Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Sirop d’érable: pourquoi acheter bio?

Par Amélie Cournoyer
Sirop erable pourquoi acheter bio

Le sirop d’érable est un produit naturel… mais pas nécessairement bio. Qu’est-ce qui distingue le sirop biologique du traditionnel?

Sur les 120 millions de livres de sirop d’érable produites au Québec en 2013, 21 étaient certifiées biologiques, soit près de 18 % de la production québécoise annuelle totale. Cette année-là, 362 des 7 300 membres de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec ont fait bouillir une eau d’érable certifiée biologique.

«Les gens confondent souvent naturel et biologique. Le sirop d’érable est, à la base, entièrement naturel. Pour être biologique, par contre, il doit être fabriqué selon des normes nationales très strictes», explique Serge Dubois, acériculteur et vice-président de Biodélices. C’est donc le contrôle des procédés de production qui en garantit la nature biologique.

>> À lire aussi: L'eau d’érable est maintenant offerte à l’épicerie

Ces normes ont été élaborées dans une perspective écologique et de développement durable par l’Office des normes générales du Canada (ONGC), un organisme qui relève du gouvernement fédéral. Elles concernent toutes les étapes du processus de fabrication du sirop d’érable biologique, dont:

  • l’aménagement et l’entretien de l’érablière;
  • les pratiques d’entaillage;
  • le matériel utilisé pour la collecte et l’entreposage de l’eau d’érable;
  • les techniques de conversion de l’eau d’érable en sirop;
  • l’entreposage de l’eau et du sirop d’érable;
  • le nettoyage de l’équipement;
  • la préservation de la saveur des différents produits.

Meilleur au goût, le sirop bio? Pas forcément. La constitution des sirops d’érable traditionnel et biologique est comparable. Le goût, pour sa part, varie en fonction de l’emplacement de l’érablière dans la province (qu’elle soit biologique ou non), de l’espèce d’érable entaillé et du temps de cuisson de l’eau d’érable.

Une question de certification

Comment savoir si la conserve offerte à l’épicerie renferme bien du sirop biologique? Cherchez sur l’emballage la mention «sirop d’érable biologique», suivie de la précision «certifié par» et du nom de l’un des six organismes de certification accrédités par le Conseil des appellations réservées et des termes valorisants: Ecocert Canada, LETIS S.A., Organic Crop Improvement Association International, Québec Vrai, Pro-Cert Organic Systems et Quality Assurance International.

Attention, cependant! Si la mention écrite est obligatoire, l’apposition d’un quelconque logo attestant la nature biologique du produit est optionnelle. Mais le logo de l’organisme certificateur figure presque toujours sur l’emballage, car il constitue un outil de marketing éprouvé.

Il est même possible que vous retrouviez plusieurs logos sur un produit. «Dans ce cas, celui qui compte vraiment est celui de l’organisme certificateur. Sur approbation de ce dernier, le producteur peut ensuite ajouter, par exemple, le logo de conformité de Bio Québec, qui vise à identifier clairement l’origine québécoise du produit bio», explique Jorge Fontecilla, directeur général de Québec Vrai.

>> À lire aussi: Le sirop d’érable est bénéfique pour votre cerveau

Un gage de qualité?

«L’acériculteur doit tenir un registre complet et précis de ses activités de production et respecter un cahier de charges, souligne Jorge Fontecilla. Durant la saison de production, il recevra la visite d’un inspecteur, qui attestera qu’il répond bien aux exigences nationales de la production biologique. Ainsi, la diversité des espèces végétales dans l’érablière doit être favorisée, le double entaillage est interdit et l’équipement utilisé doit être constitué de matériaux de grade alimentaire (l’acier galvanisé ou étamé et le cuivre sont interdits).

«Les consommateurs qui choisissent le sirop d’érable biologique ont l’assurance de consommer un produit de qualité, préparé par des gens qui ont le souci de bien faire les choses, dans le respect de l’environnement», mentionne Serge Dubois. Mais cette qualité a un prix… tout de même raisonnable. Pour acheter une conserve de sirop d’érable biologique, vous devrez débourser, au supermarché, environ 1 $ de plus que pour une boîte de sirop traditionnel de la même catégorie.

MISE À JOUR: Pour éviter toute confusion, nous avons enlevé la phrase qui précisait que les producteurs de sirop biologique ne peuvent utiliser du paraformaldéhyde pour empêcher la cicatrisation des entailles des arbres. En effet, les autorités fédérales interdisent son utilisation depuis 1991 car il peut tuer les érables et il est suspecté d’être la cause de cancer à des concentrations élevées.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Catherine Begin
    07 Mai 2014

    L'article est intéressant, cependant, il serait utile de connaître les dangers ou les risques pour la santé de consommer un sirop d'érable où le paraformaldéhyde est utilisé lors de l'entaillage des arbres.

    J'ai lu récemment un article qui mentionnait que les acériculteurs peuvent dorénavant insérer une pastille de paraformaldéhyde dans l'entaille pour éviter qu'elle ne se referme, ce qui ne peut pas être détecté par les inspecteurs.

    Qu'en est-il aussi des risques associés à l'acier galvanisé, étamé ou au cuivre ? C'est difficile de prendre une décision éclairée quand on ne peut pas mesurer les impacts sur la santé. Ce serait bien d'avoir l'avis des médecins sur ces risques et l'enjeu d'additionner toutes ces substances dans notre organisme. Merci !

     2
  • Par MIREILLE LAPLANTE-CLEMENT
    29 Mars 2014

    Bonjour, c'est beau de tout dire cela, pourriez-vous épiloguer un peu plus , autour des obligations,voir aménagement et entretient de l'érablière.Pratique d'entaillage, veut dire quoi faire? et les autres... détaillé plus, il est possible que l'on comprenne mieux, la vraie valeur du dit bio..et ho surprise! peut=être que le conventionnel n'est pas si loin du bio? qu'en pensez-vous? ALLER BONNE GENS DONNÉ VOTRE OPINION VOUS AUSSI. Mireille

     1
    journalist
    Par Catherine Crépeau de Protégez-Vous
    31 Mars 2014

    Le sirop d’érable bio se distingue du sirop traditionnel par son mode de production, principalement. Par exemple, l’aménagement et l’entretien de l’érablière doivent être axés sur la préservation de son écosystème. Le producteur doit favoriser la diversité des espèces végétales qui devraient représenter un minimum de 15 % du volume de bois de l’érablière. Les éclaircies doivent être réduites au strict minimum et bien réparties sur l’ensemble de l’érablière. Le contrôle des ravageurs doit se faire avec des pièges mécaniques, des pièges collants ou des répulsifs naturels. L’entaillage doit se faire de façon à réduire les risques pour la longévité des arbres et le nombre d’entailles est limité. De plus, tout l’équipement qui vient en contact avec l’eau d’érable (bassins d’entreposage, seaux, casseroles, etc.) doit être fabriqué de matériaux compatibles avec la préparation d’aliments. Ainsi, les casseroles en acier galvanisé, en cuivre, en aluminium, en acier étamé ou en acier inoxydable avec soudure en étain/plomb sont interdites.

    Quant au paraformaldéhyde, il est interdit par l'Agence de règlementation de la lutte antiparasitaire depuis 1991 parce qu’il peut tuer les érables et est suspecté d’être la cause de cancer à des concentrations élevées. Les acériculteurs ne devraient donc plus l’utiliser. Dans les années 1980, les producteurs s’en servaient, sous forme de pastilles, pour empêcher la cicatrisation des entailles et ainsi augmenter la production d’eau d’érable.

  • Par Pierre Genest
    29 Mars 2014

    Eh bien ! Non, décidémment non. Il faut cesser de nous berner avec cette appellation qui, au sujet du sirop d'érable frise réellement le ridicule. Un produit naturel est un produit naturel et n'a certes besoin du sceau 'bio'.
    Cessons de nous laisser berner.

     1
  • Par Marcel Langlois
    29 Mars 2014

    Le sirop d'érable résulte d'un processus d'évaporation par source de chaleur, et rien ne saurait être plus naturel dans les sucres disponibles sur le marché, même le miel! Et il contient des minéraux et vitamines. Alors que le miel transporte des enzymes provenant du système digestif des abeilles.

    Il y a 300-400 ans que nous consommons et je me souviens pas d'avoir entendu que la santé de quiconque en ait été affectée, quelque ait été les composantes utiliées dans la collecte de la sève ou le traitement de celle-ci.

    L'étiquette bio m'apparaît être une autre mousse de broue marketing sans substance réelle, pour se créer une image de pureté naturelle tout à fait artificielle, sans se rendre compte de la contradiction.

    Marcel Langlois

  • Par Elaine Bissonnette
    27 Mars 2014

    Il n'y a pas grand détails sur ce qu'il y a de spécial quand le sirop d'érable est biologique à part les attestations... L'équipement doit être en acier et non l'autre p.ex. une comparaison nous aiderait à comprendre. Quel produit n'est pas utilisé etc.