de recherche de contacts soulève d’autres questions, notamment en ce qui concerne la sécurité de vos données personnelles. Le gouvernement fédéral assure que l’appli ne se sert pas de la géolocalisation et qu’il n’y a aucun moyen de connaître votre emplacement, vos nom et adresse, les contacts de votre téléphone, vos informations de santé et les informations de santé des personnes à proximité.

Alerte COVID est une application mobile gratuite qui utilise plutôt la technologie Bluetooth afin d’échanger un identifiant aléatoire avec d’autres téléphones intelligents à proximité, peut-on lire sur le site du gouvernement canadien.

En cas de diagnostic positif à la COVID-19, une ressource professionnelle de la santé fournira un code unique au patient. Ce sera à lui de décider de saisir ou non le code dans l’application pour que les personnes avec qui il a été en contact dans les 14 derniers jours soient avisées.

«C’est l’une des applications qui a les meilleures garanties en termes de respect de la vie privée, car elle récolte le minimum d’informations», affirme Sébastien Gambs.

Elle n’est pas dénuée de risques pour autant, nuance l’expert en cybersécurité. Bien que la technologie Bluetooth soit considérée comme plus sécuritaire que la géolocalisation, une question de fiabilité subsiste. «Est-ce que, par exemple, je vais inclure dans mes contacts mes voisins parce que je capte leur Bluetooth à travers le mur?, illustre-t-il. Ou, à l’inverse, est-ce que je vais manquer des personnes? Parce que, en fonction des appareils, la force du signal n’est pas la même.»

Par ailleurs, pour que l’application fonctionne, le Bluetooth doit être activé en permanence. «Il y a eu des attaques ces dernières années qui parvenaient à prendre le contrôle d’un téléphone à partir d’une faille de sécurité Bluetooth, en plus des risques de traçage possibles», poursuit Sébastien Gambs.

Votre score de risque

Parmi les autres enjeux que soulèvent les applications de traçage: leur usage à d’autres fins. Votre employeur pourrait-il exiger que vous téléchargiez l’application et que vous montriez patte blanche avant d’intégrer le bureau? «Normalement, c’est une application optionnelle, mais c’est une dérive possible», observe le professeur.

Et vous, la téléchargerez-vous?

MISE À JOUR: Ce texte a été publié initialement le 12 août 2020, mais nous avons modifié certaines informations le 1er octobre compte tenu de l’évolution de la situation liée à la pandémie et des annonces du gouvernement.

>> À lire aussi: Téléphones intelligents: 72 modèles testés

Lire l'article
5 trucs pour améliorer son chauffage électrique

Avec l’automne et ses couleurs, arrive aussi le moment de repartir le chauffage dans la maison. Avant de remonter les thermostats, prenez le temps de faire le tour des plinthes et des convecteurs pour tirer le meilleur parti de votre système de chauffage.

Lire l'article
Que faire en cas d’éclosion de COVID-19 à l’école de votre enfant?

De nombreux parents ont reçu une lettre de l’école les avisant que des cas de COVID-19 s’étaient déclarés dans la classe de leur enfant ou dans l’établissement et leur indiquant les règles à suivre. Des instructions qui ne sont pas toujours bien comprises. Protégez-Vous a demandé au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de les clarifier.

Lire l'article
Recycler ses appareils électroniques de façon responsable, malgré les restrictions

L’utilisation des appareils électroniques est en forte augmentation au Québec, alors que le travail à distance a amené plusieurs travailleurs à moderniser leurs équipements à la maison. Mais que faire avec les vieux équipements en cette période de restriction?

Lire l'article
Une action collective contre Hydro-Québec pour surfacturation va de l’avant

L’action collective contre Hydro-Québec, qui aurait surfacturé ses clients pour environ 1,2 milliard de dollars entre 2008 et 2013, peut aller de l’avant. Le 15 octobre, la Cour suprême a refusé la demande d’appel de la société d’État.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par GUILLAUME P.
    03 Octobre 2020

    Je trouve dommage qu’au Québec, on ait démonisé cette application, principalement lors de la Commission parlementaire. L’application n’est évidemment pas parfaite, mais elle peut aider la santé publique, en complément au traçage fait actuellement et qui nécessite beaucoup de ressources. Tellement que les délais élevés pour se faire tester, avoir les résultats et débuter l’enquête rendent souvent inefficace le processus. L’application est un outil de plus pour réussir à se sortir plus rapidement de cette pandémie, et c’est gratuit, sans grands efforts de la santé publique débordée.

    Ainsi, on dit que les gens plus âgés ou vulnérables n’ont pas de téléphones récents. Mais les gens plus âgés restent pour la plupart chez eux, vont peu dans les bars et les endroits plus à risque. Alors que les jeunes, ceux qui fréquentent le plus ces endroits et se rassemblent plus entre eux, ont presque tous des téléphones récents et les ont toujours sur eux.

    On dit qu’il faut que le bluetooth soit toujours activé. Mais la plupart des utilisateurs de téléphones l’ont activé en permanence de toute façon. Pour ce qui est de la force du signal, qui peut en effet être détecté à travers un mur, je me demande si l’application peut détecter la force de ce signal, comme on peut le faire pour le signal wifi. Si oui, ça diminue ce problème.

    Pour ce qui est de la protection des données et de la vie privée, je fais beaucoup plus confiance à cette application qu’à d’autres comme par exemple la très répandue Facebook.

    Enfin, comme plus les gens utilisent cette application, plus elle est efficace, il est dommage qu’il s’en soit dit autant de négatif jusqu’à maintenant, car plus de gens seront craintif de l’installer lorsqu’elle sera recommandée.

     4