Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Mention «sans OGM» désormais autorisée en France

Par Lise Bergeron
Sans OGM autorise en France

Les mentions «sans OGM» et «nourri sans OGM» sont maintenant autorisées sur les aliments vendus en France.

«Après 14 ans d’attente, les consommateurs vont enfin pouvoir identifier sans ambiguïté la viande, le poisson, les produits laitiers, les œufs et les autres aliments provenant d’animaux nourris sans OGM», se réjouit l'Union fédérale des consommateurs (UFC-Que Choisir) au lendemain de l'adoption du décret par le gouvernement français le 31 janvier 2012.

Le nouvel étiquetage en vigueur dans l'Hexagone ne vise pas seulement les produits d'origine animale. Les mentions «sans OGM» et «nourri sans OGM» pourront en effet être affichées sur tout aliment qui renferme des ingrédients d'origine végétale contenant moins de 0,1 % d’OGM.

Elles s'appliqueront aussi aux aliments issus d'animaux nourris avec des végétaux contenant moins de 0,1 % à 0,9 % d’OGM, de même qu'aux produits apicoles non génétiquement modifiés provenant de ruches situées à plus de 3 km de cultures génétiquement modifiées.

Une mention trop discrète

Les Français devront toutefois sortir leur loupe pour bien s'informer, car la mention sera indiquée dans la liste des ingrédients seulement. «Seuls quelques rares produits pourront bénéficier d'un étiquetage plus lisible, sur le devant du produit. Il s'agit de ceux dont l'ingrédient principal représente plus de 95 % du poids total du produit», rapporte le site infogm.org.

«Les critères retenus par le gouvernement français sont beaucoup trop restrictifs, déplore Éric Darier, directeur de Greenpeace au Québec. Ainsi, la mention "sans OGM" pourra apparaître clairement sur un yogourt nature, mais sera reléguée au beau milieu de la liste des ingrédients dans le cas d'un yogourt aux fraises. La mention pourra aussi être mise de l'avant sur la plupart des jambons, mais pas sur les brochettes de viande avec poivrons, par exemple.»

Pour Greenpeace, ainsi que pour la Fédération nationale d'agriculture biologique, les Amis de la Terre et le World Wildlife Fund, tout est mis en œuvre pour que la mention «sans OGM» concerne le moins de produits possible et n'attire pas l'œil du consommateur.

Et de ce côté-ci de l'Atlantique?

Tandis que l'Europe résiste tant bien que mal à l'industrie des OGM, il en va tout autrement de ce côté-ci de l'Atlantique, où les consommateurs se voient toujours refuser le droit de savoir.

Et ce n'est pas faute de le réclamer: une importante campagne de sensibilisation, intitulée Just Label It: We have the right to know (en anglais seulement), a cours actuellement aux États-Unis. L'initiative, doublée d'une pétition en ligne, est soutenue par The Alliance for Natural Health USA, Breastcancer.org, The Center for Food Safety, Stonyfield Farm, the Non-GMO Project ainsi que par plus de 450 organisations.

Le producteur du célèbre documentaire Food Inc. (en anglais seulement), Robert Kenner, s'est aussi mis de la partie en produisant un court métrage, Labels Matter, qui démontre pourquoi il est urgent et nécessaire d'instaurer l'étiquetage des OGM en Amérique du Nord. Robert Kenner a aussi créé une plateforme d'échanges et d'informations, FixFood, qui vise à réformer le système alimentaire aux États-Unis. Rien de moins.

Au Québec, le Réseau québécois contre les OGM considère que ceux-ci représentent une menace pour l'agriculture biologique, qui voit ses champs contaminés par les semences génétiquement modifiées, un frein à la liberté de choix et une mainmise sans précédent de l'industrie agrochimique sur la production alimentaire.

Pour l'instant, en Amérique du Nord, la seule façon d'éviter les produits qui contiennent des OGM consiste à acheter des aliments issus de l'agriculture biologique.

Pour en savoir plus

Source d’information sur les OGM du Gouvernement du Québec
Greenpeace Canada et les aliments OGM

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par DANIEL NADEAU
    28 Avril 2012

    Au Canada , la population a été et est toujours la dernière informée vis-a-vis ces produits. OGM veut dire ``On se Gave de Me...``
    Bravo pour les producteurs bio qu'il faut encouragé, même si c'est plus cher.

     3
  • Par Tanya Desrochers
    16 Février 2012

    encore une fois à la merci des USA. Quand est-ce que le gouvernement va s'enlever la tête du derrière du président des USA pour enfin penser à nous? L'industrie alimentaire nous rit en pleine face avec les profits records qu'ils font tandis que les pauvres citoyens consciencieux essaient tant bien que mal d'essayer de consommer des aliments sains. J'ai recours aux paniers bio l'été et on songe à faire de même pour l'hiver...mais les autres produits? Pas évident de trouver un juste milieu.

     1
  • Par Christian Tadji
    16 Février 2012

    Déjà que la bouffe ordinaire de bonne qualité est hors de portée des pauvres... Se limiter au bio est tout simplement impossible pour les plus pauvres.