Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

À qui confier les soins de vos pieds?

Par Catherine Crépeau

Avec l'arrivée des journées ensoleillées viennent aussi les randonnées et les sandales pas toujours confortables. Au fait, devrait-on se tourner vers un podiatre, un podologue ou un pédicure lorsque nos pieds nous font souffrir?

Pour vous aider à démêler tout ça, voici le rôle des différents spécialistes des pieds.

Le podiatre détient un doctorat en médecine podiatrique. Il diagnostique et traite les maladies, les infections, les difformités et les blessures aux pieds. Il peut, par exemple, éliminer les verrues, traiter les oignons, opérer les ongles incarnés (et autres affections mineures), prescrire et administrer certains médicaments et fabriquer des orthèses. Au Québec, il doit être membre de l’Ordre des podiatres. Il travaille en cabinet privé.

L’orthopédiste est un médecin spécialiste qui dispense des soins médicaux et chirurgicaux pour traiter les os, les articulations, les ligaments, les muscles, les tendons et les nerfs.

L’orthésiste est un technologue qui fabrique et qui ajuste des chaussures et des orthèses destinées aux personnes présentant des anomalies ou des déformations du pied, selon l’ordonnance du podiatre ou du médecin. Il est tenu d'être membre de l'Ordre des technologues professionnels du Québec.

L’infirmier ou l’infirmière en soins podologiques est affecté aux patients qui présentent des anomalies aux pieds ou qui souffrent d’une infection, d’une maladie ou d’une blessure au pied. Il n’est pas autorisé à faire de diagnostic ou à prescrire de médicaments, mais il peut appliquer des pansements, effectuer des massages et traiter des affections et des blessures mineures (cors, verrues, etc.). Il travaille en clinique privée, dans les hôpitaux, dans les CHSLD ou à domicile.

Le pédicure ou l’hygiéniste en soins des pieds prodigue des soins de base relatifs entre autres aux ongles incarnés, aux cors et aux callosités, en plus d’effectuer la coupe et le limage d’ongles. Il ne peut diagnostiquer ou traiter un problème de pied de nature médicale. Il travaille généralement dans des cliniques d’esthétique et des spas.

Le podologue soulage les inconforts aux pieds et donne des conseils de prévention et d’hygiène. Au Québec, son rôle est similaire à celui d’un pédicure. Il travaille en clinique privée, en centre d’accueil ou à domicile.

>> À lire aussi sur notre site: Prenez garde aux infections lors des manucures et «pédicures»

PRÉCISION 27/06/2017: Le texte original a été modifié pour préciser que l'orthésiste est un technologue (et non un technicien) et qu'il est tenu d'être membre de l'Ordre des technologues professionnels du Québec.

Lire l'article
Noël en famille et le Jour de l’An dans votre bulle

Oubliez les grandes fêtes de Noël au cours desquelles vous faites la bise à toute la parenté. Québec vous autorise à célébrer sobrement pendant seulement quatre jours cette année, sous réserve de l’évolution de la pandémie de COVID-19 dans les prochaines semaines.

Lire l'article
Vos écouteurs peuvent-ils provoquer des otites?

Une lectrice de Protégez-Vous a récemment développé une otite. Comme elle est en télétravail et porte ses écouteurs intra-auriculaires beaucoup plus longtemps qu’auparavant pour assister à des vidéoconférences et se couper du bruit ambiant, elle les soupçonne d’en être responsables. Vos écouteurs peuvent-ils causer une infection aux oreilles?

Lire l'article
La pandémie augmente le risque d’exposition au radon

L’école à distance, le télétravail et le fait de passer plus de temps à la maison augmentent le risque d’exposition au radon, un gaz cancérigène présent dans toutes les maisons du pays, prévient Santé Canada.

Lire l'article
100 millions pour aider les aînés à vieillir dans leur maison

Pendant la première vague de la pandémie de COVID-19, des services de soutien à domicile ont été annulés. Depuis, les personnes âgées en bénéficient à nouveau, mais l’expérience vécue au printemps les a confortées dans leur conviction de vouloir rester chez eux le plus longtemps possible. L'investissement de 100 millions de dollars annoncé par Québec devrait les aider à le faire.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.